»Tu n’as rien à craindre de moi » de Joann Sfar

Titre VF : Tu n’as rien à craindre de moi

Auteur et Dessinateur : Joann Sfar

Editions Rue de Sèvres, 2016.

Genre : Bandes-dessinée

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 » Quand il me regarde comme s’il allait me croquer, j’adore. En revanche… lorsqu’il a l’ai fasciné, ça m’agace. »

Résumé :

 » C’est l’histoire des meilleurs moments de l’amour : ils se rencontrent, se regardent, se parlent des nuits entières, s’aiment sans cesse. Il la peint, elle s’amuse à être peinte… et après ?  »

Mon avis :

Ayant eu un coup de cœur pour Je l’appelle Monsieur Bonnard de l’auteur, j’ai eu envie de retrouver cette ambiance artistique. Malheureusement, une pincée de déception m’a bercée durant ma lecture.

Nous rencontrons un couple, lui est peintre, elle, est sa muse à ses heures perdues. Nous entrons dans leur intimité, dans leur réflexion et leur sexualité. Lui, sublime sa femme en la dessinant à la manière de Bonnard.

Beaucoup de questionnements du couple peuvent être les nôtres et nous reconnaissons l’intimité d’une vie à deux mais l’attachement des personnages ne peut aller plus loin en raison des nombreuses références aux autres bandes-dessinées de l’auteur. Moi qui n’est lu que Je l’appelle Monsieur Bonnard, il m’a été difficile de vraiment faire le rapprochement avec ses autres histoires. De nombreuses scènes sexuelles viennent émailler le récit, peut-être trop à mon goût, les rendant répétitives et moins sensuelles que si elle avaient été moins présentes.

tu-nas-rien-a-craindre-de-moi-case

Les traits de crayons restent ce que l’on connaît du dessinateur : de longs traits droits, presque une esquisse, crayonnés au brouillon sur un coin de table, mais qui donnent une certaine souplesse au rendu. Une ambiance entre le travail acharné et les simples croquis se dégage de ses planches.

En conclusion, une belle BD sur l’amour mais qui peu perdre le lecteur face aux références au travail précédent du dessinateur.

Publicités

20 réflexions sur “ »Tu n’as rien à craindre de moi » de Joann Sfar

  1. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de L à Z | Topobiblioteca

    • L’auteur vient également de sortir un roman pour la rentrée littéraire  »comment tu parles de ton père » revenant sur le décès de son papa, un livre que je devrais lire sous peu. J’ai vraiment adoré la BD  »Je l’appelle monsieur Bonnard », reprenant les mêmes nus que Bonnard mais en les transformant, une BD sublime ! =)

    • Oui tu peux également retrouver l’émission de la grande librairie du 15 sept 2016 où il parle de son roman  » Comment tu parles de ton père » et de sa BD sur Dali =) En effet je pense que c’est un auteur à commencer dans l’ordre de ses parutions, car tout son travail s’influence et à des résonances.

    • En plus, il s’est illustré dans plusieurs genres différents avec Le petit vampire pour la jeunesse, Le chat du rabbin pour adulte, la peinture avec Je l’appelle Monsieur Bonnard, un univers très riche qui développe beaucoup de sujets d’actualité =)

  2. Je trouve les dessins très froids. Si en plus, il faut avoir lu certains ouvrages pour tout comprendre, ça va être difficile. Par contre je note Je l’appelle Monsieur Bonnard.

    • C’est ce que je reproche en effet à cette BD mais je peux te conseiller les yeux fermés Je l’appelle Monsieur Bonnard, un enchantement ! Toutefois attention tout de même toi qui n’aime pas trop la peinture, dans cette BD Sfar reprend les nus de Bonnard transposés avec d’autres techniques, du dessins et de l’aquarelle notamment.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s