Bilan du mois de Juin 2017 et Dans la hotte de Charlotte

bilan (2)

J’ai lu ce mois-ci 12 livres soit un total de 1230 pages lues :

  • Vadim – Le plaisir sans remords de Clément Ghys ( chronique en ligne )

  • Les carnets de Cerise – t.4 La déesse sans visage de Aurélie Neyret et Joris Chamblain ( chronique à venir )

  • Le pouvoir au féminin – Marie-Thérèse d’Autriche ( 1717 – 1780 ) L’impératrice-reine de Elizabeth Badinter ( chronique en ligne )

  • Respire… de Géraldine Carpentier-Doré et Maud Roegiers ( chronique en ligne )

  • A cause de la vie de Véronique Ovaldé et Joann Sfar ( chronique en ligne )

  • L’amant de Marguerite Duras ( chronique en ligne )

  • Pousse piano de Gilles Baum et Rémi Saillard ( chronique en ligne )

  • Code 93 de Olivier Norek ( chronique en ligne )

  • Sambre – Deuxième génération ( 1847-1848 ) Bernard et Julie de Yslaire et Balac ( chronique à venir )

    t.1 Plus ne m’est rien…

    t.2 Je sais que tu viendras…

    t.3 Liberté, liberté…

    t.4 Faut-il que nous mourrions ensemble ?

Début de mois avec Vadim – Le plaisir sans remords : le livres est beau et nostalgique et montre la fascination d’un homme pour un autre qu’il n’a pas connu et pour un âge d’or qu’il fantasme.

Les carnets de Cerise – t.4 La déesse sans visage est une BD touchante et profondément humaine…

Le pouvoir au féminin – Marie-Thérèse d’Autriche ( 1717 – 1780 ) L’impératrice-reine est un livre qui met en lumière une femme qui joua un rôle prépondérant pour l’Autriche au XVIIIeme siècle. Un livre féministe décrivant une femme aux multiples facettes qui incarne avant l’heure l’essence même de notre société contemporaine !

Respire… est album aux allures de conte initiatique pour évoquer des sujets de grands avec des enfants.

A cause de la vie est un savoureux mélange de dessins et de texte pour un livre original qui vous donnera le sourire aux lèvres et un petit goût de nostalgie en bouche.

L’amant est un livre autobiographique, aux limites de la fiction. Une œuvre multiple qui tour à tour nous met mal à l’aise et nous émeut…

Pousse piano est un album atypique qui conte d’une façon imagée l’amour de la musique et les émotions qu’elle peut véhiculer.

Code 93 est un thriller qui fait froid dans le dos et dont seule la fin nous délivre.

Sambre – Deuxième génération ( 1847-1848 ) Bernard et Julie est une histoire à la fois romantique et violente, entre les bas-fonds de Paris et les manoirs hantés.

Le bourgeois gentilhomme – Compagnie Collette Roumanoff ( théâtre Fontaine, Paris ) :

Une pièce offerte par ma maman qui a volontairement choisi un théâtre dans lequel je n’étais jamais allée et une pièce qu’elle aurait aimé voir.

Premier constat : le théâtre fontaine ( 9eme arrondissement, rue Fontaine ) est un petit théâtre intime mais comportant tout de même 621 places. Une belle architecture, dans laquelle sont passés Louis de Funès, et plus tard Murielle Robin ou Pierre Palmade. Nous pouvons voir sur les murs des photos en noir et blanc de certains de ces comédiens en pleine préparation, accompagnés d’une phrase, qui, pour eux, représente l’espace de la loge, ce moment d’entre deux. Une originalité qui donne une touche intime au lieu.

Je suis donc allé voir Le bourgeois gentilhomme, mis en scène par la compagnie Collette Roumanoff. La maman de la comédienne humoriste, Anne Roumanoff, qui a participé à l’écriture de certains spectacles de sa fille, est la metteur en scène de la compagnie. Elle souhaite donner une double lecture aux œuvres du répertoire classique. Tout en s’attachant à conserver le texte d’origine, elle base l’enjeu de la mise en scène sur le corps de l’acteur.

