»Belle Epoque » de Elizabeth Ross

Titre VO : Belle époque (2013)

 

Titre VF : Belle époque

 

Auteure : Elizabeth Ross

 

Traduit de l’anglais américain par Madeleine Nasalik.

 

Edition Robert Laffont, collection R, 2013.

 

Genre : Historique, jeunesse

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 » Tout comme le bijoutier place une fine lame de métal sous une pierre précieuse pour qu’elle brille de mille feux, l’agence place un repoussoir près d’un joyau issu du grand monde pour lui servir de faire-valoir.  » ( p.74 )

 

Résumé :

 

 » « Louez un faire-valoir, vous en deviendrez d’emblée plus attirante. »
Lorsque Maude Pichon s’enfuit de sa Bretagne natale pour échapper à un mariage dont elle ne veut pas, elle monte à Paris, ville-lumière en ébullition à la veille de l’exposition universelle de 1889. Hélas, ses illusions romantiques s’y évanouissent aussi rapidement que ses maigres économies. Elle est désespérément à la recherche d’un emploi quand elle tombe sur une petite annonce inhabituelle : « On demande de jeunes filles laides pour faire un ouvrage facile. » L’Agence Durandeau propose en effet à ses clients un service unique en son genre : le repoussoir. Son slogan ? « Louez un faire-valoir, vous en deviendrez d’emblée plus attirante. » Étranglée par la misère, Maude postule…  »

 

 

Mon avis :

 

L’histoire est assez atypique dans le catalogue des titres Young-adult du moment. Grand bien fasse, un peu de changement, d’autant plus si cela apporte un côté historique bienvenu.

 

L’auteure adapte librement une nouvelle méconnue de Zola, Les repoussoirs, évoquant l’agence Durandeau qui emploi des jeunes filles dites laides, afin de mettre en valeur les jeunes demoiselles de la haute société. Un fait historique réel ? Peut-être, probablement, réaliste assurément.

 

Le tour de force de l’auteure, est que Elizabeth Ross à fait de Belle Époque, une vraie intrigue en nous narrant la vie de Maude Pichon, jeune provinciale, qui vient à Paris des rêves pleins la tête. Un personnage qui correspond assurément à l’air du temps, où l’on nous conte dans les chansons, l’importance de vivre sa vie, de s’émanciper. Maude incarne à une époque révolue, loin de nous, nous imaginons nous, une état d’esprit moderne et contemporain que nous avons tous au fond de nous… Là où Zola posait les bases, d’un regard cynique et transperçant, d’une agence faisant commerce de la laideur, dans un monde où tout ce vend, Elizabeth Ross arrive à nous faire comprendre que le monde n’a pas tant changée, et est devenu encore pire.

 

 

 » Quels sont vos rêves ? Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai la sensation que travailler dans cette agence, ça m’a étouffée, et j’ai moins d’estime pour moi-même, pour ce que je suis capable de faire. » ( p.374 )

 

 

Le style de l’auteure est très simple, voir peut-être parfois, trop simple. Les descriptions de Paris reste trop idéalisées pour une parisienne dans l’âme que devient Maude, elle ne nous permettent pas de sortir du cadre des cartes postales, mais elles nous plongent, il faut l’avouer, dans une état d’émerveillement devant pareil spectacle sur la modernité d’un lieu de vie comme celui-ci.

 

La plume est trop lisse tout le long du roman, on a l’impression que tout ce que vie Maude reste sur un même plan émotionnelle dans l’écriture, alors que l’on sent que le personnage est en proie à des émotions contradictoires.

 

Malgré tout, pour un public plus jeune, le style d’écriture est parfait pour vouloir aller rapidement au bout de la lecture, avoir envie de suivre Maude dans cette capitale en pleine effervescence. Une jolie entrée en matière dans l’histoire de la Belle Époque parisienne…

 

 

L’écriture n’est pourtant pas le pilier de l’histoire, au sens propre, c’est essentiellement la critique que l’auteure fait d’une société où les prémices de ce qui deviendra ce que nous connaissons aujourd’hui, apparaît.  »Bien que Zola ait écrit Les Repoussoirs, il y a plus d’un siècle, il n’y a rien de poussiéreux ni de daté dans ce texte qui étincelle d’esprit et d’intelligence, et il me semble aussi pertinent à notre époque qu’à l’époque de son auteur. Difficile de ne pas faire le rapprochement avec notre société moderne, fasciné jusqu’à l’obsession par la beauté et l’apparence. […] L’agence Durandeau pourrait exister à l’heure actuelle, cela ne me surprendrait même pas.  » dira Elizabeth Ross dans ses notes à la fin de l’ouvrage.

