»Tout ce que je sais de l’amour » de Michela Marzano

Titre VF : Tout ce que je sais de l’amour

Auteur : Michela Marzano

Editions Stock, 2014.

Genre : Autobiographie, littérature contemporaine

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 » Enfant, je rêvais de l’amour.  »

Résumé :

 » Le titre de ce récit autobiographique, dans la lignée du précédent et magnifique livre de Michela Marzano, Légère comme un papillon, vient d’un vers d’Emily Dickinson : That Love is all there is, is all we know of Love.

Partant de sa propre vie autant que de ses lectures, l’auteur évoque la recherche du Prince Charmant – un objectif qui se révèle inaccessible –, le désir d’enfant, la maternité, l’absence d’amour qui fonde parfois nos bancales existences, l’acceptation des limites de cet amour. Tournant un regard compréhensif pour chacun mais souvent impitoyable envers elle-même, elle aboutit à un constat personnel, où se reflète toute expérience humaine : « On reste seule avec ses peurs. Seule avec une autre liste, elle aussi sans fin, pleine de questions sans réponses. Cette fois, c’est différent. Car même si je perds tout, je ne me perdrai pas moi-même. Ni cette envie de recommencer. Ni la certitude que personne ne peut plus me voler qui je suis, même si, ensuite, la nuit m’anéantit.  »

Mon avis :

Aimant les récits et textes sur le thème de l’amour, réciproque ou déçu, j’étais très attirée par ce titre. J’y cherchais une écriture contemporaine, une étude sur l’amour ; malheureusement je n’y ai trouvé que des atermoiements sans constructions.

Tout ce que je sais de l’amour ce veux le récit autobiographique de la vie amoureuse de l’auteur, une synthèse de ce que la vie lui a appris sur l’amour, couplé avec des intermèdes où elle converse et analyse les grands penseurs sur la complexité des sentiments humains. Ce qui ressort du texte, pour moi, est trop pessimiste, il n’y a aucune lumière à l’horizon et pour l’auteur nous sommes condamnés à chercher inlassablement le même amour inconditionnel et pur que celui de nos parents, que l’on ne trouvera jamais. Nous sommes alors les jouets de la jalousie et de l’incompréhension. L’auteur prend son exemple comme celui du passage obligatoire en amour, si bien que le lecteur se sent pris de haut par la construction du roman.

Le style est très centré sur les sentiments de l’auteur, ses ressentis et pensées sur l’amour mais elle nous martèle ses opinions comme des vérités générales et des maximes. Le lecteur entre alors soit en conflit ou en adéquation avec ce que nous dit l’auteur, mais ne vit pas le récit comme un lecteur lambada : il doit forcément se positionner. Cet effet m’a perturbée d’autant plus que j’étais réfractaire à ce que Michela Marzano exprime et à sa façon de réfuter les philosophes comme si ils n’étaient que des pions et ne comprenaient rien à l’amour, au lien de nuancer ses propos en exposant son ressenti face à son expérience. Je pense que c’est effectivement ce qu’elle souhaitais faire, mais le rendu final est hautain, colérique et pessimiste.

En conclusion, une lecture pessimiste sur la vision de l’amour comme jamais pleinement satisfaisant.

Publicités

22 réflexions sur “ »Tout ce que je sais de l’amour » de Michela Marzano

  1. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de L à Z | Topobiblioteca

    • Je dirais plutôt pessimiste, l’auteur nous montre l’amour comme inatteignable, le bonheur impossible, et une vie quotidienne faite de crises, de jalousies et d’incompréhension. Les petits bonheurs sont absents…

  2. C’est dommage que l’auteure ne se soit pas un peu détachée de ses propres certitudes pour ouvrir un peu la réflexion sur le sujet parce que l’idée de départ était intéressante.

  3. Ouh là, ça ne me tente pas du tout! Je pense que ce n’est vraiment pas le genre de lecture qui me plairait en ce moment, je n’ai pas du tout envie qu’on me parle d’une vision pessimiste de l’amour donc je vais juste passer mon tour 🙂 (j’ai l’impression de dire ça souvent sur ton blog en ce moment hahaha)

    • Oui malheureusement, à part La compassion du diable et une bio sur le Marquis de Sade ( la chronique arrive bientôt ), en ce moment je fais des lectures plutôt très mitigées…

    • En effet, j’aime lorsqu’un livre incite à la réflexion mais ici ce qui me chagrine c’est que l’auteur ne va que dans un seul sens, le sien et refuse ce qui est autour.

  4. Houlala, cela ne donne pas trop envie de découvrir ce livre… Surtout si l’auteure reste obstinée, et n’accepte que sa façon de penser. Dommage, le sujet est quand même très intéressant à la base !

  5. Pingback: Bilan du mois de Juin 2016 et Dans la hotte de Charlotte : | Topobiblioteca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s