»Betty » de Arnaldur Indridason

Titre VO : Betty (2003)

Titre VF : Betty

Auteur : Arnaldur Indridason

Traduit de l’islandais par Patrick Guelpa.

Editions Points, collection Roman noir, 2013.

Genre : Policier

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 » Je sirotai mon champagne et je me souviens avoir pensé que jamais je n’avais rencontré une femme comme Betty. Elle avait un je ne sais quoi de sans retenue et d’immoral, et malgré ça de merveilleusement innocent.  »

Résumé :

 » Quand j’ai rencontré Betty, j’ai su que ma vie allait basculer. Elle était magnétique et fatale. J’aurais tout donné pour elle. J’ai même accepté de travailler pour son mari. Mais maintenant c’est moi qui suis derrière les barreaux. Aux yeux de tous, je suis coupable de meurtre. Parce que, si l’amour se joue à trois, il y en a toujours un de trop.  »

Mon avis :

Ce livre m’intriguait depuis des années avec sa couverture captivante et érotique. Malgré tout, ne vous méprenez pas, si Betty contient une belle dose de sensualité, ce n’est aucunement un roman érotique. Betty est bien plutôt un roman noir dans toute sa splendeur.

Nous rencontrons un avocat, en prison, qui va nous retracer son histoire. Tout débuta lors de sa rencontre avec Betty, séduisante et énigmatique, et de son mari, qui deviendra bien vite son patron. Résumé banal, certes. Mais je suis dans l’obligation de ne rien vous révéler de plus. Il faut découvrir se que cache les personnages et l’intrigue par vous-même, car celle-ci recèle un retournement de situation des plus exquis.

Les personnages sont tous plus mystérieux les uns que les autres et lorsque nous croyons les avoir cernés, l’auteur opère un revirement afin de nous les rendre encore moins accessibles. Mais cela ne veut pas dire que l’on ne s’attache pas à eux pour autant : malgré leur caractère énigmatique nous cherchons leurs motivations et nous tentons de nous rapprocher d’eux car ils nous fascinent. Aidé d’un style aux accents sensuels, les scènes nous attirent comme un aimant. Nous ressentons le pouvoir érotique et envoûtant de Betty, la froideur de Tomas, son mari, et l’incompréhension de notre personnage principal. Nous sommes ce personnage principal, aussi perdu mais aussi attiré par ce monde de faste et de richesse, au parfum sensuel de cigarettes grecques.

En conclusion, plongez au cœur de cette histoire, vous ressortirez sous le charme redoutable de Betty.

Publicités

21 réflexions sur “ »Betty » de Arnaldur Indridason

  1. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de A à K | Topobiblioteca

  2. Pingback: Bilan du mois de Juillet 2016 et Dans la hotte de Charlotte : | Topobiblioteca

    • Oui vraiment j’ai été vraiment prise dans le roman et je n’ai pas vu venir le revirement mais ma maman qui est en train de le lire à compris avant le retournement de situation malgré tout elle est fascinée =)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s