 

Comment ne pas penser, qu’aujourd’hui avec toutes les prouesses scientifiques, la recherche de la beauté que beaucoup pense comme le but du bonheur, ce type d’agence, ce genre de commerce ne serait pas une mode dans le monde des peoples que nous connaissons ?…

 

 

En conclusion, un très bon roman jeunesse historique, qui nous fais entrer rapidement dans l’histoire et dans le contexte. A faire lire pour familiariser un public plus jeune à la littérature historique…

 

elizabeth-ross

 

L’auteure :

 

Elisabeth Ross a grandi en Ecosse où elle a étudié le français et le cinéma à l’Université de Glasgow. Elle a publié son premier livre, Belle Epoque, en 2013 à partir d’une nouvelle d’Emile Zola. Elle travaille actuellement au second qui se déroule dans le Los Angeles des années 1940.

 

Source : http://www.babelio.com

 

 

 

Publicités

22 réflexions sur “ »Belle Epoque » de Elizabeth Ross

  1. C’est marrant j’ai senti moins d’insistance sur le côté jeunesse dans d’autres chroniques. Tu pense que c’est une limite et que finalement il ne faut pas trop en attendre en tant que lectrice adulte? ou c’est à reconsidérer suivant les personnes?

    • Il est vrai que pour moi ce côté est assez important, tant dans l’intrigue car le contexte historique n’est qu’effleurée parfois, tant dans l’écriture. Malgré tout j’ai énormément appréciée cette intrigue qui est très réaliste, et même une lectrice adulte aimera cette résonance avec notre monde contemporain. Après suivant les lectures de chacun, toutes personnes y trouvera son compte =) Quelqu’un lisant plus de jeunesse que moi, appréciera sans aucun doute !

  2. C’est un roman qui me tente beaucoup, notamment grâce aux réflexions qu’il doit amener. J’espère pouvoir le découvrir !

  3. Je pensais que c’était un peu plus travaillé niveau style. J’ignorais carrément que c’était destiné à la jeunesse… J’hésite à le lire, maintenant. J’avais envie d’un truc vraiment « historique », surtout que ça se base sur un livre de Zola. Merci pour ta chronique qui est bien belle, en passant ! 🙂

    • Ce n’est pas vraiment le contexte historique qui y est dépeint, selon moi, c’est plus une critique de la société de cette époque dont ont retrouve les prémices de notre monde actuel qui est important je pense. Malgré tout, c’est bien écrit, mais pour la jeunesse, ce n’est pas un roman historique à proprement parlé.
      Merci du compliment, et si j’ai pu t’aider, ce fût avec grand plaisir =)

    • Cela peut refroidir mais l’auteure amène bien son histoire, malgré tout oui j’ai bien ressentir le côté jeunesse, dans le traitement de l’intrigue et du contexte historique. Mais d’autres lecteurs n’ont pas du tout été gênés par cela, cela dépend.

  4. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? ( n°36 du 27 janvier 2014 ) | Topobiblioteca

  5. Pingback: Bilan du mois de Janvier 2014 et Dans la hotte de Charlotte | Topobiblioteca

  6. J’avais été très attirée lors de l’annonce de sa sortie. Cependant, je n’imaginais pas quelque chose d’autant jeunesse et le style d’écriture que tu décris me refroidie un peu. Nous verrons bien du coup 😀

    • Il est vrai que moi, cela m’a un peu gênée, mais j’ai vu de très bon avis de lecteur que cela n’avait pas dérangé. Mais je salue quand même la prouesse de l’auteure d’avoir vraiment bien repris et étoffé la nouvelle de Zola, dans un style plus jeunesse mais qui justement pourra plaire a beaucoup, dans les plus jeunes, et les sensibiliser à l’histoire que l’on peut aisément mettre en relation avec notre société actuelle.

  7. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de L à Z | Topobiblioteca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s