»Merci pour ce moment » de Valérie Trierweiler

Titre VF : Merci pour ce moment
Auteure : Valérie Trierweiler
Editions Les Arènes, 2014.
Genre : Témoignage

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 » J’ai donc décidé de briser ces digues que j’avais construites, et de prendre la plume pour raconter mon histoire, la vraie. Alors que je n’ai cessé de combattre pour protéger ma vie privée, il me fallait en livrer une partie, donner quelques clés sans lesquelles rien n’est compréhensible.  »

Résumé :
 » Un jour, un amour violent a incendié ma vie. Il avait quatre enfants. J’en avais trois. Nous avons décidé de vivre ensemble.
Mais la politique est une passion dévorante. Parti de très loin, François Hollande a été élu président de la République. J’ai été aspirée dans son sillage.
Le pouvoir est une épreuve pour celui qui l’exerce, mais aussi pour les siens. A l’Élysée, je me sentais souvent illégitime. La petite fille de la ZUP en première dame : il y avait quelque chose qui clochait.
J’ai appris l’infidélité du Président par la presse, comme chacun. Les photos ont fait le tour du monde alors que j’étais à l’hôpital, sous tranquillisants. Et l’homme que j’aimais a rompu avec moi par un communiqué de dix-huit mots qu’il a dicté lui-même à l’AFP, comme s’il traitait une affaire d’État.
Tout ce que j’écris dans ce livre est vrai. Journaliste, je me sentais parfois à l’Élysée comme en reportage. Et j’ai trop souffert du mensonge pour en commettre à mon tour.  »

 
Mon avis :
L’histoire de Merci pour ce moment, n’est pas seulement le récit de Valérie Trierweiler sur l’infidélité de François Hollande, ni sur son passage à l’Élysée, mais bien plus le témoignage d’une femme du peuple qui va entrer dans le monde du journalisme, et découvrir que le naturel et la spontanéité ne font pas bon ménage avec la politique. Une femme qui va tenter d’endosser le rôle de Première dame, un rôle qui n’est pas défini, qui n’a pas de protocole, et essayer de ce couler dans le moule comme elle peut, en faisant des erreurs, mais toujours avec naturel.
Elle revient sur ses mois à l’Élysée, sur ses premières années de journaliste politique, et ses premières campagnes avec les plus grands, puis sa rencontre avec François Hollande et le parcours que nous lui connaissons.

Le style de l’auteure est très journalistique, très droit, mais non dénué de sentiments. Au contraire, ce style permet d’entrer avec l’auteure dans la vie qu’elle compte, comme si nous étions avec elle, à ses côtés. C’est presque comme si nous étions le psychanalyste de sa vérité, nous l’écoutons conter son besoin de légitimité.

Merci pour ce moment redonne une voix sur des situations. Valérie Trierweiler nous expose ici son ressenti, sa vérité et son besoin de revenir, de se justifier sur son comportement et ainsi de l’expliquer, de donner à voir une fonction difficile : celle de Première dame mais avant tout celle de femme.

Publicités

10 réflexions sur “ »Merci pour ce moment » de Valérie Trierweiler

    • Il faut avouer que c’est pour cela que je l’ai acheté, je souhaitais savoir ce qu’il contenait… Finalement, ce n’est pas juste son linge sale, c’est un peu plus vague et plus intéressant car elle revient sur son passé de Première dame.

  1. Mon mari l’a commencé mais, pour ma part, pas sûre de le lire du tout. Ce n’est pas vraiment le genre de bouquin que j’aime lire. En tout cas, il fait parler de lui ce bouquin en ce moment 😛

    • Je voulais vraiment me faire mon avis, a force d’entendre les uns, les autres, les journalistes, la presse, la TV… Je pense qu’il fait parler de lui, parce que c’est inédit, et que le combat médiatique fait avec ce livre est très bien orchestré !

  2. C’est fou, mais malgré tout le tapage autour de son livre, il ne m’attire pas le moins du monde et pourtant je suis curieuse de nature. Les documents dans leur ensemble sont vraiment un genre qui ne m’accroche pas trop. Le seul qui m’a plu c’est le roman/document de Delphine de Vigan sur sa mère…

    • Voilà si le sujet et le mode d’écriture ne te tentent pas, tu sera déçue. J’avoue que j’ai craqué car je souhaitais connaître sa version, son ressenti et c’est assez intéressant de lire certains événements que l’on a vu relatés par les journalistes, expliqués par la principale interessée.
      Le livre de Delphine de Vigan est très touchant, particulièrement troublant car entre le roman et la biographie familiale et je l’ai trouvé paradoxalement plus dur à lire que Merci pour ce moment. Cette ambiguïté, ce travail sur les mots ce ressent plus dans Rien ne s’oppose à la nuit, alors que le livre de V. Trierweiler, tient plus du document journalistique, selon moi.

  3. Pingback: Bilan du mois de Septembre 2014 et Dans la hotte de Charlotte : | Topobiblioteca

  4. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de L à Z | Topobiblioteca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s