Topobiblioteca fait son cinéma – Septembre 2015

cinema-Ecran-Total

Sur le même principe que le vidéoludique des LespetitsmotsdeSaefiel, découvrez tous mes visionnage du mois

( films, séries TV, théâtres… )

Films :

397394

Connasse, Princesse des cœurs de Eloïse Lang et Noémie Saglio ( 2015 ) :
Aimant beaucoup les vidéos de la connasse, j’avais envie de voir comment une intrigue autour de ce personnage pouvait tenir la longueur.
Le gros point positif est l’humour, la connasse est telle que vous la découvrez dans ses vidéos, fidèle à elle-même, des piques, de l’humour acerbe, mais toujours tellement décalé et surréaliste par rapport à la situation que jamais elle ne tombe dans l’overdose. Mais malheureusement, le format film est peut être un peu trop long pour pouvoir vraiment apprécier son humour. Certaines longueurs viennent parsemer le film ainsi que des scènes peut être inutiles, mais la plus grande partie sont véritablement drôles, sachant que le film est tourné en caméra-cachée, rendant vraiment les réactions des personnes sur le moment et sans philtre. Néanmoins certaines réactions semblent parfois peut crédibles, même si chacun répond différemment suivant une situation, j’ai trouvé les gens vraiment agréables et décontractés avec la connasse qui est tout de même un phénomène !
En conclusion, un film drôle mais à regarder une fois. Par contre, je ne me lasse pas du format vidéo de la connasse que je trouve beaucoup plus approprié à l’humour direct du personnage !

 

071757

A trois on y va de Jérôme Bonnell ( 2015 ) :
Peut-on tomber amoureux de deux personnes à la fois ?
Un film sur l’infidélité traité avec beaucoup de douceur et de sentiment. Ne vous attendez pas à des scènes dignes des plus grands drames, mais plutôt à des séquences d’un naturel surprenant. En effet, et c’est là l’originalité du film, le réalisateur nous épargne les sempiternels crises et larmes, auxquels ont droits les infidélités. Ici c’est l’amour qui prime, et ces trois destins nous expliquent que bien souvent il s’agit de concours de circonstances plus que de vrais choix qui forment les personnes que nous sommes.
Les acteurs sont simples et touchants dans leurs naturels à incarner ces personnages et c’est ceci qui donne tout son charme au film.

 

1717133-la-nouvelle-affiche-de-divergente-2-950x0-1
Divergente 2 – L’insurrection de Robert Schwentke ( 2015 ) :
Nous reprenons le fil de l’histoire là où nous l’avions laissée, malheureusement, j’ai trouvée tout de même ce deuxième volet moins prenant que le premier. Beaucoup de longueurs viennent parsemer le récit, nous nous concentrons beaucoup sur le personnage de Triss, sa tristesse et sa culpabilité, peut-être trop au détriment d’autres points de l’intrigue qui auraient pu être développés en utilisant plusieurs points de vues. J’ai l’impression de ne pas avoir toutes les clés en mains, j’aurais aimé plus d’informations et j’attends donc beaucoup du dernier.

 

389456
Entre amis de Olivier Baroux ( 2015 ) :
Une sortie entre amis sur un bateau tourne au désastre lorsqu’ils sont pris dans une tempête. La peur et la confinement vont exacerber leurs sentiments et leurs petites rancœurs.
Un petit air de déjà vu mais un film qui se regarde très bien et dont on apprécie beaucoup l’humour parfois sec mais qui vient donner plus de consistance aux personnages. Un film qui retrace finalement l’histoire de toutes les amitiés : des sentiments et une dose de vacherie.

19792498
Un heureux événement de Rémi Bezançon ( 2011 ) :
Les comédies ont tendances à me lasser, car l’on retrouve, selon moi, les mêmes ingrédients, les mêmes sujets et le même humour. Mais Un heureux événement n’est pas une comédie que l’on croise à chaque coin de rue, car si l’arrivée d’un enfant dans un couple à déjà été assez développée au sein des comédies, l’histoire évoque des sujets particulièrement pertinents ; le changement de vie des parents, la grossesse et ses joies, l’accouchement et la peur d’être parents. La grossesse notamment est un thème traité pendant la moitié de l’intrigue, abordant de nombreux points, débat sur lequel d’autres films ne s’étendent que peu alors qu’il y a tant à dire. Le film alterne entre humour et gravité, aux grès des humeurs de la futur maman, donnant ainsi aux spectateurs un aperçu très intime de la maternité. C’est cette intimité avec le personnage qui rend le film touchant et profondément humain, malgré certaines ficelles simples, l’intrigue reste cohérente et réaliste.
Un jolie film, touchant, drôle et humain !

