»J’ai failli te dire je t’aime » de Federico Moccia

 

Titre VO : Scusa ma ti chiamo amore

 

Titre VF : J’ai failli te dire je t’aime

 

Auteur : Federico Moccia

 

Traduit de l’italien par Anaïs Bokobza

 

Edition Le livre de Poche, 2010 ( Edition Calmann-Lévy, 2008 )

 

Genre : Romance contemporaine

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 »Peut-être que chaque fois que tu aimes, c’est la première fois.  » ( p.73 )

 

Résumé :

 

 » Niki va bientôt passer son bac. Avec ses amies, elle est bien décidée à profiter de sa jeunesse et de sa liberté. Tous les moyens sont bons pour s’amuser à Rome, cet été-là.
Alex, lui, broie du noir. A trente-sept ans, ce publicitaire talentueux vient de se faire plaquer par sa fiancée, juste après l’avoir demandée en mariage! En plus, voilà que son patron le met en concurrence avec un jeune collègue ambitieux sur une nouvelle campagne publicitaire, l’obligeant à déployer des trésors d’ingéniosité pour ne pas être dépassé. Et tout cela ne serait rien si, ce matin-là, il n’avait pas croisé la route de Niki. Ou plutôt si tous les deux ne s’étaient pas rentrés dedans. Elle est jolie, intelligente et drôle, c’est le coup de foudre réciproque. Juste un petit détail : elle a dix-sept ans. Vingt ans de moins qu’Alex. Que peuvent bien avoir à faire ensemble deux êtres issus de planètes si différentes? Leur idylle naissante laisse leur entourage sceptique…  »

 

 

Mon avis :

 

L’histoire est celle de tranches de vies de plusieurs personnages dans l’Italie de la dolce vita.

 

 

Nous rencontrons tout d’abord Alex et Niki, qui seront les personnages principaux de l’histoire. Niki est une jeune adulte pleine d’énergie, qui ne sait pas dans quelle direction aller, ni qui est elle vraiment. Alex quand à lui est un publicitaire bien ancré dans sa vie, jusqu’au jours où Eléna sa fiancée, le quitte sans explications. Commence alors pour eux un tournant de leur vie qui n’est pas des plus facile…

 

Leur rencontre donne le ton de leur relation, puisque dès le début ils ne vont cesser de se voler dans les plumes et d’éprouver la résistance de l’autre.

 

La jeunesse de Niki va permettre à Alex de se libérer et de ressentir des choses qu’il n’avait plus ressenti depuis des années. Quand à la jeune femme, c’est la maturité d’Alex qui va lui permettre de commencer à se trouver et à faire ses propres choix. J’ai aimée cette vision, chacun aide l’autre, chacun apporte son expérience ou sa fougue à l’autre afin de l’enrichir et de se construire par la même. Souvent dans les histoires d’amours, on nous narre plus les points communs des deux protagonistes et leur même visions de la vie et de leurs attentes face à l’amour, alors qu’ici leur rencontre n’est qu’un banal accident de parcours, ils n’étaient pas destinés à se croiser, ni à s’aimer. C’est ce qui ressemble véritablement à un coup de foudre : qui vous tombe dessus sans crier gare.

 

 »C’est une sensation complètement nouvelle. Je me sens moi-même. Je dirai même que je suis peu-être moi-même pour la première fois de ma vie.  »

 

 

Le thème de l’amour n’ayant pas d’âge est le sujet central du livre, mais il est traité implicitement, par les personnages principaux. Jamais ils ne se posent réellement les questions dans une conversation, mais c’est par petites touches que le sujet est abordé : par exemple lorsque Niki doit rencontrer les amis d’Alex, ou que ce dernier hésite à aller se présenter aux parents de la jeune fille. J’ai trouvée très judicieux de traiter ce sujet de cette façon, parce qu’une intrigue avec des personnages qui ne savent pas ce qu’ils veulent et qui se posent trop de questions sans avancer, aurait été trop lourde et peu intéressante. Ici on sent vraiment que Niki et Alex savent qu’ils ont chacun des sentiments pour l’autre, et le lecteur fini parfois par oublier leur différence d’âges tellement ils sont complémentaires.

