Séance Vidéoludique – Février 2015

Séance vidéoludique

Découvrez tous mes visionnage du mois ( films, séries TV, théâtres, musiques… )

Retrouvez ce rendez-vous et les autres participants chez LespetitsmotsdeSaefiel !

Films :

388785

Saint-Laurent de Bertrand Bonello ( 2014 ) :
Malheureusement pour moi, ce film souffre de sa comparaison avec Yves Saint-Laurent de Jalil Lespert, qui m’avait enchanté par deux acteurs montant parfaits dans leurs rôles, Pierre Niney et Guillaume Gallienne. Un film ventant le génie du grand maître qui à révolutionné la haute couture, donnant un souffle de liberté artistique au film.
Dans Saint-Laurent, c’est bien plus le côté business de la marque qui est mis en avant, et la folie, le besoin et l’urgence de créer de Yves Saint-Laurent sont mis en arrières plans. Dommage, je n’ai pas ressenti d’émotions à la vue des défilés ( bien trop rapides pour être nommés comme tels ), certaine scènes sont beaucoup trop longues n’apportant pas à l’intrigue ce qu’elles auraient dut.
Le jeu des acteurs est pour moi, moins convaincant que celui précédemment cité, Gaspard Ulliel campe un Saint-Laurent armé de trop de mimiques et Jérémie Renier est dans une attitude trop commerciale. Le film ne s’attarde pas à les mettre en rapport, et lorsqu’il le fait se sont de trop courts moments qui n’évoquent rien quant à leur relation.

 

105881

Avant d’aller dormir de Rowan Joffe ( 2014 ) :
Après avoir beaucoup apprécié le livre de S.J Watson, j’avais envie de découvrir comment la retranscription de cette succession de journées où Christine réapprend qui elle est, allait être présentée en images.
Verdict ? Si j’ai trouvée le début lent et long à se mettre en place, les images de la caméra de Christine, les différents mouvements de caméra et la façon de filmer l’actrice sont sans cesse modifiées, comme pour nous emporter nous aussi dans la spirale d’incompréhension du personnage. Le développement des différentes versions de son histoire et la façon dont elle apprend qui elle est n’est jamais redondante, nous donnant un effet ambiguë entre la nouveauté et la répétition.
La fin du film est un crescendo où les deux acteurs principaux nous montre l’étendu de leur talent, nous faisant complètement oublier qui ils sont, nous voyons les personnages évoluer sous nos yeux pour notre plus grand plaisir !
Un film psychologique qui explore à merveille les zones de notre cerveau dont nous ne soupçonnons pas l’existence…

 

3-coeurs

3 cœurs de Benoît Jacquot ( 2014 ) :
Quand Poelvoorde sort de la comédie, c’est pour nous donner de véritables frissons ! Depuis que je l’ai vu dans Une histoire d’amour, où il campait un homme mystérieux et tourmenté, je me suis dit que c’était là son véritable talent : le drame. Il refait le même coup dans 3 cœurs, l’histoire sûrement clichée d’un triangle amoureux, tournée avec originalité et au casting brillant.
Une histoire comme on en croise souvent au détour d’un film ou d’un roman, mais qui avec Benoît Poelvoorde, Charlotte Gainsbourg et Chiara Mastroianni prend corps. Dans une famille unit, les non-dits, la peur de faire mal et le temps sont les bêtes noires de ces personnages, qui sous des dehors naturels et joyeux, cachent leur mal être. Beaucoup d’émotions, de retenue aussi et c’est ceci, je crois, qui émeut le plus…

 

18947035

Valse avec Bachir de Ari Folman ( 2008 ) :
Un dessin animé pour adulte, retraçant l’histoire du réalisateur sur sa façon d’intérioriser la guerre à laquelle il à participé. Une grande sensibilité et un grand naturel se dégage des dessins, qui donnent un aspect réel au film, si bien que paradoxalement la performance de véritables acteurs n’auraient sûrement pas donné la même chose, le même sentiment. Car les dessins sont très travaillés, rendant des détails infinis qui donnent toute sa puissance au film. Comme le dit Ari Folman, la guerre est montré dans son entièreté, dans sa vision la plus réaliste entre vacances, beaux paysages et corps morts. Une absurdité qu’il à voulu retranscrire en images et c’est un pari gagné puisque nous sortons du film à grande peine, ancré dans un univers si particulier, entre réalité et fiction.

