»Les gens heureux lisent et boivent du café » de Agnès Martin-Lugand

Titre VF : Les gens heureux lisent et boivent du café

 

Auteure : Agnès Martin-Lugand

 

Edition France Loisirs, 2013 ( Editions Michel Lafon, 2013 )

 

Genre : Littérature contemporaine, romance contemporaine

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 » Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux. Et depuis un an, je me répétais tous les jours que j’aurais préférée mourir avec eux. Mais mon cœur battait obstinément. Et me maintenait en vie. Pour mon plus grand malheur.  » ( p.12 )

Résumé :

 

 » « Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. […] J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture, au moment où le camion les avait percutés. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux. »

 

Diane perd brusquement son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. C’est peut-être en foulant la terre d’Irlande, où elle s’exile, qu’elle apercevra la lumière au bout du tunnel. »

 

 

Mon avis :

 

L’histoire est celle d’une jeune femme qui perd tout lorsque son mari et sa fille meurent dans un accident de voiture. Une profonde dépression l’envahit, dont son meilleur ami souhaite la sortir. Pour lui échapper, Diane s’enfuit en Irlande, et ne pense pas que ce voyage peut lui offrir une seconde chance.

 

 » Colin avait eu envie de partir quelque jours en Irlande. Puis il avait prétendu que la pluie, le vent et le froid l’avaient fait renoncer. En vérité, il connaissait suffisamment mon goût exclusif du soleil et du bronzage pour ne pas me forcer à porter un coupe-vent et une polaire pendant nos vacances d’été […].  » (p.31)

 

 

Cette histoire contient beaucoup de clichés, malgré tout, et il ne faut pas la lire en espérant y trouver une intrigue unique et mémorable. C’est un récit qui pourrait arriver à tout le monde, un récit qui est banal mais nullement dénué de sentiments et peu de lecteurs y seront insensibles. La fin par contre, n’est pas cliché et offre un revirement de situation assez agréable, bien que déroutant, nous laissant avec le loisir d’imaginer le sors des personnages, qui ne sont pas réglés.

 

L’ambiance générale du livre est la reconstruction, mais également l’espoir qui est apporté par la saison hivernale et l’époque de Noël en Irlande, dans laquelle l’intrigue nous plonge. Le lieu est déjà magique et féerique, avec moult légendes, et la période de Noël est propice aux souhaits et résolutions, et c’est au contact de nouvelles personnes, avec d’autres habitudes que Diane va évoluer durant cette période. Le lecteur peut apprécier doucement ce revirement du personnage, et ainsi penser et se poser lui-même, s’imaginer ce qu’il pourrait changer et améliorer dans sa vie.

 

Un récit que l’on peut associer aux films d’après-midi, sur Noël et les miracles qu’il peut advenir. Une intrigue sentimentale, avec beaucoup de questionnements et de revirements, est développée. Da façon très timide, mais à la foi brutale, l’auteure nous fait comprendre que la vie se fait au contact des gens, et que tout le bien que l’on peut mettre à les éviter, donnera que chagrin et peines.

 

 

Le style de l’auteure est simple, mais ses phrases et ses mots du quotidien, sont percutants, parce que l’on se sent très proche de l’héroïne, qui pourrait être nous, qui pourrait parler comme nous. C’est ce qui fait la force de ce livre, une histoire qui est banal, qui arrive souvent, et dont on se sent invariablement proche de ce personnage très réaliste.

 

 » Notre premier baiser avait eu un goût de bière. Combien de fois en avions-nous ri ? Le romantisme ne nous étouffait pas, à vingt ans.  » (p.30)

 

 

En conclusion, une jolie petite histoire, une romance contemporaine très réaliste sur la reconstruction d’une jeune femme qui à tout perdue…

 

Agnes Martin-Lugand

 

L’auteure :

 

Après 6 ans d’exercice en qualité de psychologue clinicienne dans la protection de l’enfance à Rouen, Agnès Martin-Lugand se consacre à la littérature. Après avoir rencontré des difficultés auprès des maisons d’éditions pour la publication de son premier roman  »Les gens heureux lisent et boivent du café », dans lequel elle analyse et dissèque avec finesse, humour et tendresse les mécanismes de l’âme humaine, Agnès Martin-Lugand décide de se tourner vers la plateforme d’auto-édition d’Amazon. En tête des ventes sur internet, son roman est repéré par Michel Lafon qui le publie en version papier en juin 2013.  »Les gens heureux lisent et boivent du café » est acquis par 13 pays à la Foire de Londres la même année.

 

Source : evene.lefigaro.fr

Publicités

7 réflexions sur “ »Les gens heureux lisent et boivent du café » de Agnès Martin-Lugand

  1. Ce livre m’avait attirée par sa belle couverture et son titre accrocheur. J’ignorais que ça traitait ce thème.. Je suis fort curieuse là ^^ J’aimerais beaucoup le découvrir.

    • Ah le pouvoir des titres longs ^^ Je suis pareil, j’aime ça ! Je pense que le thème du deuil et de la reconstruction est bien traité, surtout parce que le personnage principal peut-être n’importe qui…

  2. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? ( n°35 du 23 décembre 2013 ) | Topobiblioteca

  3. Pingback: Bilan du mois de Décembre 2013 et Dans la hotte de Charlotte | Topobiblioteca

  4. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de L à Z | Topobiblioteca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s