»La grâce des brigands » de Véronique Ovaldé

Titre VF : La grâce des brigands

Auteur : Véronique Ovaldé

Edition De l’Olivier, 2013.

Genre : Littérature contemporaine

 » Il y a une certaine grâce chez les perdants, les plagiaires et les brigands.  »

Résumé :

 » Maria Cristina Väätonen a seize ans lorsqu’elle quitte la ville de son enfance, une bourgade située dans le Nord, entourée de marais et plongée dans la brume la plupart de l’année. Elle laisse derrière elle un père taciturne, une mère bigote et une soeur jalouse, pour s’installer à Santa Monica (Los Angeles). C’est le début des années 70 et des rêves libertaires. Elle n’a pas encore écrit le roman dans lequel elle réglera ses comptes avec sa famille, et qui la propulsera sur la scène littéraire. Et elle n’est pas encore l’amante de Rafael Claramunt. Séducteur invétéré, cet excentrique a connu son heure de gloire et se consacre désormais à entretenir sa légende d’écrivain nobélisable. Est-il un pygmalion, ou un imposteur qui cherche à s’approprier le talent de Maria Cristina ?  »

Chronique :

La grâce des brigands est un livre énigmatique qui ne se révèle pas tout de suite au lecteur.

Nous découvrons Maria Cristina, écrivain, recevant un coup de téléphone de sa mère, qu’elle n’a pas vu depuis des années. Sa soeur aurait eu un enfant, dont Maria Cristina va devoir s’occuper. Nous suivons alors le fil de la vie de ce personnage, de son enfance à sa rencontre avec un certain Claramunt, ancien écrivain et imagine-t-on, amour. Que s’est-il passé dans la vie de Maria Cristina pour qu’elle ait abandonné son foyer familial si jeune et sans un regard en arrière, pour que malgré l’absence de relation avec sa mère, elle accourt au premier appel ?

L’histoire nous accroche par son personnage principal, décrit par le narrateur, dont on ne connaîtra jamais l’identité, comme tour à tour adolescente rebelle aux accents cachés de lolita, douce et naïve, ou encore forte et prête à vivre sa propre vie. On ne sait pourquoi on s’attache à ce personnage, mais il nous fascine. Sans lui, l’intrigue aurait une saveur moindre car l’histoire n’est pas spécialement ni innovante ni fondamentalement inoubliable.

La grâce des brigands est une tranche de vie atypique, agréable à suivre, servi par un style et un schéma narratif très contemporain. Mais il n’est malheureusement que cela : agréable sans être transcendant. Une ambiance se dégage tout de même du texte à la fois mystérieuse et nébuleuse. Comme si, au fond, le texte n’était pas seulement cette tranche de vie du personnage principal, mais tout simplement le propre récit écrit par Maria Cristina elle-même, comme une sorte de double récit, de texte en miroir. Malheureusement, ce système est tué dans l’œuf par trop peu de détails abondants dans ce sens. Dommage car le texte aurait gagné en profondeur et en originalité, la personnalité et la vie de son personnage le permettait.

6 réflexions sur “ »La grâce des brigands » de Véronique Ovaldé

  1. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de L à Z | Topobiblioteca

  2. Pingback: Bilan du mois d’Avril 2018 et Dans la hotte de Charlotte | Topobiblioteca

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s