»84, Charing Cross Road » de Helene Hanff

Titre VO : 84, Charing Cross Road

 

Titre VF : 84, Charing Cross Road

 

Traduit de l’anglais par Marie-Anne de Kisch

 

Auteure : Helene Hanff

 

Edition Le livre de poche, 2003 ( Edition Autrement pour le grand format, 2001 )

 

Genre : Littérature contemporaine, autobiographie

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 » A l’intérieur, il fait sombre, on sent la boutique avant de la voir et c’est une bonne odeur mais pas facile à décrire – un mélange de renfermé, de poussière et de vieux, de boiseries et de parquet. […] Il y a des kilomètres de rayonnages. Du plancher au plafond. Ils sont très vieux et presque gris, comme du vieux chêne qui a absorbé tellement de poussière avec les années qu’il n’a plus sa couleur naturelle.  » ( p.49 )

 

Résumé :

 

 » Par un beau jour d’octobre 1949, Helene Hanff s’adresse depuis New York à la librairie Marks & Co., sise 84, Charing Cross Road à Londres. Passionnée, maniaque, un peu fauchée, extravagante, Miss Hanff réclame à Frank Doel les livres introuvables qui assouviront son insatiable soif de découvertes. Vingt ans plus tard, ils s’écrivent toujours et la familiarité a laissé place à l’intime, presque à l’amour. Drôle et pleine de charme, cette correspondance est un petit joyau qui rappelle avec une délicatesse infinie toute la place que prennent, dans notre vie, les livres et les librairies. Livre inattendu et jamais traduit, 84, Charing Cross Road fait l’objet, depuis les années 1970, d’un véritable culte des deux côtés de l’Atlantique.  »

 

 

Mon avis :

 

L’histoire est composée de lettres que l’écrivain Helene Hanff à fait parvenir à Franck Doel, un libraire de Londres, avec qui elle correspond pendant 20 ans. Entre littérature et amitié, une relation fusionnelle va bientôt se nouer entre les deux protagonistes.

 

Publié en 1969, cet ouvrage regroupe les missives retrouvées chez les deux amis. Helene à du mal à trouver certains titres et un ami lui conseil la librairie Marks & Co au 84, Charing Cross Road à Londres. Les livres que l’auteure tente de se procurer sont pour la plupart des éditions épuisés trouvables en occasion à moindre coûts, vendus aux librairies par des bourgeois sur le déclins.

 

Au travers d’Helen, on découvre une pléthore de titres anglophones dont elle fait l’apogée comme étant la base de la littérature anglaise selon elle, mais ce ne sont uniquement que des biographies car comme elle le note « je ne peux jamais m’intéresser à des choses qui ne sont pas arrivées à des gens qui n’ont jamais existé », malgré tout une seule auteure de fiction lui à fait mettre de l’eau dans son vin. Jane Austen, est pour elle, une auteure brillante qu’elle souhaite faire découvrir…

 

Avec elle, c’est la littérature Anglaise, mais également, les petites habitudes et sentiments d’une lectrice dans l’âme, passionnée au delà du possible, que nous découvrons. Le lecteur est fascinée par cette femme au caractère bien trempée, qui dit ce qu’elle pense et qui à une vision de la lecture comme une friandise qu’on l’on voudrait déguster petit bout par petit bout, mais que l’on dévore finalement, comme affamé…

 

 » J’adore les dédicaces sur les pages de garde et les notes dans les marges j’aime ce sentiment de camaraderie qu’on éprouve à tourner les pages que quelqu’un d’autre a déjà tournées, à lire les passages sur lesquels quelqu’un, disparu depuis longtemps, attire mon attention.  » (p.47 )

 

Marksandco

 

Le contexte historique est également fréquemment évoqué, car Helene réside aux Etats-Unis et à donc accès à certains produits que le rationnement encore présent à Londres, à l’époque où les lettres ont été écrites, entre 1959 et 1969, cette dernière envoie donc des colis de nourriture à Franck, en lui demandant de les partager avec sa famille et les employés de la librairie. Ainsi, l’amitié entre l’auteure et Franck, embarquera également toute le personnel et de nombreuses familles, ces derniers écriront à leur tours à Helene, afin de la remercier et de lui expliquer ce qui ce passe à Londres. Le lecteur apprend donc aux contact de ses courtes lettres, comment une auteure et le personnel d’une librairie, séparés par des centaines de kilomètres, ont vécus une amitié faite de littérature et de nourriture, afin d’échapper au quotidien parfois difficile à supporter.

