»Le couvent des ombres » de Lisa Jackson

Titre VO : Devious (2011)
Titre VF : Le couvent des ombres
Auteur : Lisa Jackson
Traduit de l’anglais américain par Barbara Versini.
Editions Harlequin, collection Mosaïc, 2012.
Genre : Thriller

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 » – Faites votre travail, dit-elle seulement. Mais je vous en prie, n’oubliez pas que vous êtes dans la maison de Dieu.
– Maison dans laquelle le diable vient d’officier, répondit Montoya.  » ( p. 60 )

 

Résumé :
 »La cathédrale de la Nouvelle-Orléans… Au pied de l’autel gît le corps sans vit d’une jeune novice vêtue d’une robe de mariée jaunie. Autour de son cou, un collier de perles écarlates…
Camille, sa petite sœur adorée, est morte. Si seulement Valérie avait pu convaincre sa cadette de quitter ce couvent austère et angoissant, Camille serait encore vivante aujourd’hui ! Bouleversée, révoltée par ce meurtre, Valérie Renard, une ex-policière, décide de mener sa propre enquête, parallèlement à celle de Rick Bentz et Ruben Montoya, les inspecteurs chargés de l’affaire. Car Valérie le sait : le couvent Sainte-Marguerite n’est pas la paisible retraite que tout le monde imagine, et ceux qui y résident, du séduisant père Franck O’Toole à la sévère mère supérieur, semblent avoir quelque chose à cacher. Camille elle-même avait une vie secrète, des zones d’ombres que Valérie ne soupçonnait pas.
Une découverte, qui pourrait faire d’elle, si elle découvrait la vérité, la prochaine proie du tueur.  »

Mon avis :
L’histoire est d’emblée très mystérieuse, un meurtre dans un couvent, des nones semblant cacher de sombres secrets, des inspecteurs qui eux aussi ne sont pas blanc comme neige, tout cela voisines et s’entremêlent dans le thriller de Lisa Jackson. Une ambiance oppressante, qui vous prend au tripes dès les premières lignes et ne vous lâche plus…
Malgré que ce soit le dernier tome de la série des policiers Bentz et Montoya, l’auteure n’en construit pas moins une histoire homogène et compréhensible pour le public n’ayant pas lu les tomes précédents.

 » Elle s’éloigna précipitamment, dans un froissement de tissu et un cliquetis de perles. Montoya remarqua que sa robe était impeccable, à part l’ourlet , taché de boue.  » ( p. 60 )

Les personnages sont quelques peu classiques, mais le tout fonctionne très bien, dans ce contexte très sombre et ambiguë, où les oies les plus blanches peuvent être suspectées des pires méfaits. C’est le traitement et l’agencement de l’intrigue qui les font paraître plus beaux ou plus ambigus, portés par les parallèles avec le vrai auteur du crime, qui peut se confondre avec tous les personnages, si bien que le lecteur tente de percer à jour les ficelles de l’histoire, sans pour autant les découvrir vraiment.
Beaucoup de sentiments sont présents dans le récit, ce qui permet au lecteur d’être touché par les affres de ce que traverse Valérie, mais également de ne pas se sentir trop détaché de l’histoire Et par contraste, cela permet de ressentir de façon plus intense l’horreur de la situation, qui peut arriver n’importe où, n’importe quand. Une situation banale, que l’on entend tous les jours à la radio, qui nous entoure mais dont pourtant nous sommes si loin. Un savant mélange de quotidien et d’horreur est donc distillé dans l’intrigue et permet d’avoir un récit construit et fluide, dans lequel le lecteur entre très facilement.

Le style de l’auteure est particulièrement bien soigné, Lisa Jackson prend le temps de nous placer l’intrigue et les personnages dans un contexte quotidien bouleversé par le meurtre. Un climat singulier, propre à chaque endroit, une atmosphère très lugubre, de huit clos dans le couvent, et un extérieur très moderne et beaucoup plus frais, nous plonge dans un livre très pesant, le lecteur suit avec avidité Valérie et les inspecteurs dans leurs enquêtes, en ayant l’envie de sortir de cette tourmente au plus vite. C’est le point fort du livre, si l’intrigue joue parfois peut-être sur les hasards et les coups de chances des personnages, mais l’écriture et la lourdeur de l’ambiance donne une originalité bienvenue.

En conclusion, un très bon roman, qui malgré une fin rapide, ne déçoit pas le lecteur par un huit clos oppressant, dans un milieu religieux où la foi est parfois un simple jeu…

COUP DE COEUR

Publicités

13 réflexions sur “ »Le couvent des ombres » de Lisa Jackson

    • Je te le conseil, vraiment, le premier que j’ai lu de la collection Mosaic (oui mon avis à des mois de retard) et aujourd’hui je veux vraiment continuer leur catalogue =) C’est un thriller très bien ficelée, et très efficace !

  1. J’ai déjà tenté un thriller dans un couvent et je n’ai pas spécialement aimé… Mais celui-là a l’air sympa puis de toute façon, je me fie à ton avis. 😛 Par contre, commencer la série avec un dernier tome, je ne suis pas particulièrement fan même si l’auteure semble avoir simplifié les choses. Je vais voir les premiers d’abord, je pense avant de m’intéresser à celui-là. ^^

    • C’est vraiment l’ambiance dans ce livre que j’ai retenu, l’auteure met très bien à profit le lieu du couvent pour en faire avoir des frissons à son lecteur et j’ai adorée ça ! Quel était le livre que tu n’as pas aimé avec le même lieu ?
      C’est ce que je reproche au éditions Harlequin, d’avoir créé une nouvelle collection excellente mais ils ne devraient pas publier les derniers tomes de séries dans une autre collection. Par exemple pour celui-ci je n’étais pas au courant que c’était le 8eme et dernier tome, je ne m’en suis apperçue qu’en me renseignant sur le livre après ma lecture. Durant celle-ci j’ai remarquée quelques petites explications sur des affaires antérieurs qui m’ont mis la puce à l’oreille, sans me déranger toutefois. Mais tu as raison de vouloir faire les choses dans le bon ordre, parce que je pense que cette série n’est vraiment pas mal du tout, même si je me suis fais spoiler le début =) Merci du compliment en tout cas, et si j’ai pu te donner envie de le lire, j’en suis vraiment ravie !

  2. A la lecture de ton avis, la première pensée que j’ai eu c’est olalla ça à l’aire génial ! Je suis convaincue !
    Me le commande de ce pas 😉

    • Je suis contente de t’avoir convaincue, tu verras c’est vraiment une histoire très bien ficelée dont on ne découvre qu’à la fin les tenants et aboutissants =) J’ai adorée l’ambiance qui reste encore dans ma mémoire !

  3. Et bien quelle chronique ma choupette ! Il a l’air super, ce roman 😀 Je ne connais ni l’auteure, ni la collection, ce sera une grande permière 😀 Gros bisous ma belle ❤

    • J’adore la collection Mosaic, elle m’a permis de découvrir quelques uns des auteurs incontournable américains, et je dois dire que Lisa Jackson j’aime beaucoup ce qu’elle fait ! Surtout celui-ci qui à vraiment une ambiance particulière, très malsaine, très oppressante ! Je te le conseil vivement ma poulette ❤

  4. Pingback: Bilan du mois de Mars 2014 et Dans la hotte de Charlotte | Topobiblioteca

  5. Pingback: Bilan Mars 2015 et Dans la hotte de Charlotte : | Topobiblioteca

  6. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de A à K | Topobiblioteca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s