Sunday’s Books (n°10 du 22 Juin 2014)

Sunday's Books copie

Coucou les p’tits loups ! J’ai décidée de rejoindre le rendez-vous de Saefiel du blog les petits mots de Saefiel, pour le récap c’est chez elle que ça se passe =) Une semaine marquée par une petite visite à Montmorillon, un petit village de bouquinistes et d’ateliers d’arts, qui m’a mis des étoiles dans les yeux. Un sunday’s books en avance, car ce week-end je suis au Salon du livre de Poche de St Maure et je reste sur Paris jusqu’au mercredi, j’en suis absolument ravie !

Lectures de la semaine :

secrets-et-prejuges-361274-250-400l-instant-precis-ou-les-destins-s-entremelent-383976-250-400

 »Secrets et préjugés » de Anne Barton :
Une jolie romance historique qui m’a beaucoup plus, car même si elle reste dans un schéma classique, instaure des petites notes d’originalité qui sont les bienvenues. Une héroïne couturière, qui va, pour subvenir aux besoins de sa famille, demander de l’argent aux classes aisés contre son silence sur leurs secrets d’alcôves. Mais bien vite, l’arroseur est arrosé et se découvre peut-être plus de points communs avec eux qu’elle ne l’aurait cru.

 »L’instant précis où les destins s’entremêlent » de Angélique Barbérat :
Une romance contemporaine qui s’interroge sur le destin et le hasard, l’impact que des rencontres éphémères ont sur nos vies. A travers un style simple et naturel, l’auteure trace le destin de deux personnages qui n’auraient jamais dût se rencontrer. Je déplore tout de même les trop nombreux hasards et intuitions des personnages, qui tombent justes. J’ai un ressenti un peu ambigu envers ce livre, j’ai beaucoup apprécié mais cela s’arrête là.

Avis sur le blog : Rainbow Valley –  »Un cow-boy à l’horizon » de Jane Graves ICI
 »On a tiré sur le président » de Philippe Labro ICI

Les films de la semaine :

ob_b3b82b_da-vincis-demons-ver3-xlg470425OLLA

Da Vinci’s Demons ( saison 2 ) : Quelle saison, mais quelle saison ! Si la première est plus centrée sur des aventures plus ou moins définis et terminées à chaque épisode, cette seconde partie est beaucoup plus développée. Les bases de la quête de De Vinci étant posées, nous pouvons donc nous concentrer et nous laisser happer dans celle-ci, qui devient beaucoup plus palpable, on se rapproche pour finalement s’éloigner, les scénaristes nous baladent, mais nous avons tout de même des éléments tangibles qui nous font avancer dans l’intrigue. Les personnages deviennent plus complexes et c’est un réel plaisir de les voir hésiter, douter, ce poser des questions. Nous hésitons entre les détester ou les comprendre et cette empathie envers les personnages est vraiment très intéressante. Les intrigues, lancées dans la première saison deviennent plus concrètes, on assiste vraiment à des tentatives et des actions. Les scènes de sexes sont beaucoup moins présentes que dans la première saison, on se concentre plus sur l’essentiel, la violence et le sang par contre, ont toujours la part belle (dans la version en VO), mais cela n’est pas dénué d’intérêt même si cela fait plus grand public. Une série qui mérite qu’on s’y intéresse, surtout pour les développements de la seconde saison.

The Monuments Men de George Clooney (2014) : En cette fin de Seconde Guerre Mondiale, la création d’un musée regroupant tout l’art du monde par Hitler, donne envie à une brigade d’architectes, historiens et autres professionnels de l’art de récupérer les œuvres volées. Une intrigue qui se concentre sur un autre thème de guerre, réalisé par Georges Clooney ce long-métrage réunis des pointes du cinéma. Des acteurs que l’on prend plaisir à voir évoluer sous nos yeux, ils incarnent une certaine forme d’humour malgré le contexte, un véritable quelque chose passe entre eux et le spectateur est d’autant plus pris dans le film. Une réalisation soignée, rythmée par les aléas de la guerre et les questionnements sur l’art, son appartenance à un pays et ce que cela implique. Toutes ces interrogations sont tout de même présentes, mais ce qui prime sont véritablement les relations entre les personnages, et cela fonctionne complètement. On les quitte mais on en voudrait encore.
Bonus : le père de George Clooney fait une apparition en tant que membre du comité auquel le commandant de la brigade, incarné par George lui-même, fait son rapport.
Un conseil : regardez la VO, vous verrez Matt Damon parler Français, et vous pourrez juger de l’accent de Jean Dujardin.

