»Les adversaires » de Fabien Clavel

Titre VF : Les adversaires

 

Auteur : Fabien Clavel

 

Editions Le Pré aux Clercs, collection Pandore, 2012.

 

Genre : Fantasy, fantastique, young-adult

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 »Il fallait croire que les anges et les démons n’étaient pas si différents sur certains points. » (p. 289)

 

 

 

Résumé :

 

 »Depuis des millénaires, un tournoi oppose les anges de l’Ordre aux légions du Chaos. Ces duels à coups d’épées flamboyantes doivent rester inconnus des humains. Jusqu’au jour où la jeune Ayati est témoin d’une de ces luttes à mort au bout de sa rue. Engagée malgré elle dans l’ultime bataille entre les deux clans immortels, elle devra risquer son âme et mettre en péril son amour, alors que le monde menace de basculer dans l’Apocalypse. »

 

 

 

Mon avis :

 

Premier essai de la collection Pandore, des éditions le Pré aux Clercs : ( le directeur de la collection, à annoncé ses dernières semaines la fermeture de la boîte de Pandore, pour des raisons de marché et de public)

 

 »C’est l’unique but de la collection Pandore : vous offrir le grand voyage dans l’évasion, avec des romans fantasy écrits par des auteurs français pour un public « young adult ».

 

Un défi classique, une façon originale de le relever.

 

C’est pourquoi Pandore est une collection grand public, ouverte à tous les goûts de l’imaginaire, pour des lecteurs et lectrices, adolescents ou jeunes adultes. Les thèmes classiques de la fantasy, mais aussi ses tendances contemporaines, sont abordés par des écrivains d’aujourd’hui.  »

 

Xavier Mauméjean, Directeur de collection ( sur le site de la collection )

 

 

Le livre respecte bien la ligne éditoriale de la collection : un auteur français, une intrigue aux frontières de la réalité qui explore une mythologie angélique innovante et des personnages de jeunes adolescents malheureusement pas épargnés par la vie.

 

 »Ange, démon, ça ne fait pas grande différence finalement. Nous sommes tous des esprits. »

 

Le point fort du récit est sans conteste la mythologie présente, qui offre une autre perspective d’une apocalypse antique entre anges et démons. En effet, ces derniers font partis de la caste des esprits et ne sont pas forcément si différents les uns des autres. C’est cette notion qui est développée tout le long du roman, qu’est-ce qui finalement éloigne ceux qui choisissent le mal de ceux qui sont foncièrement bons ? C’est le prétexte, la métaphore, de la société : il y a les bons qui poursuivent les méchants, mais qui sont-ils réellement ? Est-ce que les  »gentils » ne cachent pas finalement plus d’un secret ? Des thématiques résolument contemporaines, qui donnent une trame plus proche du réel que l’on ne pourrait le croire.

 

Malgré tout, les développements manquent pour un public plus âgé. Les rebondissements se succèdent, mais certains importants au cœur de l’intrigue, sont uniquement évoqués en quelques lignes et cela manque au récit. Les relations entre les personnages sont parfois un peu faciles, et très rapides et manquent de péripéties les reliant, même si le lecteur ne doutent pas de la spontanéité de ces attachements.

 

 

Les personnages sont de jeunes adultes découvrant une société adulte qui ne les enchante guère car confrontés depuis leur plus tendre enfance à la désillusion, ils n’ont pas de grands espoirs qu’en à leur avenir. La possibilité de changer d’état est vu alors comme une bénédiction ; métaphore des rencontres bonnes ou mauvaises que l’humain fait dans sa vie. Une chance vous est donnez et toute votre vie change, en bien ou en mal. Chaque lecteur pourra s’identifier à ses personnages principaux éperdus de libertés.

 

 

Le style de l’auteur est très fluide, ce qui aide à la mythologie un peu plus développée, le lecteur n’a ainsi pas l’impression d’être perdu, et les explications arrivant au fur et à mesure, afin d’en comprendre les enjeux, sont claires, mêmes si une part de ces dernières sont restées cachées jusqu’à la fin du récit. Les descriptions présentes aident particulièrement bien à visualiser le contexte mais les dialogues sont peu enrichie, et c’est ce que je déplore le plus. Pour un public plus jeune, ce style sera un atout, mêlant habilement rebondissements rythmés et dialogues plus reposants.

 

 

En conclusion, un bon roman young-adult, qui explore une mythologie angélique inédite, avec une écriture fluide et un récit bien rythmé, sans longueurs. Malheureusement, quelques développement en plus, auraient été pour moi, bienvenus.

Publicités

9 réflexions sur “ »Les adversaires » de Fabien Clavel

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? (n°39 du 10 mars 2014) | Topobiblioteca

  2. Pingback: Bilan du mois de Mars 2014 et Dans la hotte de Charlotte | Topobiblioteca

  3. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de A à K | Topobiblioteca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s