image-3eae345b-6996-420c-9ea0-8df313d9a23b
The Words de Brian Klugman et Lee Sternthal ( 2012 ) :
Dans la lignée de Un homme idéal avec Pierre Niney , ( avis ICI ) un homme tente de devenir écrivain mais est refoulé par toutes les maisons d’éditions. Jusqu’au jour où dans une vieille sacoche achetée dans une brocante, Rory découvre un manuscrit qui le chamboule tant, qu’il décide de le faire sien. Le succès est au rendez-vous, mais le véritable auteur de ce roman restera-t-il vraiment dans l’ombre ?
Ayant adoré Un homme idéal, il était difficile pour moi d’entrer dans une histoire similaire : malgré tout, j’ai beaucoup apprécié ce film, car ils se complètent, l’un abordant des sujets passés sous silence ou moins développés dans l’autre. Par exemple la façon dont le véritable auteur entre dans la vie du spéculateur est développée d’une autre façon, et dans celui-ci nous découvrons l’histoire du livre usurpé, entremêlant donc trois espaces temps, donnant ainsi plusieurs points de vue d’une même histoire. Par contre, j’ai trouvé que le temps présent de la lecture du manuscrit, si elle ancre vraiment l’histoire dans un contexte, n’était pas forcément nécessaire dans le développement que le réalisateur en fait à la fin du film, donnant une impression de fin bâclée.
Bradley Cooper est bon dans son rôle, mais je n’arrive jamais à entrer complètement dans ses personnages, un je ne sais quoi me retient toujours dans son jeu.

 

160427
La femme au tableau de Simon Curtis ( 2015 ) :
Une loi vient d’être érigée sur les vols de tableaux par les nazis durant la Seconde guerre mondiale, en Autriche. Si une personne prouve que ses biens ont été dérobés, elle est susceptible de se les voir retourner. C’est le cas de Marie Altmann , dont la famille disposait du plus célèbre tableaux de Klimt, Portrait d’Adele Bloch-Bauer I, dessiné par le peintre en l’honneur de sa tante. Mais peut-on priver la nation de la deuxième Joconde ?
Un film qui pose la question de la propriété : est-ce que l’art doit être accessible à toute la population ou uniquement la propriété de son acheteur ? Un vrai débat et de vraies solutions sont évoquées au sein de l’intrigue, donnant ainsi à voir un aspect de la guerre peu évoqué.
Un film qui même si le sujet est intéressant n’aura pas su me convaincre, le récit est lent et à eu de la peine à me tenir en haleine. Les acteurs sont sympathiques, mais ne m’ont pas marqués outre mesure.

008368
L’oranais de Lyes Salem ( 2014 ) :
Un film atypique sur la guerre d’Algérie, puisque l’intrigue se concentre sur les conséquences de la libération du pays. En effet, nous entrons dans une famille qui n’a pas été épargnée par les événements de la guerre, et c’est par ses destins brisés que le réalisateur nous fait découvrir ce que nous ne connaissons pas : l’après guerre, l’indépendance ainsi que les questions qui se posent sur la culture et l’identité.
Les acteurs sont particulièrement touchants, ils donnent une image à la fois forte et fragile d’un pays qui naît et doit vivre par lui-même, par des personnages qui ne savent pas forcément où ce placer et font des choix différents en fonction de ce qu’ils souhaitent pour eux et leur pays. Beaucoup de gros plans viennent parsemer le film, donnant ainsi la première place aux expressions des acteurs, aux sentiments et aux dialogues, ce qui rend l’histoire plus forte pour le spectateur.
En conclusion, un film qui donne une vision de la guerre d’Algérie que nous connaissons peu.

 

495755
Nos femmes de Richard Berry ( 2015 ) :
Une immense déception ! Adapté de la pièce éponyme, ce film est un théâtre sur écran. Comment réagiriez-vous si l’un de vos meilleurs amis vous avouait, un soir, qu’il a tué sa femme ? C’est ce que vont vivre Paul et Max. Les arguments qu’ils vont avancer pour ce décider à le dénoncer ou non à la police, sont fortement intéressants, même si longs et ennuyeux car répétitifs mais ce qui m’a véritablement gênés, ce sont les clichés qui s’accumulent au fur et à mesure de l’intrigue. Les personnages sont des caricatures de ce que l’on retrouve dans toutes les comédies, leurs vies et leurs caractères ne sont pas des plus originaux et cela ne l’a pas fait avec moi. De plus, la réalisation à eu du mal à me charmer et les mouvements de caméra rapides font mal aux yeux.

