»Shining » de Stephen King

Titre VO : Shining ( 1977 )
Titre VF : Shining ( 1978 )
Auteur : Stephen King
Traduit par Joan Bernard.
Editions Le livre de poche, 2007.
Genre : Littérature contemporaine, horreur.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 » Il estimait que l’histoire de Jack Torrance n’avait de sens qu’à condition d’être racontée à la voix passive. Elle était faite non pas d’actes dont il s’était voulu l’auteur, mais de malheurs qui l’avaient frappé, sans qu’il y fût pour rien.  »

Résumé :
 » Situé dans les montagnes Rocheuses, l’Overlook Palace passe pour être l’un des plus beaux lieux du monde. Confort, luxe, volupté… L’hiver, l’hôtel est fermé. Coupé du monde par le froid et la neige. Alors, seul l’habite un gardien. Celui qui a été engagé cet hiver-là s’appelle Jack Torrance : c’est un alcoolique, un écrivain raté, qui tente d’échapper au désespoir. Avec lui vivent sa femme, Wendy, et leur enfant, Danny. Danny qui possède le don de voir, de ressusciter les choses et les êtres que l’on croit disparus. Ce qu’il sent, lui, dans les cent dix chambres vides de l’Overlook Palace, c’est la présence du démon. Cauchemar ou réalité, le corps de cette femme assassinée ? ces bruits de fête qui dérivent dans les couloirs ? cette vie si étrange qui anime l’hôtel ?  »

 
Mon avis :
Jack Torrance décroche un emploi dans un hôtel, perdu dans la montagne, qu’il va devoir tenir en ordre jusqu’au retour du printemps. Il y emmène sa femme et son jeune fils, pensant trouver là-bas le calme propice pour terminer la rédaction de son roman.
L’histoire est de prime abord particulièrement étrange et le lecteur sent poindre que des événements angoissants vont intervenir, mais Stephen King n’a pas son pareil pour nous surprendre, insinuer en nous une infime dose de malaise qui va progressivement devenir plus sournoise, s’insinuant là où vous ne pensiez pas la retrouver. Shining est avant tout un roman psychologique, où rien n’est véritablement montré, où tout est impalpable et brumeux, comme dans un mauvais rêve…

Les personnages sont finement travaillés, le lecteur sent que l’auteur s’est particulièrement attaché à construire des protagonistes complets. Beaucoup de détails nous sont donnés sur leurs personnalités et leur passé, donnant une consistance plus palpable aux personnages, nous avons ainsi l’impression de partager l’histoire avec eux. Ce qui fait le talent de King, c’est que par ces détails nous pensons connaître les protagonistes, mais finalement nous nous rendons compte qu’ils nous sont étrangers, tant leur psychologie est explorée en profondeur.

Le style de l’auteur est une merveille, il instaure une ambiance glauque, froide et angoissante avec des petits rien ! Finalement, c’est ce contexte plus que les événements qui nous glace le sang. La psychologie des personnages joue sur notre perception et c’est ceci qui est le plus frappant. Les mots de l’auteur sont choisis avec soin, des descriptions simples qui mettent mal à l’aise.

En conclusion, un roman montant crescendo dans l’angoisse, vous ne verrez plus jamais la neige et les hôtels de la même façon…

NB : Lorsque je lisais ce livre, dans un train, couinant sur ses railles, peu de personne à son bord, le ciel était gris et des gouttes commençaient à cogner sur la vitre à côté de moi, lorsque tout à coup une ombre me fait face, je cris mais ce n’était que le contrôleur qui à beaucoup rit !

 

The_Shining-957851299-large

Shining – Le film de Stanley Kubrick – 1980 :
Stephen King ne le considère pas comme l’adaptation de son roman, pour lui c’est uniquement une intrigue prenant appuie sur son récit. Il n’est pas toujours simple de voir son œuvre transposée dans un autre médium, pour les lecteurs mais d’autant plus pour son auteur.
Le film est pour moi à la hauteur du talent de King. Explications :
Comme dans tout livre, les détails sont plus présents, donnant à voir le passé des Torrance avant la montée à l’Overlook, posant ainsi déjà les caractères des personnages. Tandis que le film est un huit clos des mois à l’hôtel, pour plus d’angoisse et un sentiment d’enfermement plus fort pour les spectateurs, qui ne vivent qu’à travers les images.
Ensuite, le jeu des acteurs est magique ! Le personnage de Jack Torrance colle parfaitement à la peau de Nicholson car il a une panoplie d’expressions du visage ahurissantes, ce qui est rendue d’autant plus nettement par les gros plans utilisés par Kubrick afin de retranscrire ses plus infimes variations. Shelley Duvall utilise un jeu moins marqué, plus effacé, qui contraste avec Nicholson, mais révèle les deux personnages à leur paroxysme.
Kubrick donne une ambiance particulière au film, de même que dans le livre, la peur monte crescendo, tout est psychologique, autant pour les personnages que pour le spectateur et c’est ceci qui fait de ce film, un chef-d’œuvre.