 

 » Moi, j’aime l’amour. La beauté de l’amour. La liberté de l’amour. J’aime l’idée que rien n’est dû, que l’amour de autres, leur temps, leur attention sont des cadeaux qu’il faut mériter, et non pas auxquels ont peut prétendre.  » ( p. 551 )

 

Selon moi, cette phrase résume bien la relation entre Alex et Niki, parce que, à cause, ou grâce à leur différence d’âges, la liberté fait partie intégrante de leur couple. Même si certaines disputes viennent pimenter leur liaison, une grande liberté est laissé à chacun d’eux. Comme si ils avaient confiance en la vie et en leur avenir, et surtout en leur sentiments. J’ai trouvé cela très beau, car ils se donnent vraiment à l’autre en toute liberté.

 

 

Les personnages secondaires sont instaurés par des histoires parallèles, insérant les amies de Niki, et ceux d’Alex, mais également leurs parents. J’ai trouvée que cela mettaient du poids dans la relation des deux protagonistes, car on voit qu’ils ont chacun un milieu sociale différent. Les amis d’Alex, le félicitent d’avoir une jeune fille dans son lit, parce qu’ils sont tous engoncés dans un mariage, et les copines de Niki rêvent de rencontrer un homme mûre et doux comme Alex. Par ces personnages secondaires, ont voit bien qu’à chaque âge nos attentes sont différentes, ce qui renforce l’impression que l’amour de Niki et Alex est hors du communs, car il défie les lois de la logique. Mais finalement serai-ce cela l’amour, aimer quelqu’un par hasard ?

 

 

Le style de l’auteur est truffé de détails, autant sur la ville, que sur les personnages, le lecteur à vraiment l’impression d’entrer dans la vie des protagonistes.

 

Mais Federico Moccia explore également la notion de  »vérité général », sous les situations des différents personnages, l’auteur explique ce que l’amour apporte aux gens, que les actions que l’on croient être les seuls à faire, sont également faites par des milliers de personnes. J’ai appréciée cette façon de partager les impressions et les sentiments de ses personnages.

 

 » Les nuits qui font mal passent lentement.  » ( p.704 )

 

 

En conclusion, un roman qui redonne le sourire et confiance en la vie. A travers les personnages de cette histoire, on comprend que la vie est faite de petit bonheurs partagés avec les gens qu’on aimes.

 

federico_moccia_media

 

L’auteur :

 

Federico Moccia est né à Rome le 20 Juillet 1963. Son père, était un scénariste cinématographique, de diverses pellicules avec Totò et autres comiques italiens.

 

En 1992 il écrit son premier livre, après avoir été aide réalisateur et scénaristes pour le cinéma et la TV, le roman Trois mètres sur le ciel. Ne réussissant pas à trouver une maison éditrice disposée à le publier, décide de le faire à ses frais avec une petite maison, Il Ventaglio (L’éventail) Les quelques copies du livre s’arrachent comme des petits pains. Qui aura quelques années plus tard, un succès tels que les lycées italiens l’inscrivent même dans leur programme !

 

Federico Moccia est aujourd’hui un auteur populaire, ces livres recoivent fréquemment de nombreux prix. Un homme qui combine cinéma et littérature.

 

Source : http://www.federicomoccia.it

 

 

Publicités

9 réflexions sur “ »J’ai failli te dire je t’aime » de Federico Moccia

  1. J’avais noté ce titre suite à l’avis de Bouchon mais j’ai lu très récemment un avis assez mitigé sur ce titre. Du coup, je pense que je l’emprunterai en médiathèque pour le découvrir.

    • SI tu hésites en effet c’est mieux : le début met un peu de temps à se mettre en place, mais une fois que c’est parti, la vie des deux protagonistes est génial à suivre ! Je n’hésiterai pas à lire le tome 2 et j’espère que tu accrocheras si tu le lis =)

  2. Pingback: Bilan du mois d’Octobre 2013 et Dans la hotte de Charlotte : | Topobiblioteca

  3. Haaaa, Niki et Alex… Quelle belle lecture ! Je suis contente de voir que tu as aimé ma poupette, même si tu restes lucide quant aux défauts de ce roman ^_^

    • J’ai beaucoup aimée et même si Niki m’a gênée au début pour son impulsivité, j’ai finalement appréciée l’évolution qu’elle prend au contact d’Alex =) Et puis j’ai adorée les histoires parallèles qui donnent une autre touche au roman !

    • En fait c’est en rédigeant mon avis que cela m’est venue, parce que sur le coup de la lecture Niki m’a agacée mais finalement son évolution prime sur sa fraicheur trop expressive et cela fait du bien =) Merci du compliment en tout cas !

  4. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? ( n°31 du 04 novembre 2013 ) | Topobiblioteca

  5. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de L à Z | Topobiblioteca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s