 

461500

Une merveilleuse histoire du temps de James Marsh ( 2015 ) :
Encore un biopic me direz-vous, oui et non vous répondrais-je. Oui parce que l’on raconte la vie de Stephen Hawking, brillant physicien qui s’attelle à la question de la création de l’univers et à celle du temps. Mais non, parce que c’est bien plus son combat et celui de Jane, sa femme, contre la maladie de Charcot qui est décrit dans ce film. Si l’on suit les avancées des recherches de Stephen, nous suivons bien plus son quotidien et sa vie avec la maladie. Ce que le réalisateur à voulu mettre en avant, c’est la puissance d’un amour et l’envie de vivre pour atteindre ses rêves. Un message brillant, un film sur la tolérance et la force de se battre, mais surtout un film sur un amour indéfectible qui rendra la vie de Stephen plus belle.
Si l’histoire en elle-même est incroyable, peut-être fait-elle parfois oublier la réalisation, car il est vrai, le spectateur est peu attentif aux choix de cadrage et au montage, qu’à l’intrigue qui se joue, mais ce n’est pas grave, car justement le montage fait oublier que c’est une fiction que nous regardons, pour avoir l’impression véritable d’être au cœur du film, et c’est justement cela le cinéma. Les acteurs sont formidables dans leur interprétation, Eddie Redmayne a travaillé avec un chorégraphe pour ses mouvements et l’apprentissage de cette maladie à travers son corps, rendant un Stephen plus vrai que nature. Tandis que Felicity Jones joue une Jane effacée, mais tellement plus forte qu’on ne le pense.
Le film nous fait véritablement prendre conscience que  » lorsqu’il y a de la vie, il y a de l’espoir » pour citer le scénario, et c’est, je crois, ce qu’il y a de plus beau et de plus important à retenir.

 

455237

Two Night Stand de Max Nichols ( 2014 ) :
Une comédie qui reprend le cliché de deux personnages obligés de cohabiter ensemble pour cause de tempête de neige, alors qu’ils auraient volontiers voulu être séparés. Mais ce qui pourrai passer pour le pire châtiment sur Terre, va bientôt les rapprocher plus qu’ils ne l’auraient pensé de prime abord.
Si le spectateur connaît déjà la fin en lançant le film, ce dernier n’est pas si désagréable et sous cette amoncellement de clichés rebattus, quelques petites scènes viennent parsemer le récit de leur charme et de leur humour, mais une fois vus on l’oublie très vite.

Théâtre :

Henry_IV

Henri VI de Thomas Jolly :
Mise en scène intégrale de cette pièce de Shakespeare, 18 heures de spectacle, paris risqué, il fallait oser, et c’est cela qui m’a attirée au premier abord. Malheureusement pour moi, ce ne fût pas ce à quoi je m’attendais, et je ressors déçue de ce Kamelot théâtrale. Les premières minutes nous plongent dans une ambiance d’église, abyssale et souterraine, la musique monte et enfle dans nos corps, nous sommes dans le spectacle. Jusqu’à ce que les acteurs parlent, et là, ce fût la déconfiture : des blagues potaches sur fond de décors magistraux. L’accord entre les deux étaient pour moi incompatibles, les comédiens sont très bons dans leurs rôles, mais l’humour populaire et gras étouffe l’intrigue sous trop d’humour, ce qui m’a paru trop long. Je regrette vivement cette abondance, car la scénographie utilise des idées innovantes, qui fonctionnent très bien !

