Meilleurs lectures de 2019

Petit aperçu de mes meilleures lectures de l’année 2019, afin de vous donner quelques petites pistes de lecture. Si certain de ces livres vous tentent, retrouvez les avis en cliquant sur le titre du livre.

Lire la suite

 »Le bal des folles » de Victoria Mass – Prix Renaudot des lycéens 2019

Titre VF : Le bal des folles

Autrice : Victoria Mass

Editions Albin Michel, 2019.

Genre : Roman historique

Prix Renaudot des lycéens 2019.

 » Loin d’hystériques qui dansent nu-pieds dans les couloirs froids, seule prédomine ici une lutte muette et quotidienne pour la normalité.  »

Lire la suite

 »Une année pour tout changer » de Céline Alvarez

Titre VF : Une année pour tout changer et permettre à l’enfant de se révéler

Autrice : Céline Alvarez

Editions Les arènes, 2019.

Genre : Education

 » Lorsque l’on parle des problématiques liées à l’éducation, tous les regards sont dirigés vers l’enfant. Toute la pression est sur ses épaules. […] Nous cherchons en l’enfant ce que nous allons bien pouvoir travailler, tordre, changer. Nous nous plaçons comme un élément totalement extérieur de au processus d’apprentissage. Et pourtant, le facteur déterminant, c’est nous. Lorsque l’enfant naît, tout est possible. Il est dépositaire de tous les potentiels humains.  »

Lire la suite

 »Les derniers jours de Marlon Brando » de Samuel Blumenfeld – Rentrée Littéraire 2019

Titre VF : Les derniers jours de Marlon Brando

Auteur : Samuel Blumenfeld

Editions Stock, 2019.

Genre : Biographie, Art, Littérature cinématographique

‘’ J’avais en tête des milliers de choses sur Brando, inculquées par des années de journalisme, incrustées dans le cerveau comme tant d’idées simplistes, de naïvetés érigées en vérité. ‘’

Lire la suite

 »Katerina » de James Frey – Rentrée Littéraire 2019

Titre VO : Katerina (2018)

Titre VF : Katerina

Auteur : James Frey

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Diniz Galhos.

Editions Flammarion, 2019.

Genre : Littérature contemporaine, Littérature américaine, Littérature étrangère

 » Paris, 1992

J’habite rue Saint-Placide. Il y a des bouteilles de vin vides et des cendriers pleins partout par terre, mon matelas est posé à même le sol. La peinture des murs a fini de s’écailler et les fenêtres ferment mal. Nous sommes à la fin de XXe siècle et nous vivons dans ce qui est cencé être une société moderne.  »

Lire la suite