COUP DE COEUR

Publicités

39 réflexions sur “ »Shining » de Stephen King

  1. XD le contrôleur a du bien s’amuser ! Mais je pense que j’aurais eu la même réaction que toi ^^ Je n’ai vu que le film mais le livre ne m’a jamais trop attiré…

    • Il était adorable et m’a même dit qu’il n’avait jamais vu le film en entier tellement il avait peur ! =)
      Je pense que si mon copain ne me l’avait pas acheté, je ne suis pas sure que je l’aurais lu maintenant, mais finalement, j’ai plus qu’adoré, moi qui n’aime habituellement pas avoir peur !

  2. Pingback: Bilan du mois de Mai 2015 et Dans la hotte de Charlotte : | Topobiblioteca

  3. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de A à K | Topobiblioteca

  4. J’ai vu le film il y a longtemps mais je n’ai jamais lu le livre. Je n’ai encore jamais rien lu de Stephen King à vrai dire ( mais « Joyland » est dans ma wishlist depuis un petit moment )…

  5. Il est difficile de passer à côté de ce livre-ci (et du film?), mais pour ma part, je lui ai toujours résisté. Stephen King me fait peur, aha… et je ne suis pas certaine d’essayer un jour.

    Ton anecdote du train m’a bien fait rire ♥ Oh que je te comprends !

    • Je t’avouerai que je n’ai vu le film que l’an passée, pour un devoir en cours de cinéma sur le jeu d’acteur de Nicholson. Je l’ai vu donc plusieurs fois et à chaque visionnage, toujours la même peur ! Et si mon copain ne m’avait pas acheté celui-ci et Docteur Sleep je ne l’aurais pas lu mais je ne regrette pas du tout, mais il est vrai qu’il faut être motivée car se sont des pavés !
      Ahah sur le coup j’ai eu honte mais il a été adorable, me disant qu’il n’avait pu aller au bout du film tellement il a eu peur =)

  6. Un de mes S. King préféré. Je l’ai lu, je devais avoir 15 ans à l’époque et je balisais complètement. Mais qu’est-ce que je me suis régalée. J’en garde un souvenir génial ! J’ai aussi lu Charlie, Le Fléau, La part des ténèbres, La tempête du siècle et Rose Madder. A chaque fois, c’était une lecture extraordinaire. Bref, il faut que je me refasse un King, finalement. Ca me manque en y repensant 😛

    • Comme je te comprend, c’est une histoire où l’on a peur mais qu’on ne peut s’empêcher de dévorer en regardant par dessus son épaule, à l’affut du moindre bruit ! =)
      J’ai 22/11/63 et Juste avant le crépuscule dans ma PAL =)

  7. Haaaa Stephen King, je me souviens encore des cauchemars que ma lecture de « Jessie » a provoqués … 🙂 C’est un auteur très doué (des fois, je me dis qu’ils doivent être plusieurs dans sa tête tellement ses histoires peuvent être effrayantes et glauques) !

  8. J’adore le petit cri face au contrôleur !!!
    J’adore les romans qui font monter une angoisse avec des petits riens !
    Ca fait vraiment logntemps que je n’ai pas lu de Stephen King.. je dois en avoir un dans ma PAL, je vais tenter de le sortir pour une lecture à voix haute le week end d’Halloween 🙂

  9. Ton NB m’a fait beaucoup rire ! Et je me suis bien reconnu dans mes frayeurs nocturnes, lampe de chevet allumée, aucun bruit dans la maison, la tension qui monte et la.. PAF ! Le bois de l’escalier qui craque et bibi collé au plafond haha 😀
    De plus, j’ai adoré ta chronique !! Grande fan de Stephen King et encore plus de Shining, ça m’a redonné envie de me replonger dedans. J’ai vu que tu avais également eu le coup de cœur pour la suite, on est deux !! Bien plus dans le fantastique mais tout aussi délectable.
    Merci pour cet agréable souvenir
    A bientôt

  10. PS : Le film est fantastique comme tu l’as si bien dit Jack Nicholson est fait pour le rôle !! Mai alors, je l’ai vu une fois et j’ai tellement été collé au siège que malgré mon envie de le revoir, rien que d’entendre la musique du générique je file en courant 😀

    • Ah je te comprend, je l’ai vu pour les besoins d’un cour de cinéma en licence, comme c’était pour un devoir, je l’ai regardé plusieurs fois, mais avec toujours autant les chocottes devant Nicholson et ses jeux de regards ! =)

  11. Pingback: Meilleures lectures de l’année 2015 | Topobiblioteca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s