Musique :

The Weeknd – Earned It :
Une musique qui me plaît beaucoup, une ambiance se dégage de la chanson, nous nous écrivons notre histoire et sommes transportés ailleurs.

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Film. Bookmarquez ce permalien.

17 réflexions sur “Séance Vidéoludique – Février 2015

  1. Et bien dis donc, que de films!! J’ai très envie de voir Avant d’aller dormir parce que j’avais beaucoup aimé le livre et Une merveilleuse histoire de temps me tente aussi beaucoup, je n’en vois que du bien 🙂

    • En effet, c’est ma deuxième passion d’où mes études =) Avant d’aller dormir est une très bonne adaptation, par contre si tu as lu le livre il n’y a pas si longtemps et si tu te souviens de la fin, attends un peu pour le regarder, je dois avouer que j’avais oubliée certains détails et la surprise du film à été d’autant plus grande =)
      Une merveilleuse histoire du temps est un film grandiose et magnifique =)

  2. Le seul de ta liste que j’ai vu c’est « Two nights stand », et je l’ai bien aimé, notamment pour sa fraîcheur et son humour ( mais pas pour sa prévisibilité et sa fin trop fleur bleue ).
    J’aimerais pouvoir regarder prochainement « Une merveilleuse histoire du temps » parce que Steven Hawkins me fascine depuis un petit moment déjà et que j’aime beaucoup Eddie Redmayne ( vivement son prochain grand film d’ailleurs, « The Danish girl », dans lequel il interprète Einar Wegener, première personne a avoir subi une opération de réattribution sexuelle ).

  3. Alors, alors.. J’ai vu « 3 cœurs », comme toi, je suis assez fan de Poelvoorde en dehors de la comédie. Je l’aime vraiment dans des rôles plus « dramatiques ». Quant à Charlotte Gainsbourg, je la trouve toujours SUBLIME et juste ! Ceci étant dit, j’ai un rapport bizarre avec ce film; je ne peux pas dire que je l’ai détesté, puisque je l’ai regardé du début à la fin sans m’ennuyer… mais je ne l’ai pas aimé pour autant. Il avait tout pour me plaire… mais je reste bloquée sur un « je ne sais pas ».

    « Une merveilleuse histoire de temps » a été un coup de cœur, immense même.

    Et pour finir, j’espère voir assez vite ce « Two nights stand »; j’imagine un film léger, et drôle. D

    • Peut être que la façon dont le réalisateur à monté le film, en prenant le temps de placer les personnages dans une vie propre, dans un temps précis, et de laisser ce développer les conséquences des actes des personnages n’a pas été pour toi la meilleure façon pour que tu sois complètement dans le film au point d’avoir du mal à en ressortir. J’aimerai le regarder une autre fois pour voir si mes sensations sont toujours les même.
      Two nights stand est en effet pas prise de tête, très léger =)

  4. J’ai adoré la version de Saint Laurent avec Niney et j’ai peur d’être déçue et pourtant j’adore Uliel.. Sinon j’ai très envie de voir une merveilleuse histoire du temps ^^

    • J’ai été déçue par Saint-Laurent, mais je l’impute plus au montage et la réalisation, car Uliel est bon dans son rôle, même si j’ai une grosse préférence pour Niney qui joue avec moins de mimiques.

  5. Oh, moi aussi j’ai adoré le roman Avant d’aller dormir de Rowan Joffe, il me tarde de voir le film. Surtout vu ton avis sur lui !!!
    Il s’agit de quelle guerre dans Valse avec Bachir ?

    • J’espère qu’il te plaira, pour ma part je l’ai vraiment trouvé très fidèle =)
      Pour Valse avec Bachir, il s’agit de la guerre au Liban, au début des années 80, mais finalement cela pourrai être n’importe quelle guerre, car le sujet est véritablement les images qui restent à l’esprit des soldats. Une très belle histoire…

  6. Pingback: Vidéoludique – Mai et Juin 2015 | Topobiblioteca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s