Only lovers left alive de Jim Jarmusch (2014) : Un film onirique et fascinant sur les vampires, mais pas que… Une véritable réflexion est menée sur la vie éternelle, sur le temps qui passe et qu’on ne peut retenir. Est-elle préférable à une vie éphémère ? La délivrance de Marlowe dans le film, en est un exemple parfait  »Je vais ENFIN m’éteindre… » Une ambiance particulière parsème le film, les couleurs et les images sont fantasmatiques, très claires, pastelles, la lumière a également une grande importance et des raies s’accrochent parfois aux images, donnant un univers plus flou et très esthétique. Par contre j’ai trouvée que l’intrigue souffrait d’une lenteur qui peut être bénéfique, mais que trop peu de moment arrivait à remonter. Mais c’est également un bon point, cela montre que le monde vampirique n’est pas si éloigné du notre, qu’ils tournent en rond eux aussi avec les mêmes interrogations. Adam et Eve, l’ombre et la lumière, sont des amants complémentaires, se comprenant d’un regard, d’une goutte de sang et vivent un amour en dehors du temps, fait de littérature et de musique.

Sorties un livre, un film de la semaine :

madame-de-saint-malo-ou-la-fidelite-462990

 »Madame de Saint-Malo ou la fidélité » de Marc Tardieu (éditions Pascal Galodé) :
 »Août 1858 : L’empereur Napoléon III et l’impératrice Eugénie se rendent en visite en Bretagne. C’est la première fois depuis la Renaissance que des souverains français viennent dans la grande province de l’Ouest. L’événement attire des foules considérables. Parmi ceux qui acclament le couple impérial figure Amélia Bouvet, une jeune demoiselle des environs de Saint-Malo, petite-fille d’un célèbre amiral, dont l’exceptionnelle beauté et la fascination bien visible attirent l’attention de Leurs Majestés. Des années plus tard, l’impératrice appelle la jeune Bretonne à ses côtés en tant que lectrice, puis Dame de Compagnie, et Amélia Bouvet –devenue Amélia Carette après son mariage avec un riche industriel – va ainsi connaître les grandes heures de la Cour, des gigantesques bals des Tuileries à l’Exposition universelle de 1867 où Paris, devenue pour l’occasion capitale du monde, accueille les plus illustres souverains de la planète.
Plus dure sera la chute. Trois ans après son apothéose, le Second Empire s’effondre lamentablement à Sedan, et l’empereur malade et vaincu se constitue prisonnier des Prussiens. Parmi les anciens serviteurs, nombreux seront alors les déçus et les opportunistes – ou les traîtres, selon certains – qui tourneront le dos à leurs engagements passés. Tel n’est pas le cas d’Amélia Carette pour qui Louis-Napoléon Bonaparte et Eugénie de Montijo resteront toujours l’Empereur et l’Impératrice avec une majuscule.
Amélia Carette incarne la fidélité à toute épreuve. Cet attachement sans faille à des personnages historiques souvent contestés peut paraître parfois excessif ou naïf, en tout cas ambigü, mais il nous interroge sur nos propres infidélités. »

344396.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 »The Two Faces of January » de Hossein Amini :
 »1962. Un couple d’américains très élégants, le charismatique Chester MacFarland et sa jeune épouse Colette viennent d’arriver à Athènes. A l’Acropole ils font la rencontre de Rydal, un jeune guide touristique, américain mais parlant grec, arnaqueur de touristes à l’occasion. »

Publicités

13 réflexions sur “Sunday’s Books (n°10 du 22 Juin 2014)

  1. Je ne connaissais pas du tout la série Da Vinci’s Demons, je vais zieuter tout ca 🙂
    Oh The Monuments Men de George Clooney, j’avais vraiment envie de le voir, je les manqué en salle, il est déjà sorti en DVD ? Là aussi, je vais zieuter tout ca 🙂
    J’espère que ton séjour dans la capital c’est bien passé !
    Bonne semaine 🙂

    • Coucou ma belle ❤ Ah elle est vraiment super bien faite, si on ne prend pas pour vérité tout ce qui est dit sur la jeunesse de De Vinci, la critique l'a descendue mais je trouve qu'elle est quand même bien réalisée par rapport a d'autres.
      Je ne sais pas si il est sorti en DVD, je l'ai regardé sur mon ordi, il est vraiment très bon, les acteurs sont justes et c'est un plaisir de les voir ensemble, là encore la critique n'a pas été tendre, mais je trouve que c'est une intrigue original sur la seconde guerre mondiale.
      J'ai mal aux pieds, mais vraiment c'est tellement peu comparé à ce que j'ai ressentie, des étoiles pleins les yeux =)
      Belle semaine à toi aussi poulette ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s