Peu d’objet, ici en l’occurrence deux chaises et parfois, un autre accessoire correspondant à un personnage, mais pas de décor à proprement parlé, tout est dans l’imagination face au texte et à l’espace que prend le comédien. Le jeu est d’ailleurs basé sur un partage avec le public, pas d’adresse directe ni de participation véritable comme dans un spectacle d’humour, mais le texte est le plus souvent déclamé face public, avec une vraie recherche du regard du spectateur. Certaines scènes comme celle où le professeur de philo apprend à Jourdain à former les sons, ou celle du cours d’épée, donnerait envie de les rejoindre sur scène. D’ailleurs l’éclairage va en ce sens car les lumières de la salle ne sont pas éteintes, nous étions dans la pénombre, englobés dans le même espace que la scène. Les costumes participent de cet effet d’humour, car ils reprennent les codes de l’époque, mais l’effet donné est celui du costume, du jeu et de l’amusement.

Par cette mise en scène l’objectif de réunir petit et grand est parfaitement réussi ! Il y avait d’ailleurs dans la salle presque uniquement des familles. Une très belle façon d’intéresser les enfants au théâtre et de leur faire connaître en douceur les pièces fondatrices de notre répertoire si riche.

Un petit plus : merci aux comédiens qui ont bien voulus signer à la fin de la représentation. Nous avons passé un moment magnifique !

Dans la hotte de Charlotte :

dans la hotte de charlotte

Vadim – Le plaisir sans remords de Clément Ghys ( éditions Stock ) : Merci à Babelio pour ce partenariat.

Révolution de Emmanuel Macron ( éditions XO ) : Comme dit dans mon avis sur le livre Emmanuel Macron – un jeune homme si parfait, j’ai eu envie de lire celui-ci afin d’avoir un autre éclairage sur ce personnage.

Le secret d’Aèle de Valérie Trierweiler ( édition Les Arènes ) : J’aime tellement le travail de Klimt que je ne pouvais passer à côté de ce roman.

Mrs Hemingway de Naomi Wood ( éditions Quai Voltaire ) : Un roman sur les femmes qui ont jalonnées la vie de l’écrivain.

A l’occasion du centenaire de Rodin, j’ai acheté ;

Je couche toute nue de Camille et Auguste ( éditins Slatkine & Cie ) : Un livre qui compile leur correspondance.

A. Rodin – Fugit Amor, portrait intime de Eddy Simon et Joël Allessandra ( édition 21 g )

Tendre est la nuit de Francis Scott Fitzgerald ( éditions Le livre de Poche ) : suite à un avis de la booktubeuse Il était une fois perseige

Ragdoll de Daniel Cole ( édition Robert Laffont collection La Bête Noire ) : Un thriller dont j’entends énormément de bons avis.

La passe-miroir – t.3 La mémoire de Babel de Christelle Dabos ( éditions Gallimard Jeunesse )

Occasions :

Mémoires de Fanny Hill de John Cleland ( édition Famot, Genève 1978 )

Robinson Crusoe de Daniel De Foe ( éditions Jean de Bonnot,1974 )

Des récits sur les mythes et légendes :

Récits tirés de l’histoire Grecque de Marguerite Desmurger ( édition Fernand Nathan, 1957, collection des contes et légendes de tous les pays )

Contes et légendes de Flandre de A. De Lauwereyns de Roösendaële ( éditions Fernand Nathand, 1932, collection des contes et légendes de tous les pays )

Contes et légendes du Moyen-Age Français de Marcelle et Georges Huisman ( éditions Fernand Nathan, 1931, collection des contes et légendes de tous les pays )

Publicités

8 réflexions sur “Bilan du mois de Juin 2017 et Dans la hotte de Charlotte

  1. Ça devait être chouette Le bourgeois gentilhomme, je crois que je ne suis encore jamais allée dans cette salle! Par contre, j’avais vu cette pièce à la comédie française il y a bien longtemps et j’en garde un excellent souvenir!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s