»La mère morte » de Blandine de Caunes

Titre VF : La mère morte

Autrice : Blandine de Caunes

Editions Stock, 2020.

Genre : Littérature contemporaine, Témoignage

 » Je me souviens qu’au début on ne voulait pas voir, pas savoir, pas comprendre, ma sœur et moi.  »

Résumé :

 » Une mère, âgée mais indépendante, se trompe de jour, de lieu de rendez-vous avec ses filles, achète des objets superflus et coûteux, oublie dans le coffre de sa voiture les fruits de mer bretons, et se lève la nuit, croyant partir pour une destination inconnue.

Cela pourrait être drôle, si ce n’était une maladie mentale due à l’âge, et surtout si cette femme si confuse n’était pas la romancière Benoîte Groult, la mère de l’auteure de ce livre d’une force rare.

Benoîte Groult, luttant, jouant avec sa propre fin, mais refusant avec rage de céder à la fatalité et à la vieillesse, elle qui a été une militante de l’association « Pour le droit de mourir dans la dignité  ». Voici la femme intime, plus que la femme publique, ici telle qu’on ne la connaît pas, et qui écrivait : « Dans la vie, deux mondes se côtoient : celui des gens qui vont vivre et celui des gens qui vont mourir. Ils se croisent sans se voir. »

Benoîte s’éteint en juin 2016 à Hyères, à 96 ans. Écrivaine comblée, mère et grand-mère heureuse, femme de combats remportés. Mais ce que ce livre raconte, ce n’est pas juste le deuil hélas ! prévisible d’une mère admirée et aimée, mais un double deuil : voici le terrible sens du titre, La mère morte. « Maman, mon dernier rempart contre la mort. Bientôt, ce sera moi le rempart pour ma fille ».

Le 1er avril 2016, la fille de Blandine de Caunes, Violette, 36 ans, meurt dans un banal accident de voiture, laissant orpheline sa fille Zélie. L’ordre du monde est renversé : Benoîte s’accroche à la vie, Blandine sombre, Violette n’est plus. De Benoîte Groult, sa fille a hérité l’humour et la force vitale.  »

Chronique :

Blandine de Caunes offre avec La mère morte le témoignage poignant, des dernières années de la vie de sa mère, Benoîte Groult, femme de lettre et féministe de renom, atteinte de la terrible maladie d’Alzheimer.

D’une plume sobre et touchante, ce texte est d’une incroyable sincérité. Blandine de Caunes ne nous cache rien de la fin de vie difficile de sa mère, nous expose cette lutte incessante pour faire revenir un peu de mémoire, au début, puis l’inévitable avancée de la maladie. C’est aussi et surtout un texte de reconstruction. La deuxième moitié du livre aborde la question du deuil, Blandine de Caunes dut affronter la perte de sa fille au moment même où sa mère perd sa mémoire.

Avec des mots de tous les jours, l’autrice nous ouvre les portes du quotidien, vivre avec Alzheimer chamboule tout, perturbe les repères et les rituels coutumiers. Elle nous conte comme à un journal intime, ses peurs, ses choix et ses souvenirs. Elle ne nous épargne rien, du plus anecdotique aux prises de décisions les plus difficiles.

Un roman d’amour familial qui explore avec finesse et justesse deux thèmes difficiles à écrire : la maladie et le deuil.

Une réflexion sur “ »La mère morte » de Blandine de Caunes

  1. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de A à K | Topobiblioteca

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s