»On a tiré sur le président » de Philippe Labro

Titre VF : On a tiré sur le Président
Auteur : Philippe Labro
Editions Gallimard, 2013.
Genre : Historique, autobiographie, biographie

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 » – Où étiez-vous le jour où l’on a tiré sur Kennedy ?
Cette question a été posée pendant des décennies, au cours de dîners, déjeuners, réunions, conversations diverses, n’importe où dans le monde – et pas seulement dans le monde occidental. »

Résumé :
 » «On a tiré sur le Président, c’est la phrase que toute l’Amérique a prononcée le 22 novembre 1963, jour de la mort de JF Kennedy. Je l’ai entendue sur la côte Est des États-Unis où je me trouvais. J’ai filé à New York pour prendre le premier avion pour Dallas. Sur place, j’ai vécu l’événement dans les couloirs du quartier général de la police. J’ai vu Oswald, j’ai rencontré Jack Ruby, la veille du jour où il assassina Oswald. J’ai connu les flics, la presse, la confusion, le Texas, les mystères.»
Pour la première fois, Philippe Labro livre son récit authentique et passionnant – accompagné de sa vision de la personnalité de JFK et de sa conviction sur qui a «tiré sur le Président».

 
Mon avis :
Philippe Labro dans On a tiré sur le Président, conte les quelques jours suivant la mort de John Fitzegarld Kennedy, le tourbillon de cette Amérique qui voit son histoire changer, ce fameux 22 novembre 1963. A ce moment là jeune journaliste, ce français se voit confier l’investigation et le soucis de rapporter ce qu’il voit, suite à cet assassinat. Il va alors tenter de comprendre comment Lee Harvey Oswald, présumé coupable, a pu en arriver à un tel geste, et comment Ruby va lui tirer dessus sans explications. Ce tourbillon, ces incompréhensions, ces changements, Philippe Labro tente de les expliquer avec le plus de clarté et le moins de jugement possible. Son but n’est pas d’apporter de nouvelles théories, mais bien plus de restituer le contexte de cet événement historique mondiale. C’est bien plus que cela également, à travers ce récit, l’auteur commente la personnalité de Kennedy, les nombreux succès et son enfance qui l’on conduit à la Maison Blanche.

Philippe Labro part de l’assassinat de Kennedy, retraçant les minutes, les erreurs des gardes du corps, le parcours du président et de sa femme, et les spéculations sur le nombre de tireurs et de balles. Il va ensuite nous exposer comment cet homme est devenu l’incarnation du président des États-Unis, ses faiblesses, ses échecs et ses joies. Il nous le rend plus ordinaire, plus banale et plus proche de nous, un homme que son destin va bouleverser et qui va tenter de faire bonne figure, et c’est ceci qui rend le récit plus complet et complexe.
Les portraits de Lee Harvey Oswald et de Ruby, son assassin, vont nous permettre de faire face à ces hommes lambada qui vont trépasser, succomber à leurs folies, vu par un homme qui les à côtoyé de près ou de loin, qui à tenté de les comprendre et de savoir le pourquoi de leurs gestes. Leurs portraits sont sans jugement, presque de façon documentaire et journalistique, pour nous immerger dans cette ambiance lourde et pesante des nombreuses ambivalences et incompréhensions dût à ce jour de 1963.

John-F-Kennedy-Jackie-660x330

Le style de l’auteur est particulièrement agréable à lire, très facile d’accès, la note journalistique n’est pas présente pour perturber le lecteur, mais bien plus pour lui faire comprendre et rapporter ce que l’auteur a vu et vécu, dans la simple optique de faire passer l’information. Cette formation de journaliste est bénéfique pour le livre, car une attention est donnée à la traduction de certains mots, de certaines expressions et permet de restituer l’ambiance américaine de l’époque. Mais Philippe Labro ne nous abreuve pas de statistiques ou autre expressions abstraites, mais fait une sorte de bilan de sa vie durant cette période, nous expliquant ce qu’il a vu, les personnes qu’il a rencontré dans le cadre de son travail, les thèses qu’il a entendu et celle qu’il a cru ou réfuté, sans jamais dire que là est la vérité, mais juste ce a quoi il a assisté et compris dans cet imbroglio d’interrogation et de théorie du complot. Le style nous permet de véritablement entrer dans la peau de cet homme qui venait de comprendre que la vie de l’Amérique et du monde tout entier venait de basculer.

En conclusion, un très bon roman qui change des rapports professionnels et des études sur le personnage de Kennedy. Philippe Labro nous livre un récit de ce qu’il a vécu, nous donne accès plus facilement à cette période et nous emporte avec lui, ce 22 novembre 1963…

COUP DE COEUR

Publicités

9 réflexions sur “ »On a tiré sur le président » de Philippe Labro

  1. Pingback: Sunday’s Books (n°10 du 22 Juin 2014) | Topobiblioteca

  2. Oh le sujet m’intéresse également, je serais ravie de lire ce livre. Merci pour la découverte ! ^^
    J’y pense, il va falloir que je lise le livre de Stephen King 22/11/63 qui traine dans ma PAL depuis un an.

  3. Pingback: Bilan du mois de Juin 2014 et Dans la hotte de Charlotte : | Topobiblioteca

  4. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de L à Z | Topobiblioteca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s