Séance Vidéoludique – Avril 2015

Séance vidéoludique

Découvrez tous mes visionnage du mois ( films, séries TV, théâtres, musiques… )

Retrouvez ce rendez-vous et les autres participants chez LespetitsmotsdeSaefiel !

Films :

489206

Serena de Susanne Bier ( 2014 ) :
Ce film m’a beaucoup fait penser au Noces rebelles de Sam Mendes (avec Léonardo Dicaprio et Kate Winselt), par le fait que l’intrigue s’attarde sur la vie d’un couple en huit clos, sur lequel la société extérieur fait porter un poids puisqu’ils ne vivent pas comme les autres.
Avec Serena, nous sommes plongés dans la fin des années 20, où la jeune-femme souhaite être l’égale de l’homme et apporte un vent de modernité au sein du petit village des montagnes de Caroline du Nord. Malheureusement, ce caractère fort ne sera pas de tout repos pour le couple qui va bientôt s’enfermer dans une spirale destructrice.
Un film parfois long, dans lequel certains points auraient mérités plus de développements et d’autres d’êtres moins présents, un jeu d’acteur convaincant reprenant le couple de comédiens Bradley Cooper et Jennifer Lawrence, montrant leur complicité dans une juste image de la vie de couple. L’ambiance du film se ressent très fortement, un sentiment de lourdeur s’installe avant le final qui donnerait envie de plus de rebondissements, mais qui effacerait peut être le réalisme de l’histoire.

 

 

la_discrete

La discrète de Christian Vincent ( 1990 ) :
Tel est pris qui croyait prendre, pourrait être le titre de ce film…
Une intrigue à la Don Juan, un homme découvrant sa compagne aux bras d’un autre, sur les conseils de son ami, va tenter de séduire une femme et la laisser en plan par la suite. Mais celui qui séduit sera peut être le séduit également…
Des dialogues savoureux portés par un jeu d’acteur tout aussi envoutant, des scènes tantôt cocasses, tantôt plus graves. Mais malheureusement, la fin tombe un peu à plat pour ma part. Seul bémol à ce film, dont les conseils de séduction sont égrenés comme des mantras, pour le plus grand plaisir des spectateurs !

 

la fureur de vivre rebel without a cause 1955 rŽal : Nicholas Ray James Dean Collection Christophel

la fureur de vivre
rebel without a cause
1955
rŽal : Nicholas Ray
James Dean
Collection Christophel

La fureur de vivre de Nicholas Ray ( 1956) :
Un film sur la jeunesse américaine. Jim est nouveau au lycée et tente de se faire une place, mais ses soucis le rattrapent, et lorsqu’un défi de course de vitesse tourne mal, Jim ne sais plus où donner de la tête.
J’ai eu la chance de le voir sur grand écran, dans le cadre du partenariat du festival des Editeuriales, concernant le livre de Philippe Besson, Vivre Vite, sur James Dean.
L’intrigue n’est pas forcément originale au regard de ce qui se fait aujourd’hui, mais replacée dans l’époque, tout se tient. Un jeu d’acteur magnifique, des scènes dramatiques ou plus tendres, tout est dans l’émotion et le spectateur est forcément pris dans les aventures de Jim et ses amis.

 

318951.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Lou ! Journal infime de Julien Neel ( 2015 ) :
Ce film est un petit concentré de bonne humeur, de douceur et d’originalité. L’histoire d’une mère célibataire et de sa fille amoureuse du voisin, est assez banal, mais tout est dans l’image décalée des personnages et de leur lieu de vie. Tout est désordre, bancal mais finalement très humain, si bien que vous vous prenez tout de suite d’affection pour les personnages et leur vie en décalage avec le monde extérieur. Vous ressortirez du film avec un grand sourire aux lèvres !

