»Nos étoiles contraires » de John Green

Titre VO : The Fault in Our Stars ( 2012 )
Titre VF : Nos étoiles contraires
Auteur : John Green
Traduit de l’anglais ( États-Unis ) par Catherine Gibert.
Editions Nathan, 2013.
Genre : Young-adult
Prix des Incorruptibles 2015

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 » Tu m’as offert une éternité dans un nombre de jours limités, et j’en suis heureuse.  »

Résumé :
 » Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.  »

 
Mon avis :
Nos étoiles contraires est un livre que j’avais peur de lire : en effet comment passer à côté de ce ras de marée planétaire, ces nombreux articles et autres vidéos. Je ne sais pas si j’en attendais trop, mais force est de constater que si l’histoire est belle et touchante, il m’aura manqué quelque chose pour en faire une lecture forte et inoubliable.
L’intrigue est particulièrement humaine et nous épargne les schémas auxquels d’autres livres du même genre ont eu recours : ici pas de listes de souhaits à réaliser, mais l’envie dévorante de vivre chaque instant. Un livre réaliste, intégrant également les parents des enfants, montrant comment chaque famille vit cette épreuve. L’intégration des vœux auxquels les enfants malades ont droits, était une bonne idée afin de faire vivre l’intrigue en dehors des hôpitaux et des visites chez les médecins. Malgré tout, l’histoire a parfois des petits côtés prévisibles mais qui donnent un bel aspect touchant.

John Green a su écrire des personnages qui dépassent les clichés sur les adolescents, des personnages hauts en couleurs qui tentent de vivre le moment présent. C’est à travers les petits riens de la vie, qu’on découvrent le sort des protagonistes montrant ainsi la maladie dans son état le plus naturel, sans chichis ni pathos, juste naturellement.

Le style de l’auteur est pour ma part, soit trop simple soit trop philosophique. Certes les personnages ne sont pas comme tout adolescent, et ont déjà beaucoup plus de réflexion sur le sens de la vie que des gens de leur âge en bonne santé, malgré tout, certaines idées exprimées par les protagonistes étaient trop empreintes de sagesse pour que je puisse m’attacher à eux. J’avais le sentiment de lire les sensations de l’auteur et non celles des personnages.

En conclusion, une belle leçon de vie, humaine et touchante, mais qui m’aura pourtant laissée extérieur à l’histoire de par des personnages auxquels je n’ai pas réussi à m’attacher et une écriture qui ne m’a pas totalement convaincue.

 

218720

Nos étoiles contraires – Le film de Josh Boone ( 2014 ) :
Le film m’a plus charmé que le livre, ce qui est assez rare pour être souligné.
Si les acteurs ne sont pas ceux que j’aurais choisis, ils ont, selon moi, réussis à incarner ses deux personnages profondément humains et fragiles. Leur alchimie est palpable et leurs jeux de regards, leurs sourires et leurs silences, ainsi que les plans resserrés, sur leurs corps, sans forcément prendre en compte le contexte spatial, donnent un charme particulier, centrant l’histoire sur leurs sentiments. En ce sens, les images et les musiques m’ont aidé à entrer dans l’intrigue, m’ancrant véritablement à celle-ci.
Nos étoiles contraires est un joli film, l’adaptation est pour moi réussie, le spectateur se prend d’affection pour ses personnages fragiles mais forts dans leur combat pour le bonheur.

Publicités

44 réflexions sur “ »Nos étoiles contraires » de John Green

  1. Pingback: Bilan du mois de Septembre 2015 et Dans la hotte de Charlotte : | Topobiblioteca

  2. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de A à K | Topobiblioteca

  3. La comparaison à un ras de marée est très bien trouvée j’avoue 😀 Je ne suis pas très attirée par les histoires où le héros est malade et où je sais d’avance que je vais au minimum avoir les larmes au yeux, au pire me transformer en fontaine à la fin. Comment dire ? Je n’ai rien contre les histoires émouvantes mais je préfère être surprise. 😀 Mais les échos que j’ai des livres de John Green me donnent envie de découvrir un de ses livres un de ces quatre… peut-être juste commencer par un autre que Nos étoiles contraires, pour y venir par la suite si le style me plaît ?
    Très jolie la citation qui débute l’article, d’ailleurs !

    • Il est vrai que c’est une histoire très émouvante, et que si tu es sensible tu risques fort de te retrouver en larmes, ce qui fut mon cas ! Je comprend ton point de vue, et il est vrai qu’il faut être dans un bon jour pour le lire, parce que même si le message est de vivre chaque moment, c’est tout de même terriblement triste.
      Exactement, commence peut être par un autre, dont tu aurais entendu moins de choses pour entrer doucement dans l’univers de l’auteur.

    • J’ai commencé par « Qui es-tu Alaska? », qui a plein de bonnes critiques. Mais je n’ai pas du tout accroché. Peut-être « La face cachée de Margo » ? Je n’ai pas lu le roman, juste vu le film, et j’ai bien aimé.

