»La mère d’Eva » de Silivia Ferreri

Titre VO : La madre di Eva (2017)

Titre VF : La mère d’Eva

Autrice : Silvia Ferreri

Traduit de l’italien par Chantal Moiroud.

Editions HC, 2020.

Genre : Littérature contemporaine, Littérature étrangère, Littérature italienne

 » Que deviendras-tu ? Comment sera ta voix ? Comment prononceras-tu mon nom ? Vais-je me retourner ou croirai-je que ce n’est pas toi qui m’as appelée ? Et moi, que deviendrai-je ? Mère d’un garçon après avoir été pendant dix-huit ans mère d’une fille ? Moi aussi, je devrai réapprendre. Moi aussi, je devrai changer et m’affabuler d’une nouvelle maternité. Si tu renais, alors je le ferai moi aussi.  »

Résumé :

 » Une mère parle à sa fille entre les murs d’une clinique serbe. Eva vient juste d’avoir dix-huit ans et elle attend ce moment depuis qu’elle est née. Elle veut changer de sexe en se soumettant à l’intervention qui fera d’elle ce qu’elle s’est toujours sentie : un homme.

En un dialogue sans réponses, suspendu entre l’imaginaire et le réel, la mère d’Eva raconte leur vie jusqu’à ce moment. Elle refait le chemin comme si elle s’aventurait sur une terre étrangère, en quête d’une erreur de sa part qui aurait tout précipité. Sa voix est concrète, touchante ; elle parle sans fard d’un combat sans vainqueur ni vaincu, où la défaite n’existe pas, où la forme la plus pure de l’amour doit lutter pour comprendre, pour accepter.  »

Chronique :

Dans la salle d’attente d’une clinique privée, une mère parle à sa fille, qui inconsciente sous les mains de chirurgiens se fait poser un sexe d’homme et enlever les seins. Un texte d’une étrange beauté, ce récit de Silvia Ferreri est une plongée dans les méandres d’une famille italienne confrontée à la difficulté du genre.

Leur fille, Eva se sent depuis toujours mieux dans la peau d’un garçon. Cela commence doucement, Eva préfère se déguiser en super-héros qu’en princesse, faire pipi debout et se faire couper les cheveux courts. Si ses parents ne prennent pas cela au sérieux, tout dérape à l’adolescence et l’arrivée des règles. De confrontations en apaisements, Eva pose un ultimatum, à ses 18 ans elle sera un homme. Plus de déguisement, elle veut un pénis et oublier ses seins.

La mère d’Eva raconte tout ce parcours, les rendez-vous avec psychologues, médecins et professeurs. Elle questionne sa propre enfance et s’interroge sur l’avenir. Eva devenue Alessandro sera-t-elle toujours sa fille ou un être totalement neuf et différent ? Pourra-t-elle toujours se dire mère alors que ce qu’elle a créé a été remodelé ?

Un roman d’une puissance troublante, d’un non conformisme évident et une ode à la recherche de soi. Le point de vue de la mère de famille donne une autre couleur au récit, un poids sans commune mesure qui nous force à nous interroger nous aussi. Les mots simples apportent ce petit supplément d’authenticité qui font de ce roman un vrai bijou, entre douceur et violence.

Je remercie vivement les éditions HC et Agnès Chalnot pour l’envoi de ce livre.

5 réflexions sur “ »La mère d’Eva » de Silivia Ferreri

  1. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de A à K | Topobiblioteca

  2. « Entre douceur et violence », c’est exactement ça ! Un roman coup de poing pour moi aussi sur un sujet difficile à aborder 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s