 

371396

Cinquante nuances de Grey de Sam Taylor-Johnson ( 2015 ) :
Un film qui a beaucoup fait parler de lui, mais qui ne m’aura pas convaincu. En ce qui concerne la pure adaptation, l’histoire est bien retranscrite, les grands événements du premier tome étant présents. Malheureusement, un certain ennui m’a traversée lors du visionnage de ce film : certes nous avons une histoire d’amour, pimentée par le passé et les envies de Christian, mais ce que j’avais apprécié dans le livre, le mystère autour des origines de Monsieur Grey et de ses besoins libertins, n’est pas retranscrit ici, ce qui fait que le spectateur suit les aventures du couple de loin, sans y prendre véritablement part.
Le jeu des acteurs n’est pas mauvais, mais je regrette les aspects trop lisses de Christian, j’aurais préféré un physique plus marqué, afin de ressentir une certaine froideur ou tout du moins une distance dans sa relation avec Ana. Or, ici, nous avons la nette impression que c’est un coup de foudre tout ce qu’il y a de plus banal, et que les petites fessées que Christian administrent ne sont qu’accessoires au sein de leur relation, alors que c’est bien plus compliqué que cela des deux cotés des amants.
La musique donne une certaine ambiance, mais pour certaines scènes elle est, selon moi, mal placée et donne un écart avec les autres séquences du film.
Enfin, le plus gros points négatif est la limite d’âge. Interdit au moins de 12 ans est pour moi une grossière erreur. Tout d’abord parce que les attentes des spectateurs ne sont pas les mêmes suivant l’âge de ces derniers. Cette interdiction souhaite balayer les envies du plus grand nombre mais cela ne tient absolument pas la route. Lorsque la plupart des spectateurs se sentent choqués par un triolisme dans Plus belle la vie à une heure de grande écoute, comment peut-on laisser ses enfants regarder ce film ? Je pense que Cinquante nuances de Grey est bien plus choquant qu’une scène entre adultes consentants et développant des faits de sociétés, plutôt qu’un film qui prone des envies plus violentes, tourné et monté de façon sensuelle et volupteuse afin que les spectateurs aient envie de s’adonner à ce genre de pratiques. La dénonciation du SM n’est absoulement pas au coeur de Cinquante nuances de Grey, et c’est selon moi inadapté à un public de 12 ans.

 

Théâtre :

3445127_6_6711_les-particules-elementaires-de-michel_7adb65bd4f1557553504f7e9f406f30f

Les particules élémentaires de Julien Gosselin :
L’un des spectacles qui m’a le plus remué ces dernières années !
Le texte est l’une des fameuses oeuvres de l’écrivain aux mots acerbes, Michel Houellebecq. L’intrigue est centrée sur deux frères, aux antipodes l’un de l’autre. Michel, chercheur en génétique, et Bruno, enseignant avant de se consacrer à l’écriture qu’il délaissera bientôt. Mais les deux frères ont un même souci : l’échec de leur vie amoureuse. Nous les suivons donc, en étudiant et disséquant leur psychologie, leurs actes et leurs sentiments, de leur naissance à leur mort.
Un spectacle basé sur de mutliples points de vues et voix, mais également et surtout sur la présence corporelle des acteurs, que l’on ressent très fortement. Tous les comédiens sont sur scène, il n’y a pas de coulisses, les changements sont à vues et insérés par les transitions entre séquences. Ce concept de mise en scène fait ressentir au spectateur plus fortement l’intensité du texte. Porté souvent par les comédiens face public, soutenu par une musique très présente également, qui les oblige parfois à porter la voix, ce qui au lieu de perdre l’intensité des mots, l’ancre plus profondément en nous.
Julien Gosselin à parfaitement compris l’essence du texte de Michel Houellebecq, et à su rendre à ce dernier un autre souffle par une mise en scène travaillée avec des effets déstructurés, tout en utilisant des dispositifs vidéos, et surtout en ne perdant jamais l’attention du spectateur.
Un spectacle à ne louper sous aucuns prétexte !

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Film. Bookmarquez ce permalien.

4 réflexions sur “Séance Vidéoludique – Avril 2015

    • Comme je n’ai pas lu la BD je ne peux pas faire de comparatif, mais mon copain qui l’a lu et à vu le film m’a dit qu’il y avait quand même des choses qui divergent, mais que dans l’ensemble ça reste bon =)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s