»Dix-sept ans » de Colombe Schneck

Titre VF : Dix-sept ans
Auteur : Colombe Schneck
Edition J’ai Lu, 2016 ( éditions Grasset 2015 )
Genre : Autobiographie, littérature contemporaine

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 » Alors qu’en Europe les législations sur l’interruption volontaire de grossesse sont remises en cause, quand on continue de parler de banalisation de l’avortement, qu’on invente jusqu’à la notion d’avortement de confort, je dois raconter ce qu’a signifié et ce que signifie encore pour moi cet  »événement ».  »

Résumé :
 » On m’a élevée ainsi : les garçons et les filles sont à égalité. Je suis aussi libre que mon frère, ma mère est aussi libre que mon père. C’est faux. Je suis une fille, pas un garçon. J’ai 17 ans, mon corps me trahit, je vais avorter. J’y pense toujours, je n’en parlerai jamais à personne. Parfois, je ne suis pas loin de dire le mot, de le partager avec une amie proche. Et puis non, je renonce. Pourquoi ce silence ?  »

 
Mon avis :
L’auteur nous plonge dans son quotidien à 17 ans, dans sa vie d’adolescente libre et sans contraintes, dans ses années quatre-vingt, ses années d’insouciance. Elle est libre de voir un garçon dont elle n’est pas amoureuse, préoccupée par ses études et la légèreté du temps lorsqu’elle se découvre enceinte. Son choix est clair, directement, elle sait ce qu’elle veut. Mais finalement, ce qu’elle prend pour un acte allant de soi, un droit qu’on toutes les femmes, n’est pas vu de la même façon par tout le monde.
A travers le récit de cet événement, l’auteur souhaite conter sa version, son avortement, avec ses mots pour dire ce qu’elle à vécu et pour dire aux autres femmes qu’elles ont le droit et surtout que leurs corps leur appartient.

Le style de l’auteur est fait de phrases tantôt courtes, tantôt longues, nous plongeant dans les fatras de ses émotions, nous décrivant son ressentie et son quotidien lors de ce qu’elle nomme  »cet événement ». J’ai parfois trouvé un peu de froideur dans les termes de l’auteur, ainsi qu’une certaine distance face aux événements qui ne m’ont pas aidé à m’attacher a elle. Une certaine rapidité dans le récit est également selon moi dommage, car le lecteur souhaite, sans voyeurisme aucun, entrer plus avant dans la vie du personnage.

En conclusion, l’auteur revient sur une période de sa vie et nous expose son ressenti face à l’avortement.

Publicités

37 réflexions sur “ »Dix-sept ans » de Colombe Schneck

  1. Pingback: Bilan du moi de Janvier 2016 et Dans la hotte de Charlotte : | Topobiblioteca

  2. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de L à Z | Topobiblioteca

    • Le thème est très intéressant, surtout qu’il s’agit là d’une autobiographie, mais j’ai malheureusement trouvé que l’auteur n’apportait pas vraiment une chose en plus au sujet, car tout ce passe relativement facilement pour elle. Ma maman qui à le même âge que l’auteur, l’a lu et a eu exactement le même sentiment que moi, surtout que ma grand-mère ne parlait nullement de ses choses là… Ensuite, je comprend que l’écriture est été un exutoire et cela reste un jolie texte…

    • Malheureusement, je ne me suis pas attaché à elle, ensuite comme il s’agit d’une autobiographie, c’est toujours plus compliqué. Je vais essayer de lire Mai 67 le sujet m’accroche.

  3. C’est parfois le problème des témoignages : le thème ou le fond est intéressant, mais il y a souvent cette distance qui se crée et c’est dommage. C’est dommage parce que l’attachement au personnage est limite primordial pour moi (dans un livre, quel que soit le genre).

    • C’est exactement cela ! J’ai comme toi, besoin de m’attacher un minimum, d’avoir envie de suivre le personnage, qu’il soit réel ou non. Et là malheureusement, je n’ai pas réussi…

  4. Je suis d’accord avec toi, il y a une certaine distance qui empêche le lecteur de s’attacher à la narratrice. Après, je me suis dit que cette distance pouvait également s’expliquer par le fait que l’auteure vit avec cet événement sans qu’il la détruise pour autant. D’une certaine manière, elle a elle-même choisi cette distance.
    Mais je suis d’accord pour dire qu’un peu plus d’émotion aurait été bénéfique !

    • Tout à fait, dès le départ son choix est clair, mais j’ai trouvé que le récit était peut être trop rapide, elle nous parle plus de sa vie adolescente à l’époque, que de l’avortement. J’ai par contre adoré la préface, l’introduction, expliquant ce que l’avortement était à cette époque !

  5. Pingback: Dix-sept ans – Colombe Schneck | Au milieu des livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s