»Les renards pâles » de Yannick Haenel

Titre VF : Les renards pâles

 

Auteur : Yannick Haenel

 

Editions Gallimard, collection Infini, 2013.

 

Genre : littérature contemporaine, essai

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 » Détruire enfin ce qu’il est impossible de contrôler. »

Résumé :

 

 »Un homme choisit de vivre dans sa voiture. A travers d’étranges inscriptions qui apparaissent sur les murs de Paris, il pressent l’annonce d’une révolution. Le Renard pâle est le dieu anarchiste des Dogon du Mali ; un groupe de sans-papiers masqués porte son nom et défie la France. Qui est ce solitaire en attente d’un bouleversement politique ? Qui sont les Renards pâles ? Leur rencontre est l’objet de ce livre ; elle a lieu aujourd’hui. »

 

 

 

Mon avis :

 

L’histoire est celle d’un homme, banal, comme tous les autres, ou presque, qui un jour découvre la puissance d’une société à contre-courant du système actuel, qui pour le dénoncer tente de le détruire de l’intérieur.

 

Le récit est découpé en deux grandes parties : la première se consacre a décrire le narrateur, dans sa nouvelle vie de chômeur dans sa voiture, où depuis se point de vu il est le témoin d’une ville en mutation, après les déceptions politique et sociales, dans un monde où la chaleur humaine se fait rare et où l’impression d’être un système plutôt qu’un être humain domine.

 

La deuxième découle de cette vision, et analyse le comportement des êtres anti-sociales, qui vivent dans un monde aseptisé des douleurs de la banlieue et des opprimés. Le narrateur n’emploie plus un  »je » mais un  »nous », l’englobant dans un groupuscule, celui des Renards Pâles qui semble coloniser les rues de Paris, une à une, avant d’aboutir à une révolution bruyante.

 

 

Finalement très peu de personnages jalonnent le récit, le lecteur suit Jean, le narrateur, qui lui fait part de son ressentis, des personnes qu’il rencontre au fil de ses périples, d’anciennes connaissances ou de parfaits inconnus, ils peuplent tous et enrichissent la vie de ce personnage, qui change à leur contact, prend conscience de ce besoin qu’il a de changer, de rejoindre d’autres rangs que ceux extérieurs et évidents du système en place. C’est par sa voix, sa vision de ce changement, lui qui est extérieur et qui va devenir intérieur à cette lutte des classes, que le lecteur peut être inséré dans ce monde. Insertion tout de même brutale par la coupure du texte en deux scansions précises, moment également charnière dans la vie de Jean. Le lecteur peut se sentir très vite évincé, par ce nouveau tour de force du récit, qui devient alors très véhément et oratoire, dans un langage très familier et en même temps très politique et engagé.

 

Malgré tout, les thèmes exploités dans cette deuxième partie sont importants au regard de l’actualité politique et sociale du moment, mais d’un point de vue de lecteur, j’ai beaucoup plus été réceptive au développement des ces sujets dans la première partie, car plus ancrés dans l’activité sociale d’une ville, ce sont des gens que l’on croisent tous les jours, qui sont nos voisins, notre entourage peut-être, qui sont ici représentés.

 

 

Le style de l’auteur est parfois très obscurs, puisque le personnage principal est souvent sous alcool ou substances illicites, lorsqu’il exploite ses idées et ses revendications sur un nouveau monde social et une nouvelle politique. Prétexte aux idées plus philosophiques ? Sûrement mais le lecteur se sent un peu délaissé, à part de ses envolées politiques, et c’est dommage que ce soit si ambigus parce que l’on n’arrive pas à recevoir son questionnement en pleine face, dans les tripes, pour être en adéquation.

 

 

En conclusion, un roman sur l’actualité politique qui est peut-être parfois un peu trop flous, trop caricatural et extrême pour me convaincre. Dommage, car les thèmes abordés sont très actuels et révoltants et il est important d’en parler…

Publicités

6 réflexions sur “ »Les renards pâles » de Yannick Haenel

  1. Je ne sais pas si je me laisserai tenter par ce roman. En ce moment, je privilégie la légèreté, et je ne suis pas sure qu’il m’en apporte. Mais ta chronique a éveillé ma curiosité ❤

    • Je pense que tu peux passer sur ce livre, il est vraiment très pessimiste, même si il est cru avec la réalité, c’est tout de même un pan de l’actualité qui est réelle et dont il faut se confronter, mais je reste très mitigée face à ce roman…

    • Oui tu as raison, il faut savoir intercaler les lectures plus légères avec les plus sérieuses. Celle-ci n’était pas pour moi, la trame est intéressante et actuelle mais j’avoue que je n’ai pas plus adhéré que cela à la plume et à la manière de l’auteur de faire passer son message.

  2. Pingback: Bilan du mois de Mars 2014 et Dans la hotte de Charlotte | Topobiblioteca

  3. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de A à K | Topobiblioteca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s