      • En soit, l’histoire est bien, pose des questions intéressantes… mais je sais pas, il m’a manqué quelque chose, je n’ai pas du tout accroché :/
        Mais pour se faire un avis, rien de mieux que de le lire 😉

  4. Je n’ai toujours pas réussi à faire le pas pour ce roman de John Green et pourtant que j’en ai entendu parler….par ma grande qui a eu un vrai coup de cœur (elle m’a fait acheter quasiment tous les autres livres de cet auteur). Je crois que c’est la 1ère chronique que je lis qui ne soit pas complètement emballé et au vu de ce que tu écris finalement je me laisserais peut-être tenter mais chut….il ne faut pas le dire à ma fille sinon le harcèlement va reprendre 😀

    • Il est vrai qu’auprès des ados, les livres se vendent comme des petits pains et je pense que j’aurais eu quelques années de moins je serai comme eux ! =) Cela me rappel la période Twilight et les vampires, dont j’ai été une grande fan =)
      Ahah je ne dirai rien, mais vu qu’on en entends énormément parler, j’ai eu le même sentiment que toi, j’ai eu envie de découvrir de quoi tout le monde parlais. Je dois dire que si la lecture est belle et émouvante, je reste tout de même extérieur à l’histoire et je ne sais pas vraiment comment définir ce sentiment ni d’où il vient vraiment.

  5. Je comprends ce que tu as ressenti pour le livre! Mais c’est peut-être qu’à force d’en avoir trop entendu parler on s’attendait à un truc exceptionnel! Pour le film, je l’ai trouvé sans plus, je ne le re-regarderais pas je pense!

    • Je pense que c’est cela en effet, et c’est aussi pourquoi je redoutais tant de le sortir !
      Bizarrement, j’ai préféré le film qui m’a plus touché, mais je ne le re-regarderais pas pour autant.

    • C’est ce que je reproche le plus aux romans jeunesses, de ne pas être assez approfondi ou d’avoir une écriture trop simple.Les adolescents peuvent très bien comprendre et j’ai l’impression qu’on les protège de ce côté  »littéraire » et c’est dommage. Je ne dis pas que c’est foncièrement le cas ici, car l’intrigue aborde des thèmes graves mais un petit je ne sais quoi de trop simple m’a fait restée extérieur tout de même. Mais je dis cela, car j’ai 22 ans, si j’en avais eu 16 peut-être aurais-je été plus touché…

  6. Pour ma part j’ai vu le film qui m’a beaucoup touché (et beaucoup fait pleurer), mais comme mlleJuin, il est trop présent dans mon esprit pour m’attaquer à la lecture. Peut-être un jour.
    Très jolie chronique en tout cas.

  7. De mon côté, j’ai vu le film et je me souviens d’avoir pleuré comme un bébé… je ne voulais pas me plonger de le roman de peur de pleurer encore et encore…je suis bien contente de savoir que ce livre ne t’a pas marquée…donc, un livre à lire plus tard…

    • Il est triste c’est évident, mais je pense qu’il pourrai te plaire, même si il m’a manqué quelque chose pour être vraiment prise dans l’histoire. Quelques années de moins auraient pu me permettre de vraiment entrer dans l’intrigue je pense.

    • Je ne sais pas encore si je tenterai un autre livre de l’auteur, il m’intrigue cela dit, mais je doute de vraiment entrer dans son univers. Il y a quelques années je pense que j’aurais été le public visé mais là, un je ne sais quoi me retient.

  8. J’ai eu le même ressenti que toi, il me manquait quelque chose pour ma part en faire une bonne lecture. Le raz de marée médiatique fait également qu’on en attendait beaucoup!

    • Exactement, à force de voir un livre partout, on en attend forcément beaucoup, surtout avec les éloges qu’il à reçus. Mais on ne peut pas tout aimer… d’un côté c’est ce qui rend les coups de coeur si inoubliables !

  9. Je n’ai toujours pas lu cet ouvrage, et je t’avoue que je suis un peu réticente… Tout comme toi, le film m’a assez plu et je me dis qu’avec le livre mon ressenti va aller decrescendo :s

  10. Pour ma part, j’ai eu un véritable coup de coeur. Mais je comprends ton ressentie. J’ai eu le même plus récemment avec Phobos, une histoire sympathique pour lequel j’avais peut-être trop d’attente. Je me souviens avoir verser beaucoup de larmes sur le livre, et après un an de lectures j’ai encore certaines phrases qui me marque. Surtout vis à vis de la maladie. Je suis contente que tu ais aimé malgré tout et que ce ne soit pas une déception comme cela peut l’être quand on a trop d’attente. 🙂

  11. Je n’ai pas tellement accroché à ce bouquin… Certes l’histoire est tout de même belle mais il manquait (à mon goût) ce petit quelque chose… Sinon pour le reste je suis d’accord avec toi !

  12. je suis bien d’accord avec toi. J’ai aussi été plus touché par le film que par le roman. Il m’a manqué un petit je ne sais quoi pour que l’émotion soit vraie… Mais je fais souvent ce même constat chez Green, il manque toujours un quelque chose pour que l’émotion soit sincère.

  13. Je suis de ton avis, j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages pour être vraiment affectée, même si j’ai largement préféré la seconde partie du livre. Le film m’aura fait verser ma petite larme néanmoins ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s