 

 

 » Dites-lui que je suis si peu intellectuelle que je ne suis même pas allée à l’université. Simplement, il se trouve que j’ai une passion pour les livres grâce à un professeur de Cambridge, nommé Quiller-Couch, sur lequel je suis tombée dans une bibliothèque quand j’avais 17 ans.

 

Je suis à peu près aussi élégante qu’une mendiante sur Broadway. Je suis toujours vêtue de pulls mités et de pantalons de laine parce qu’on n’a pas de chauffage ici pendant la journée. » ( p.24 )

 

 

Le style des deux protagonistes est radicalement différent, mais on sent, chez l’un comme chez l’autre un sentiment plus fort que la simple relation client / vendeur. Cela va au delà, chacun parle de littérature, ils échangent sur leur goûts et même si Helene est plus expansive, on sait que Franck n’est pas loin de penser la même chose, mais sa délicatesse et sa réserve toute anglaise qu’elles sont, le font se montrer plus modéré dans ses propos. Malgré tout, Franck n’est pas dénué d’humour et bien souvent dans ses missives, le lecteur perçois une petite pointe d’humour, de jeux de mots, prouvant que le gentleman en lui, sait parfois s’effacer.

 

Ce qui est vraiment agréable, c’est de voir par l’écriture, se dessiner le portrait des protagonistes, de façon totalement inconsciente, le lecteur comprend que ce style d’écriture est un plus pour nouer des liens. Chacun, par des mots qui lui sont propres, des tournures de phrases particulières, donne un visage sur les lettres.

 

 

La présentation de l’éditeur, à la fin des missives, permet de comprendre la vie de la librairie Mark and Co et celle d’Helene Hanff et ainsi de saisir plus avant la teneurs des lettres précédemment lues.

 

 

En conclusion, un morceaux de vie d’une auteure qui nous embarque dans sa folle quête de livres qui l’a conduite à créer une amitié littéraire et réelle. Un livre frais qui redonne le sourire et donne envie de découvrir encore plus de livres !

 

helene_l

 

L’auteure :

 

Helene Hanff est une auteur de pièces de théâtre, qui a également écrit des scénarios pour la télévision.

 

Son roman, 84, Charing Cross Road a connu un véritable succès des deux côtés de l’Atlantique. Il a fait l’objet d’une adaptation cinématographique avec Anne Bancroft et Anthony Hopkins en 1987.

 

En automne 1949, Helene Hanff découvre l’existence de la librairie Marks & Co, située au 84, Charing Cross Road, à Londres, spécialisée dans les livres épuisés, rares et anciens. Elle a passé une commande auprès de l’équipe de libraires, et plus spécialement à l’un d’entre eux, Frank Doel, avec qui elle engage une correspondance plus exclusive et privilégiée. S’amorce peu à peu une relation plus familière et amicale qui durera 20 ans et sera publiée en 1969.

 

Helene Hanff a également écrit La duchesse de Bloomsbury Street (1973).

 

Source : babelio

 

COUP DE COEUR

 

Publicités

11 réflexions sur “ »84, Charing Cross Road » de Helene Hanff

  1. Pingback: Bilan du mois de Novembre 2013 et Dans la hotte de Charlotte : | Topobiblioteca

  2. J’ai beaucoup vu ce livre sur la blogosphère sans m’y être jamais intéressée. J’avoue que ta chronique a su me toucher, j’ai vraiment besoin de ce genre de livres en ce moment, je serai ravie de m’y plonger. Je le note sans plus attendre, merci 🙂

    • Oh c’est vraiment gentil ce compliment, et j’ai remplie ma mission si tu l’a notée =) Youpi ^^ C’est un livre absolument charment, très court, avec des personnages qui sont des personnes réelles, qui aiment comme nous la littérature et en parle avec passion ! Rien de tel pour te remettre dans le bain de la lecture =)

    • Oh c’est gentil, merci du compliment =) C’est vraiment un livre très douillet, que tu peux lire comme a, tranquillement, en retenant pleins de titres de la littérature anglaise, et tu ressors de cette lecture avec l’envie de toujours lire plus, pour découvrir pleins de choses !

  3. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? ( n°35 du 23 décembre 2013 ) | Topobiblioteca

  4. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de A à K | Topobiblioteca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s