»Possédées » de Frédéric Gros

Titre VF : Possédées

Auteur : Frédéric Gros

Editions Albin Michel, 2016.

Genre : Historique

 » Le feu qui consume un sorcier illumine notre foi.  »

Résumé :

 » En 1632, dans la petite ville de Loudun, mère Jeanne des Anges, supérieure du couvent des Ursulines, est brusquement saisie de convulsions et d’hallucinations. Elle est bientôt suivie par d’autres soeurs et les autorités de l’Eglise les déclarent « possédées ». Contraints par l’exorcisme, les démons logeant dans leurs corps désignent bientôt leur maître : Urbain Grandier, le curé de la ville. L’affaire des possédées de Loudun, brassant les énergies du désir et les calculs politiques, les intrigues religieuses et les complots judiciaires, a inspiré cinéastes et essayistes. Frédéric Gros en fait le roman d’un homme : Urbain Grandier, brillant serviteur de l’Eglise, humaniste rebelle, amoureux des femmes, figure expiatoire toute trouvée de la Contre-Réforme. Récit d’une possession collective, le texte étonne par sa modernité, tant les fanatismes d’hier ressemblent à ceux d’aujourd’hui.  »

Avis :

Il y a peu, je suis entrée dans la Collegiale Sainte-Croix à Loudun (86), qui fut le théâtre d’exorcisme public dut à l’affaire des Possédées. Cette escale à ravivée une certaine curiosité pour le dernier cas de possession en France.

Collégiale Sainte Croix à Loudun

Le livre de Frédéric Gros m’a intriguée dès sa sortie de par le fait que j’ai entendu parler de cette histoire et que Loudun est un village de ma région.

L’auteur nous fait remonter le temps, jusqu’en 1620. Le prêtre de Loudun, Urbain Grandier, deviendra bientôt funestement célèbre, pour l’heure il n’est que trop charmant aux yeux des maris et attirant pour les jeunes-filles et veuves éplorées, qu’il console d’une bien étrange manière pour ses fonctions. Tout va basculer lorsqu’à quelques kilomètres de là, la mère supérieure du couvent des Ursulines, Jeanne des Anges et quelques autres sœurs, se disent possédées. Elles accusent Grandier de les visiter la nuit et de leur arracher un plaisir auquel elles ont renoncées.

Véritable acte de sorcellerie ou vengeance de la part de Jeanne des Anges qui a auparavant demandé à Grandier d’être le prêtre de leur couvent, fonction qu’il a refusé ?

Bientôt va s’ouvrir une chasse à l’homme, qui divisera la région. Au même moment, de plus hautes institutions, dirigées par le Roi et son bras droit, Richelieu, organisent la destruction des anciens forts, afin de supprimer les lieux de replis en cas de révolte. Grandier s’oppose farouchement à cette mission. Richelieu n’est déjà pas son allié le plus précieux, en raison d’une brouille des années plus tôt.

Toutes ces fâcheuses circonstances auront raison de lui, ainsi que ses convictions fort modernes pour l’époque. Il rédige Traité contre le célibat des prêtres, visant à accorder le mariage aux hommes d’église. Il se marie même avec une certaine Madeleine de Brou, en officiant en tant que prêtre et mari à la fois.

Loudun est divisé. Les institutions religieuses et les hommes les plus influents de la région, s’organisent pour que les exorcismes des sœurs, du couvent des Ursulines, deviennent publiques, afin que la ville et le commerce profitent de cette agitation et enfin prouver au monde que Grandier est le malin. Ils y arriveront, puisque le prêtre sera brûlé vif le 18 août 1634.

Frédéric Gros retrace ses quelques années fort agitées pour un petit village tranquille de cette époque. Nous suivons tour à tour, Jeanne des Anges, Urbain Grandier et les principaux acteurs de sa défaite. Avec un récit à la troisième personne et un point de vue omniscient, nous sommes pris au piège de chaque opinion de personnage. Chacun nous apparaît à la fois plus humain et indécent et c’est ce qui fait la force du texte. Tout est une question de point de vue, d’opinion, chacun à sa vérité propre et en ces temps troublés où la religion faisait office de ligne de conduite, il était facile de faire déverser sur n’importe qui, le malin.

Nous découvrons un milieu de manipulation et de malversation sous couvert des plus nobles intentions. Chacun à un rôle précis à jouer et tentera de tirer au maximum profit de la faiblesse des autres pour tirer son épingle du jeux. Un récit digne des plus grandes énigmes de l’Histoire : car personne n’est à même de dire, et pas même les concernés dont il reste à ce jour bien peu de trace, ce qui s’est réellement passé. Le faux du vrai est si bien entremêlé que même les mensonges ont pu sonner aux oreilles de leur inventeur pour des vérités absolues.

En bref, Possédées est un récit fascinant qui met en lumière la ligne, parfois fort mince, entre bien et mal, foi religieuse et profit personnel.

En complément du roman, j’ai regardé l’émission L’ombre d’un doute – L’affaire des Possédées, présenté par Franck Ferrand.

L’émission retrace les événements à la lueur de ce que nous savons aujourd’hui sur la religion de l’époque, ainsi que son utilisation au quotidien et sa transformation, parfois, par les puissants au service d’une cause ou d’un privilège personnel.

Publicités

6 réflexions sur “ »Possédées » de Frédéric Gros

  1. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de A à K | Topobiblioteca

  2. Pingback: Bilan Avril 2017 et Dans la hotte de Charlotte | Topobiblioteca

  3. je te rejoins, c’est aussi un gros coup de cœur , je l’ai dévoré . Vraiment c’est une ambiance que j’ai adoré .
    Merci de nous l’avoir aussi bien présenté 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s