»J’ai un tel désir » de Florence Cloarec

Titre VF : J’ai un tel désir

Autrice : Françoise Cloarec

Editions Stock, 2018.

Genre : Historique, Art, Féminisme

 » …J’ai un tel désir de voir ton visage dans le plaisir… Je pense souvent à cela…  »

Marie Laurencin à Nicole Groult

Résumé :

 » Marie Laurencin et Nicole Groult, une histoire d’amour peu banale. L’une est une peintre connue, ancienne maîtresse d’Apollinaire, l’autre une couturière talentueuse et créative, soeur de Paul Poiret et mariée à André Groult.

Nous suivons leurs deux destins incandescents dans le Paris de la Belle Époque, de 1907 au début des années vingt, lorsque naît la première fille de Nicole. « C’est toi le père », dira Nicole à Marie. L’enfant s’appelle Benoîte Groult.

Marie Laurencin a épousé un baron allemand juste avant la Grande Guerre ce qui lui vaut un exil de plus de cinq ans en Espagne. Elles s’écriront des centaines de lettres. Que leur désir réciproque puisse être coupable ne leur vient pas à l’idée, elles existent en marge de l’hypocrisie, naturellement. Elles devancent leur temps, sans autre revendication que leur liberté et leur plaisir.
Entourées d’Apollinaire, Picasso, Braque, Rousseau, Picabia, Roché, elles ne laisseront personne briser leur entente qui durera toute la vie.  »

Chronique :

Dans le Paris de la bande à Picasso, il y a une femme : Marie Laurencin.

Cette femme peintre c’est la compagne, pour un temps, de Guillaume Apollinaire, qui l’intègre dans ce cercle très fermé.

Madame Groult, née Nicole Poiret – 1913 – Marie Laurencin

Dans ce même Paris, dans les mêmes rues, la jeune Nicole devient Madame Groult et créer sa maison de couture.

Nicole Groult – 1929

Deux femmes libres qui vont se rencontrer et s’aimer. La guerre va les séparer mais ni la distance ni les horreurs ne vont effacer les sentiments.

Florence Cloarec est une habituée de l’époque, dans son récit L’indolente sortie en 2016, elle narrait la vie de Marthe Bonnard, femme et muse du célèbre peintre. Nous retrouvons ici avec plaisir sa plume, simple et féminine qui décrit avec un réalisme saisissant la vie de bohème. De nombreux extraits de correspondances et de citations d’artistes émaillent le texte, donnant une voix à chaque protagoniste. Benoite et Flora, les deux filles de Nicole, partagent avec l’autrice leurs souvenirs de Marie et de sa relation avec leurs parents. Un livre entre fiction et recherche historique et artistique.

Florence Cloarec fait revivre sous nos yeux les quartiers Montparnasse et Montmartre, les cafés et les ateliers d’artistes. Un doux vent de nostalgie et de liberté flotte entre ses pages.

Publicités

10 réflexions sur “ »J’ai un tel désir » de Florence Cloarec

  1. Pingback: Bilan du mois de Mars 2019 et Dans la hotte de Charlotte | Topobiblioteca

  2. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de A à K | Topobiblioteca

    • Je ne peux que te le recommander, surtout qu’on entend peu parler de Marie Laurencin finalement par rapport aux autres artistes de cette époque. Je te recommande également L’indolente de la même autrice sur la femme du peintre Bonnard, une merveille également !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s