»D’après une histoire vraie » de Delphine De Vigan

Titre VF : D’après une histoire vraie

Auteur : Delphine De Vigan

Editions Le livre de Poche, 2017. ( JC Lattès, 2015 )

Genre : Littérature contemporaine

Prix Renaudot 2015 ; Prix Goncourt des lycéens 2015.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 » Avec le recul, et au vu de la violence qu’a revêtue plus tard notre relation, je pourrais être tentée de dire que L. est entrée dans ma vie par effraction, avec pour seul objectif l’annexion de mon territoire, mais ce serait faux.

L. est entrée en douceur, avec une infinie délicatesse, et j’ai passé avec elle des moments d’une étonnante complicité.  »

Résumé :

 » « Ce livre est le récit de ma rencontre avec L. L. est le cauchemar de tout écrivain. Ou plutôt le genre de personne qu’un écrivain ne devrait jamais croiser. »

Dans ce roman aux allures de thriller psychologique, Delphine de Vigan s’aventure en équilibriste sur la ligne de crête qui sépare le réel de la fiction. Ce livre est aussi une plongée au cœur d’une époque fascinée par le Vrai.  »

Mon avis :

J’ai lu il y a quelques années Rien ne s’oppose à la nuit, un livre qui m’avait touchée et bouleversée au plus au point. J’avais salué la force et le courage de l’auteur de traiter d’une partie de sa vie dans un livre, car il faut ainsi s’exposer dès la publication. C’est le point de départ de D’après une histoire vraie : cette médiatisation qui finit par peser. Cette période coïncide avec l’arrivée de L. dans sa vie. Femme énigmatique et mystérieuse avec laquelle Delphine, la narratrice, devient amie. L. entre dans sa vie de façon inattendue et devient bien vite indispensable : pour le meilleur et pour le pire.

Fiction autobiographique, une nouvelle fois, D’après une histoire vraie repousse les limites du genre de façon magistrale. Car si la narratrice est le double de l’auteur et que l’histoire regorge de détails autobiographiques, cet aspect est contrebalancé par la progression du récit et son ambiance. Nous ne saurons jamais le véritable prénom de L., l’auteur multiplie d’ailleurs les jeux de mots avec les sonorités ; L – elle pronom personnel, donnant au récit une note spécifique. Le mystère autour de l’identité de ce protagoniste, la montée progressive de l’angoisse et de la dépression de la narratrice créer une intrigue surfant que le thriller et le roman psychologique plus que sur un récit contemporain, le propre de l’auteur. D’après une histoire vraie signe un tournant majeur dans l’œuvre de Delphine De Vigan.

La construction du récit est fine et joue sur la possible réalité des faits. Un roman hypnotique où de nombreux sujets sont abordés. La littérature, bien sûr, mais aussi la maternité et le quotidien. La vie d’écrivain, réelle ou fictive de l’auteur ? Un jeu de piste habilement construit. Il est notamment question du succès grandissant des biopics, des histoires estampillées  »vraies » ou  »adaptée de faits réels ». Le débat quasi constant entre L. et la narratrice est finement mené et nous amène à réfléchir sur la société dans laquelle nous évoluons, une société du paraître qui recherche la vérité et la réalité : paradoxale, non ? Le titre prend tout son sens lors de ses dialogues et le lecteur cherche à connaître la part de réelle et de fiction dans l’histoire, tout en se faisant balader dans le récit. Un sujet enchâssé dans l’intrigue qui apporte une autre dimension au livre.

En bref, D’après une histoire vraie à reçu le prix Renaudot 2015 et le Goncourt des lycéens la même année. Un roman formidablement mené qui opère un changement de ton chez l’auteur. Un chef-d’œuvre pour ma part, qui, la fin venue, amène une relecture tant le mystère s’épaissit…

COUP DE COEUR

Publicités

19 réflexions sur “ »D’après une histoire vraie » de Delphine De Vigan

  1. Pingback: Bilan du mois de Janvier 2017 et Dans la hotte de Charlotte | Topobiblioteca

  2. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de L à Z | Topobiblioteca

  3. Je vois ce livre dans toutes les librairies que je traverse, je le prends puis je le repose mais la prochaine fois il est pour moi (avec Rien ne s’oppose à la nuit, d’après ce que j’ai compris ces deux livres sont liés). Delphine de Vigan je l’ai connu grâce à son livre No et moi que ma mère a lu en une après midi et qu’elle avait adoré, du coup j’en garde un souvenir plus que spécial et il a une place dans mon coeur.

    • Voilà tout à fait pour moi il vaut mieux lire Rien ne s’oppose à la nuit en premier on comprend mieux ensuite les répercutions dans D’après une histoire vraie et tu seras d’autant plus perturbé entre la vérité et le roman.
      Je n’ai pas encore lu No et moi, mais en effet on m’en dit énormément de bien. J’aime beaucoup sa plume, cette façon d’écrire contemporaine mais avec beaucoup de sensibilité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s