»Les cèdres de Beau-Jardin » de Belva Plain

Titre VO : Crescent City
Titre VF : Les cèdres de Beau-jardin
Auteure : Belva Plain
Traduit de l’américain par Bernard Ferry.
Editions Belfond, 2014 (réédition)
Genre : Romance historique, historique

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 » Comment trois notes de musique peuvent-elles nous déchirer le cœur de chagrin ? Trois gouttes de pluie grise le pénétrer tout entier de délices ? Vous voyez, il est tant de choses incompréhensibles.  »

Résumé :
 » Dans la lignée d’Autant en emporte le vent, la redécouverte d’une fresque bouleversante, pleine de souffle, d’aventures et d’amour, par celle qui restera à jamais la reine de la saga.
Fille d’un marchand bavarois venu faire fortune en Amérique, Miriam a été élevée dans les fastes de la meilleure société créole ; une éducation choyée qui l’a naturellement conduite à épouser, à seize ans à peine, le richissime planteur Eugene Mendes.
Mais pour tous les ors de leur sublime propriété de Beau-Jardin ne sauraient cacher une réalité beaucoup plus sombre : Eugene est un homme distant et irascible ; Miriam s’enfonce chaque jour un peu plus dans le désespoir, allant chercher réconfort et tendresse dans les bras d’un autre.
Et quand éclate la guerre de Sécession, la belle se retrouve face à un terrible dilemme : son frère adoré a rejoint le camp nordiste, tandis que l’homme qu’elle aime combat aux côtés des confédérés…  »
Mon avis :
L’histoire est celle des opprimés, mais loin d’être tourné vers le pathos, Les cèdres de Beau-jardin est bien plutôt un récit magistralement mis en scène par Belva Plain, et nous fait découvrir le contexte historique post guerre de Sécession, qui est souvent peu abordé en littérature. Le lecteur comprend ainsi mieux comment les événements de cette guerre ont été amenés, le climat oppressant des jours précédents la plus grande guerre des États-Unis, et finalement les différentes positions du peuple. Mais c’est également l’histoire des femmes et d’une femme en particulier qui porte sur ces épaules toutes les contradictions de sa classe. Un roman historique d’une rare beauté, qui allie amour et histoire avec une grande justesse.

 » On peut se mêler au tout en restant soi-même. De toute manière, tu sais, on n’échappe pas à soi-même, on peut bien essayer…  »

Les personnages sont décrits de façons authentiques, on n’échappe pas à quelques clichés, mais ils ne sont pas pour autant manichéens, et sont souvent plus complexes que de prime abord et c’est cela qui rend le récit si intéressant, car le lecteur sent le besoin de connaître leurs actes à venir. L’intrigue est portée par une femme, Miriam et la condition de celles-ci est abordé dans le roman en filigrane, et l’on ne peut que se superposer face à ce qu’elles devaient subir. L’héroïne est véritablement un plus pour l’histoire, une femme qui n’a que peu confiance en elle, qui manque d’amour et crois au coup de foudre, mais découvre que la vie de femme n’est pas un long fleuve tranquille, mais plus elle avance, plus elle va devenir forte, au contact des épreuves qu’elle va devoir traverser. Malheureusement, bien des similitudes subsistent encore et c’est ce qui rend les personnages si proches de nous et fait de Les cèdres de Beau-jardin, une œuvre pour des générations.
Les personnages secondaires ne sont pas en reste, ils donnent à l’intrigue un contexte historique représentant toutes les catégories de la population et surtout les divergences d’opinions, parfois au sein d’une même famille. Ce contexte est très bien expliqué, et chaque personnage, qu’importe le camp dans lequel il se trouve, est traité de façon juste, sans jugement, pour que le lecteur comprennent les différents enjeux de l’époque.

Le style de l’auteure est particulièrement soigné, le lecteur sent une profondeur dans les mots utilisés, une justesse comme si la place de chaque phrase était pensée avec soin. L’idéal pour apprécier le récit est d’être posée et de lire tranquillement les mots sous nos yeux afin de faire ressortir le meilleur de l’histoire. Une lenteur est empreinte dans l’intrigue, mais elle n’est nullement pesante, bien au contraire, elle sert plutôt l’histoire afin de prendre toute la mesure des événements, des changements dans la société, qui arrivent petit à petit, mais finalement si vite dans la vie des personnages.

En conclusion, une saga familiale magnifique, la Nouvelle-Orléans est le cadre de la guerre de Sécession, les différentes opinions, les bouleversements sociales, Les cèdres de Beau-jardin est un roman historique complet, qui donnera à tous l’impression de vivre au milieu des champs de coton, et des plantations extravagantes…

Belva_Plain

L’auteure :
Belva Plain a capturé le cœur de ses lecteurs dès son premier roman, Tous les fleuves vont à la mer, publié en 1978. Il a été premier sur la liste des Best Sellers du New York Times pendant 41 semaines et a été adapté pour la télévision.
Signature majeure de la littérature féminine mondiale, disparue en 2010, est l’auteur de nombreux best-sellers.
Source : Belfond

Publicités

12 réflexions sur “ »Les cèdres de Beau-Jardin » de Belva Plain

  1. Pingback: Bilan du mois de Mai 2014 et Dans le hotte de Charlotte | Topobiblioteca

  2. Je pense que c’est le genre de livre qui pourrait me plaire (javoue que le côté Autant en emporte le vent n’y est pas pour rien)!! Je ne connaissais pas du tout, merci pour la découverte 🙂

    • Je te le conseil, il est complet et aucun des genre, que ce soit le côté romance ou l’historique ne prend le pas sur l’autre, tout est juste et très réaliste, on est immergé dans l’intrigue et l’écriture est vraiment très belle =)

  3. Quelle chronique ma bichette ! Je t’avoue que je n’ai jamais lu Autant en emporte le vent mais, pour le coup, tu m’intrigues… Et pas qu’un peu ! Je le note !
    Plein de bisous ❤

    • Ah mais moi non plus je n’ai jamais lu Autant en emporte le vent, et bien après Les cèdres de Beau-jardin, je n’ai qu’une envie : le lire =)
      Je te le conseil, il est magnifique, les décors, le style et les personnages, tout !

  4. J’aime beaucoup cette époque-là. Le titre m’avait ébloui, la dernière fois. Puis ce déchirement décrit dans le résumé est du plus bel effet.. ^^ Je ne vais pas hésiter et le noter comme lecture à venir. Merci pour la découverte !

  5. Pingback: Sunday’s Books (n°9 du 15 juin 2014) | Topobiblioteca

  6. Pingback: Meilleures lectures de l’année 2014 | Topobiblioteca

  7. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de L à Z | Topobiblioteca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s