»Terrible vertu » de Ellen Feldman

Titre VO : Terrible Virtue (2016)

Titre VF : Terrible vertu

Autrice : Ellen Feldman

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Valérie Le Plouhinec.

Editions Le Cherche Midi, 2019.

Genre : Historique, Féminisme

 » La question du sacrifice ne manque peut-être pas de pertinence, au fond.  »

Résumé :

 » « Le devoir d’une femme : regarder le monde bien en face, avec une lueur infernale dans les yeux ; avoir un idéal ; parler et agir en dépit de toutes les conventions. » Telle était la philosophie de Margaret Sanger et telle a été sa vie.

Portrait d’une des figures les plus influentes et les plus controversées du XXe siècle, ce roman met en scène cette femme indomptable.

Élevée dans un milieu pauvre, par une mère épuisée par treize grossesses, Margaret se fait très jeune le serment de ne jamais subir la vie d’une femme au foyer. Devenue infirmière à une époque où la contraception est illégale, elle décide de se consacrer aux femmes et met sur pied en 1916 la première clinique clandestine de contrôle des naissances. C’est le début d’une vie de luttes enfiévrées qui la conduiront à créer en 1952 le planning familial, avant de militer, par tous les moyens, pour la légalisation de la pilule. Son acharnement la conduira plusieurs fois en prison, elle sera contrainte de fuir les États-Unis pour l’Angleterre et la France, où, là encore, toujours aussi indomptable et provocante, elle poursuivra son inlassable combat pour l’égalité des sexes.

Ellen Feldman nous restitue ici la vie d’une femme hors du commun, mais aussi de ses proches, mari, amants, enfants, famille, dont l’existence a souvent été malmenée par cette héroïne en quête d’absolu, qui a changé la vie de toutes les femmes, peut-être aux dépens de la sienne. »

Chronique :

Adapté de la véritable histoire de Margaret Sanger, l’autrice nous livre une biographie romancée de cette figure oubliée du féminisme du début du XXeme siècle. Infirmière de son état, c’est en voyant le nombre croissant de femmes diminuées et malades en raison de grossesses à répétition, que Margaret eu l’idée d’informer plus précisément ses patientes sur les moyens de contraception. Une bataille pour la cause des femmes qui lui valu, ainsi qu’à ses consœurs des peines d’emprisonnement. Même sous couvert de recherche et d’avancées médicales les médecins étaient frileux en ce qui concernait l’éducation sexuelle des femmes à cette époque. Beaucoup d’entre elles ne savaient rien sur leurs corps et vivaient dans l’obligation d’enfanter jusqu’à en mourir pour certaines. L’autrice retrace dans ces pages une douloureuse réalité qui n’est pas si lointaine et est encore, dans certains pays, d’actualité.

Il est à noter que c’est un roman et non une biographie ni un essai et que la partie fictionnelle donne la part belle à la vie amoureuse du personnage. L’autrice s’épanche sur cet aspect et laisse de côté l’organisation concrète du mouvement pour la contraception et l’information des femmes.

Un roman qui se lit facilement mais qui ne va pas assez loin dans l’aspect historique néanmoins une bonne entrée en matière en ce qui concerne le féminisme. Une lecture à recommander aux novices ou ceux que les essais effraient.

Je remercie Babelio pour l’envoi de ce livre.

Une réflexion sur “ »Terrible vertu » de Ellen Feldman

  1. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de A à K | Topobiblioteca

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s