»Qui a tué mon père » de Edouard Louis

Titre VF : Qui a tué mon père

Auteur : Édouard Louis

Editions Seuil, 2018.

Genre : Littérature contemporaine, Autobiographie, Roman 2018

 » Est-ce qu’il est normal d’avoir honte d’aimer ?  »

Résumé :

 » L’histoire de ton corps accuse l’histoire politique.  »

Chronique :

Edouard Louis avait chamboulé le monde littéraire avec En finir avec Eddy Bellegueule en 2014, relatant son enfance dans un petit village de Picardie. Une enfance violente et rude, jugée par certains improbable en ces temps, mais pourtant bien réelle…

Son second ouvrage, moins remarqué, Une histoire de la violence, relate son viol et sa tentative d’assassinat, un soir de décembre 2012.

Dans son dernier né, Qui a tué mon père, il écrit une longue lettre à son géniteur, en reconstruisant son histoire et leur relation en évoquant ses souvenirs.

Edouard Louis s’inscrit dans un schéma littéraire autobiographique. Les événements relatés dans Une histoire de la violence ont fait l’objet d’une procédure judiciaire. L’avocate de Réda, l’homme accusé du viol, expose sa théorie sur l’auteur : son œuvre littéraire prendrait le pas sur la réalité. Alors fictions ou véritables confessions sans faux semblants, ni pudeur ? Nul ne le sait et c’est ce qui fascine…

Il est troublant de lire les ouvrages de Edouard Louis et Qui a tué mon père n’en fait pas exception. Entre dénonciation de la rudesse de la société face au travail à risque et souvenirs de sa relation houleuse et compliquée avec son père, ce livre est autant une autobiographie qu’une nouvelle sur un fait de société actuel. Il cite à l’intérieur même du roman son premier ouvrage, En finir avec Eddy Bellegueule, insérant par là même le caractère non fictionnel de l’œuvre.

Un auteur atypique dans le paysage de la littérature contemporaine, qui s’inscrit tout de même dans la lignée des auteurs qui utilisent leur vie comme matériau premier pour construire leur univers littéraire.

Lire Edouard Louis c’est faire l’expérience de mots durs, francs et sans concessions. Mais c’est aussi repousser plus loin les limites entre fiction et réalité. Un thème cher à notre société ces dernières décennies…

 

 » Si ce texte était un texte de théâtre, c’est avec ces mots-là qu’il faudrait commencer : Un père et un fils sont à quelques mètres l’un de l’autre dans un grand espace, vaste et vide.  »

Publicités

4 réflexions sur “ »Qui a tué mon père » de Edouard Louis

  1. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de L à Z | Topobiblioteca

  2. Pingback: Bilan du mois d’Avril 2018 et Dans la hotte de Charlotte | Topobiblioteca

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s