Trilogie Fifty Shades – t.2  »Cinquante nuances plus sombres de E.L James

Titre VO : Fifty Shades Darker ( 2011 )

Auteur : E. L. James

Traduit de l’Anglais par Aurélie Tronchet.

Editions JC Lattès, 2013

Genre : Romance contemporaine, romance érotique

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 » Soudain, me prenant au dépourvu, il se lève et me hisse sur le piano. Mes pieds posés sur les touches font naître des notes discordantes et décousues, tandis que ses doigts remontent doucement le long de mes jambes et écartent mes genoux.  » ( p. 325 )

Résumé :

 » Dépassée par les sombres secrets de Christian Grey, Ana Steele a mis un terme à leur relation pour se consacrer à sa carrière d’éditrice. Mais Grey occupe toujours ses pensées et, lorsqu’il lui propose un nouvel accord, elle ne peut y résister. Peu à peu, elle découvre le douloureux passé de son sulfureux M. Cinquante Nuances. Tandis que Christian lutte contre ses démons intérieurs, Ana doit prendre la décision la plus importante de sa vie…  »

Mon avis :

L’histoire commence sur la séparation express entre Christian et Ana, suite à la rupture de cette dernière. C’est finalement Christian qui fais le premier pas et donne l’impression de ne plus être aussi sur de lui et de s’abandonner à Ana, il n’est plus autant le dominant que dans le premier tome. Cette séparation est peu crédible, au regard du peu de temps qu’ils ont passés éloignés l’un de l’autre, une petite semaine suffit à opérer un virement spectaculaire dans l’attitude de Christian qui devient vraiment Criri d’amour.

Même si l’histoire d’amour est toujours au centre du récit, deux intrigues parallèles sont développées : d’une part le passé de Christian est dévoilé et d’une autre part Ana et son travail dans la plus grande maison d’édition de la ville.

La grande révélation de ce second tome c’est le passé de Christian qui est enfin révélé presque quasiment entièrement tout au long du récit, par le personnage lui-même. En effet, dans les premières pages on apprend que Christian veut une vrai relation avec Ana et plus seulement un contrat uniquement tourné vers le sexe. Il semble déterminé à exprimer son amour à Ana en faisant table rase du passé.

 » – Tu m’aimes.

Ses yeux s’élargissent davantage et il entrouvre la bouche pour prendre une profonde inspiration, comme si il avait le souffle coupé. Il paraît torturé. Vulnérable.

– Oui, murmure-t-il. Je t’aime.  » ( p. 223 )

Mais c’est également par la présence de Madame Robinson, qui fait véritablement son entrée en chair et en os, ce qui donne d’ailleurs des scènes assez cocasses !

Toutes ces révélations sur la vie dissolue de Christian, vont être l’occasion de nombreuses disputes et conversations, dans le couple. Mais malheureusement, l’auteure n’a pas su tirer partie de cette action, les disputes semblent toutes les mêmes et la répétition des dialogues semblent opérer un shéma bientôt redondant ; Ana à peur de ne pas être celle qu’il faut à son Cricri d’amour et ce dernier, plus grave que jamais, la supplie de rester en lui disant qu’il n’est rien sans elle. Le lecteur pense alors qu’ils ne partagent pas beaucoup en dehors des longs moments qu’ils passent à faire l’amour. Bien qu’Ana exprime souvent qu’après cela ils ont beaucoup parlés et se sont découverts de nombreux points communs, le lecteur n’ayant pas la transcription de leur conversation ne sait pas de quelle teneur sont ces fameux points communs.

Ensuite, la grande autre nouveauté de ce tome, c’est la nouvelle vie professionnelle d’Ana : malheureusement de ce côté là aussi, l’action est très mal réparti. Contrairement au tome 1, où l’action n’était pas située ailleurs que dans le couple, ici, l’avenir professionnelle d’Ana est au centre de l’intrigue. Mais ce que je déplore c’est la répétition de la routine d’Ana : Christian et elle se réveille après une nuit d’amour, il la dépose devant les bureaux de la plus prestigieuse maison d’édition de toute la ville, et revient la chercher le soir. A l’intérieur de ses bureaux une intrigue se constitue en la présence du patron d’Ana, qui devient un personnage secondaire récurrent et c’est par lui que l’action arrive. Mais cette dite action est beaucoup trop rapide pour être crédible pour le lecteur.

Malgré tout c’est par ce domaine que l’intrigue du tome 3 est plantée dans les dernières lignes de cet opus, et cela fait du bien de ne pas retomber dans le même type de schéma, basé uniquement sur la relation.

Les scènes de sexe d’ailleurs sont beaucoup moins BDSM, plus sensuelles, plus amoureuses dirais-je même, l’auteure s’est accordée avec la nouvelle personnalité de Christian, même si on sens beaucoup d’attirance physique et que les vieux démons de notre homme ne semble pas évanouies pour notre plus grand plaisir. Un point au moins un peu crédible. Le lecteur sens dans ces scènes la nouvelle tournure de la relation, en effet Anna semble beaucoup plus sure d’elle même, sure de son pouvoir de séduction, même si cette confiance voisine en elle avec la peur qu’il ne la rejette. Christian, lui, semble toujours aussi autoritaire lorsqu’il est en proie à son désir, mais d’une façon plus prévenante envers sa dulcinée.

 » – La frontière entre le plaisir et la douleur est infime, Anastasia, ajoute-il doucement en se penchant pour ranger l’accessoire dans le tiroir.  » ( p. 428 )

Cette simple phrase constitue en elle seule, tout le changement de Christian. En effet, dans le tome 1, il n’aurait pas hésiter à ce servir de cet  »accessoire », alors que là, il veut son consentement, et comprend que même si elle clame le contraire, elle n’est pas encore prête.

Le style de l’auteure me semble un petit peu moins truffé de répétitions, mais peut-être est-ce le fait d’une nouvelle traductrice ? Car il est vrai que dans le tome 1, les répétitions étaient vraiment dérangeantes, ici, elles sont plus étouffées mais encore bien présentes dans les dialogues entre Ana et Christian notamment.

En conclusion un deuxième tome beaucoup plus fouillé que le premier dans la psychologie de Christian, et donc d’Ana par rapport également, en parallèle à toutes ces informations. Mais les répétitions sont tout de même bien dérangeantes dans les dialogues et les événements s’enchaînent beaucoup trop rapidement. Malgré cela, les personnages secondaires viennent relancer l’action !

  • Points positifs : la psychologie des personnages est plus fouillée, la relation évolue, les thèmes développés sont intéressants

  • Points négatifs : les événements s’enchaînent trop rapidement pour que ce soir crédible, les répétitions dans les dialogues alourdissent le texte

Publicités

2 réflexions sur “Trilogie Fifty Shades – t.2  »Cinquante nuances plus sombres de E.L James

  1. Pingback: Bilan Mai 2013 : | Topobiblioteca

  2. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de A à K | Topobiblioteca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s