»Kel » t.1 Noir et blanc de Andréa Schwartz :

Titre : Kel

tome 1 – Noir et blanc

Auteure : Andréa Schwartz

Editions Rebelle, collection Chimères Fantasy, 2013.

Genre : Fantasy

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 » C’était peut-être pour cela que les femmes étaient bannies des champs de bataille. Parce qu’elles étaient incapables de faire passer leur pays avant leurs sentiments, ce que les hommes paraissaient très bien réussir.  » ( p. 448 )

Résumé :

 » A l’aube de la Cinquième Ere, les Deux Empires sont une fois de plus au bord de la guerre. Shelun la Cheveux-Noirs a perdu toute sa famille dans un raid ennemi. Née femme dans un monde dominé par les hommes, elle n’hésite pas à transgresser les interdits et à se travestir pour accomplir sa vengeance. Or, la guerre est loin d’être la glorieuse aventure décrite dans les cantiques. Quant aux ennemis, ils ne sont peut-être pas tous les monstres qu’elle avait imaginés…  »

Mon avis :

L’histoire peut s’apparenter à la légende de Mulan, en effet, Shelun est une jeune femme qui va se travestir en homme afin d’entrer dans la guerre de son pays, mais les similitudes s’arrêtent là. Shelun fait ce choix pour venger sa famille, tuée par l’ennemi, les cheveux-Noirs, dit les Kel’yons.

Par contre le classement en Fantasy ne correspond pas à l’intrigue, car il n’y a pas de notion de magie ou de fantastique, de surnaturel. Certes, cela ce passe dans un monde qui n’existe pas, mais qui est très proche du réel. Mais cela ne gêne absolument pas le lecteur, l’intrigue se suffit à elle-même, et est très complète pour ne pas ressentir de manque.

 » C’est que tes parents sont morts, que les lames étaient Kel’yons, que ton Empereur entretient la haine à notre égard. Je ne le blâme pas, dit-il comme elle se redressait, furieuse. Amadan a la même politique. Vous êtes nos ennemis héréditaires. Chacun doit se souvenir qu’il faut haïr l’autre pour ne pas être détruit par lui.  » ( p. 165 )

Les personnages principaux sont très crédibles, ils sont tout d’abord happés par une seule envie, qu’ils pensaient inébranlables mais au contact des horreurs de la guerre et surtout des sentiments, ils vont être mis à l’épreuve sur leur humanité et leur capacité à se sortir de leur seul petit univers. Ce qui change assez radicalement des clichés sur la guerre et l’amour, qui sont d’ordinaire séparés, ici l’auteur fait ce rapprocher deux choses qui n’ont rien en communs, à l’image de nos héros.

L’auteure développe par le personnage de Shelun, le besoin de vengeance et surtout une tendance au féminisme, novateur pour l’époque et le lieu très ancré dans le respect des règles ancestrale :

 » Jusqu’à preuve du contraire, aucunes des deux armées impériales n’accepte de femmes. Si tu veux participer à l’effort de guerre, tu devras coudre des uniformes, confectionner des chaussures…  » ( p. 25 )

Shelun, est au départ une jeune femme uniquement tournée vers la vengeance, et dans une seule ligne de mire : combattre les ennemis. Mais au fur à et mesure que l’intrigue évolue, Shelun comprend que la vie d’adulte est beaucoup plus violente. Tout n’est pas blanc ou noir, à l’image des deux clans, cheveux blanc et cheveux noirs. Ceci est très appréciable, parce que finalement le lecteur qui suit se personnage comme un narrateur, évolue avec elle, et ne reste pas figé dans la même position du début à la fin.

Les personnages secondaires donnent du poids à l’intrigue, qui n’est alors pas uniquement tournée vers les deux protagonistes, et surtout ils incarnent plusieurs façon de penser face à la guerre, plusieurs actions, plusieurs voix. Le lecteur à ainsi l’impression d’avoir une vue d’ensemble de la situation.

Le style de l’auteure est très descriptif, notamment dans les scènes de combats mais elle utilise beaucoup trop de points de suspensions et cela hache la lecture. De plus, trop de répétitions coupe le lecteur. Mais les actions arrivent avec crédibilité et prennent le temps de se mettre en placent. Cela va parfaitement avec l’intrigue, la description de la vie militaire est très détaillée mais n’est en aucun cas contemplatif. Ce sont plutôt des informations données pour que le lecteur ne soit pas perdu dans les dédales de la hiérarchie militaire.

En conclusion, c’est un premier tome très remarquable qui plaira aux hommes autant qu’aux femmes, pour les valeurs familiale, mais également d’honneur qu’il comporte.

Auteure :

Andréa Schwartz, née en 1990, vit actuellement à Lyon (en attendant de déménager encore, très bientôt).

Aime les voyages, les tortues, les belles histoires, la fantasy et le fantastique ( on s’en doutait ). N’aime pas le chocolat au lait ( c’est précis ), le riz ( encore de la nourriture ), les gens qui n’aiment pas apprendre.Source : andreaschwartz.com

COUP DE COEUR

Publicités

8 réflexions sur “ »Kel » t.1 Noir et blanc de Andréa Schwartz :

  1. Pingback: Bilan du mois de Août 2013 et Dans la hotte de Charlotte : | Topobiblioteca

    • Il est très très bien, mais il ne faut pas chercher pour le moment de trace de Fantasy, mais cela gâcherai pour moi le livre, après lecture. Il se suffit à lui même et je crois que tu pourrai aimer =) Merci du compliment ❤

  2. Ce tome m’a été conseillé par Galleane et c’est un coup de coeur chez toi. Quand mon porte feuille me le permet, je l’ajoute à ma bibliothèque. 🙂 Merci pour ton avis Topobibliotheca.

    • Je te le conseil vraiment, c’est un livre qui à marqué mon année 2013 car même si la catégorie fantastique ne sied pas, je trouve que le récit en vaut vraiment la peine, c’est atypique mais tellement prenant ! =)

  3. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de L à Z | Topobiblioteca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s