 

512237
Un peu, beaucoup, aveuglément de Clovis Cornillac ( 2015 ) :
Je n’étais pas vraiment tentée par cette comédie, mais après l’avis de Quaidesproses, j’ai eu envie de m’y plonger. Bien m’en à pris puisque j’ai beaucoup apprécié ce film !
L’histoire est originale et mignonne, mais sous ses dehors simple explore tout de même des questions particulièrement dans l’air du temps : peut-on tomber amoureux sans ce voir ? Peut-on aimer une personne, uniquement en écoutant sa voix ? C’est ce que vont vivre Machin et Machine, lorsque cette dernière emménage dans un appartement comportant une anomalie : la cloison l’a séparant de son voisin est si fine, que l’on entend tout ce que fait l’autre.
Pour un premier film, Clovis Cornillac nous offre une jolie histoire avec des personnages hauts en couleurs. Même si il n’est pas exempte de défauts, comme des scènes parfois clichées ou faciles, les sentiments passent très bien et le spectateur s’attache à ses protagonistes.
Un film à voir pour passer un moment tendre et touchant !

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Film. Bookmarquez ce permalien.

19 réflexions sur “Topobiblioteca fait son cinéma – Septembre 2015

  1. Tu connais mon avis sur « Un peu… », je suis d’ailleurs contente de t’avoir donné envie de le regarder. Et d’autant plus si tu as passé un joli moment. ♥
    Comme tu le sais, j’avais beaucoup aimé « Connasse ». Le fait d’être entre copines et au cinéma a dû aider, ceci dit.
    Et je suis ensuite totalement d’accord avec toi sur les autres films : The words, avec lequel j’ai passé un bon moment malgré quelques bémols. « Un heureux événements », j’ai dans l’ensemble aimé (Pio Marmai n’y étant pas pour rien ♥)
    J’étais intriguée par « Nos femmes », sans jamais passer le cap et au final, je passe mon tour !
    Merci pour cette riche chronique 🙂

    • Merci encore pour ce conseil =) J’aime également beaucoup Pio Marmai, je trouve qu’il donne une certaine fraicheur à ses personnages.
      Je pense que l’idée de départ de Nos femmes était intéressante, mais la façon dont le film est organisé et surtout le jeu des acteurs, donnant une impression de sur-jeu, est dérangeant.
      Merci à toi de me lire =)

  2. Il y a de très bons éléments soulevés dans ta chronique. Je n’ai vu qu’Un heureux évènement et The Words. J’avais bien apprécié ces deux films mais sans plus. J’espère pouvoir voir Connasse. Je suis certaine que je ce dernier va me divertir.

  3. J’avais aussi trouvé quelques longueurs à Conasse, princesse des coeurs! Et sinon j’avais été plutôt déçue par Divergente 2! Je regarderais la suite par curiosité mais sans trop de motivation… (d’ailleurs ils vont aussi couper le dernier tome en 2 films???!!)!

    • Si Connasse le film m’a moyennement plus, je reste une inconditionnelle de ses vidéos =)
      J’attends beaucoup de la suite de Divergente, mais je ne le devrais pas. Oh je viens d’aller regarder et en effet, il y auras bien deux parties malheureusement ! Je commence à vraiment trouver cela lassant et de plus en plus marketing.

      • N’ayant pas lu les livres je ne sais pas, mais je te fais confiance. C’est ce tirer une épine dans le pied je trouve, car certes, les gens vont être au rendez-vous, mais cela dessert profondément l’histoire et je crois que tout le monde en à plus ou moins marre de ces fins en deux parties.

  4. C’est vrai qu’il y a des longueurs dans Connasse… C’est dommage que les meilleurs moments soient présentés dans la bande annonce !! J’ai été déçue de Divergente 2 également. Je n’ai pas vu les autres mais j’ai également repéré Un peu, beaucoup, aveuglément grâce à la critique de Quai des proses 🙂

    • Je suis de ton avis, mais je remarque que dans beaucoup de film, les moments les plus importants sont déjà présentés dans la bande annonce et c’est dommage.
      Je te conseille Un peu, beaucoup, aveuglément, c’est un film vraiment mignon qui pose des questions contemporaines.

  5. Whaouw tu as fait un marathon ciné !
    Aucun vu, j’en connais presque aucun d’ailleurs :/
    Mes envies du moment, aller voir :
    – Mon roi de Maiwenn (Avec Vincent Cassel <3)
    – Les deux amis de Louis Garrel (parce que j'adoooooore Madame Farahani Golshifteh),
    – Maryland de Alice Winocour
    – Asphalte de Samuel Benchetrit
    – Fatima de Philippe Faucon
    Et quelques dessins animés…
    On a pris un abonnement ciné duo pour se forcer à aller au ciné avec copain.. pour le moment il n'est pas du tout rentable, mais bientôt, bientôt hahahah

    • Avec un accès internet qu’à la FAC, cela laisse du temps ^^ Mais désormais tout est rentrée dans l’ordre et nous sommes connectés ! =)
      Ah j’avoue que les abonnements ce n’est pas toujours simple, on à une carte avec copain aussi mais ce n’est pas vraiment rentable non plus.
      J’aime beaucoup tes envies du moment et j’attends tes avis avec impatience ma belle =)

  6. Pingback: Bilan du mois d’Octobre 2015 et Dans la hotte de Charlotte | Topobiblioteca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s