Créatures fatales de Alexandre Lévine :

Auteur : Alexandre Lévine

Titre : Créatures Fatales

Edition Artalys, 2013.

Genre : Érotisme, fantastique

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 » Il retrouva la superbe femme qu’il avait contemplé la veille vêtue seulement d’un porte-jarretelle, de bas et de sandales. C’était la rencontre du luxe et la luxure.  » ( La collectionneuse )

Résumé :

 » Elles sont séduisantes, elles sont chaudes, elles sont prêtes à réaliser tous vos fantasmes. Vous pouvez les rencontrer à l’université, au bord de la route, sur internet ou sur les rives d’un lac… Mais attention ! Vous risquez d’y laisser votre vie, car elles ne sont humaines qu’en apparences. Elles sont en réalité des prédatrices.

Ces nouvelles érotiques et fantastiques ont pour cadre la France d’aujourd’hui, mais vous feront traverser le miroir des désirs et des apparences, en jetant parfois un regard impertinent sur notre société.

Ce recueil comprend les nouvelles suivantes :  »Mathématiques du risque »,  »Une nuit sur la route »,  »La collectionneuse » et  »Au bord du lac ».

En raison de quelques scènes pornographiques ou violentes, il est réservé à un public adulte. »

Mon avis :

Ce recueil de nouvelles que l’on croise depuis quelques temps, sur de nombreux blogs, est un recueil de nouvelles érotiques qui à un côté fantastique. J’avais déjà fais cette expérience avec  »Luxure et rédemption » de Erin McCarthy, que j’avais adorée par ce côté atypique, et en même temps tellement limpide d’allier fantastique et érotisme. En effet, je trouve que les créatures fantastiques peuvent vraiment apporter une touche de sensualité, leurs dons, leurs apparences servent à l’érotisme.

Le côté fantastique n’est pas ce que l’on découvre en premier dans ces récit, cela donne au lecteur un sentiment de surprise et d’attente. J’ai appréciée m’imaginer quelles créatures j’allais trouver. De plus, le côté réaliste est mis en avant par les geste quotidiens d’hommes normaux.

L’érotisme est parfois violent, parfois fugace et sensuel, mais tout est justifié et défini par le présent des personnages, expliqué en quelques lignes. Il y a une véritable histoire dans chacune de ses nouvelles et c’est très agréable de voir le tout conjugué avec des scènes de sexes.

Malgré tout, il me manque un petit quelque chose pour avoir vraiment appréciée à sa juste valeurs ces récits, peut-être une envie de sexe trop présente de la part des personnages, j’aime quand les choses se font plus en douceur.

 »Mathématiques du risque » : Cette nouvelle relatant la vie d’un étudiant qui tombe amoureux d’une charmante jeune fille, mais qui va s’avérer être plus que cela, est très agréable. Les scènes de sexe sont sensuelles, et on se prend au jeu en assemblant les détails qui font de cette jeune fille, une suspecte.

 »Une nuit sur la route » : Celle-ci revisite un peu le mythe de la dame blanche au bord de la route, en effet, un homme fait un trajet et prend une auto-stoppeuse très sulfureuse. L’incarnation parfaite du fantasme masculin, et féminin aussi d’ailleurs. Cette nouvelle est écrite comme un rêve avorté, au moment le plus désirable, avec une note regret mais de sécurité.

 »La collectionneuse » : Cette nouvelle m’a beaucoup plus, l’histoire d’un homme qui cherche une histoire d’un soir sur Internet, et tombe sur une mère de famille et ses filles très caliente. Seule bémol, la retranscription de leurs échanges sur Internet sont faites en abrégées, sûrement dans un sentiment de réalisme d’époque, mais cela m’a gênée. La mythologie faites ici est innovante et j’ai appréciée ce travail de recherche.

 »Au bord du lac » : Cette nouvelle, est comme la plupart des bloggeurs, celle qui m’a le moins plus pour l’image de la femme et la violence des pensées du personnage, mais encore une fois la créature mise en avant est vengeresse et originale.

Le style de l’auteur exprime le point de vu des hommes, cela donne un nouveau souffle à la veine érotique du moment, sans pour autant être dénué de sentiments et uniquement tourné vers le sexe, je pense notamment à la première nouvelle, qui explore les envies d’un homme avec des sentiments pures. Un mélange des deux est exercé puisque ici, ce sont les femmes qui sont des prédatrices, qui sont dangereuses pour l’homme, ce qui donne un côté violent mais en même temps, doux de la part des créatures féminines. C’est un sentiment très anodin.

 »Il se peut qu’elles jouent avec les hommes comme des chats jouent avec les souris, pour ensuite les dévorer. Les sirènes, croyait-on, mangeaient les marins noyés. J’ignore s’il manquait quelque chose aux automobilistes tués. Si c’est le cas, la police ou la presse n’a sans doute pas voulu en parler, surtout s’il s’agissait d’une partie intime de leur corps. Qui sait ?  » ( Une nuit sur la route )

En conclusion, un recueil de nouvelles érotico-fantastique, bien mené car le côté fantastique n’est pas présent dès le départ, et l’on ne sait pas quelle créatures sera à l’honneur.

  • Points positifs : point de vu de l’homme, côté fantastique pas présent dès le départ renforce le réalisme

  • Points négatifs : retranscriptions des conversations Internet en abrégé, j’aurais aimée plus de douceur

L’auteur :

Né en 1966, Alexandre Lévine a étudié les mathématiques et la physique théorique avant de se tourner vers l’histoire des civilisations anciennes et la mythologie comparée. Dans des publications effectuées à l’Université de Pennsylvanie (sous un autre nom), il a démontré que de nombreux mythes chinois sont d’origine indo-européenne, effectuant de la sorte un rapprochement entre les deux extrémités du continent eurasien.

Ses travaux ont été nourris par de fréquents séjours en Asie, et il a été très imprégné de littérature chinoise. Il est l’auteur d’un roman historique,  »Sur les rives du désert », publié par Edilivre Coup de Cœur. L’intrigue se déroule en Asie centrale, sur la Route de la Soie, au cœur d’une civilisation méconnue.

 »Le mage de la Montagne d’Or » est son premier roman de fantasy. De fait, c’est l’un des rares ouvrages de ce genre à avoir été écrit par un spécialiste de la mythologie.

Source : Babelio.com

Publicités

3 réflexions sur “Créatures fatales de Alexandre Lévine :

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? ( n°25 du 05 août 2013 ) | Topobiblioteca

  2. Pingback: Bilan du mois de Août 2013 et Dans la hotte de Charlotte : | Topobiblioteca

  3. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de L à Z | Topobiblioteca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s