»De fièvre et de sang » de Sire Cedric

Auteur : Sire Cedric

Edition Pocket, 2012 ( grand format Le Pré Aux Clercs )

Genre : Thriller Gothique

Ce livre a reçu le prix CinéCinéma Frisson 2011 et le prix polar du Festival de Cognac.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 »Les scènes de crime. […] Elles semblaient toujours nouvelles, ces scènes, et pourtant elles restaient toujours terriblement semblables dans leur répétition. Des théâtres de tragédie. Vauvert ne savait que trop bien ce qui arrivait aux personnes impliquées dans de pareilles disparitions. On finissait par les retrouver, oui. Le plus souvent, en petits morceaux dans des sacs en plastique.  » ( p. 270 )

Résumé :

 » Ils semblent se nourrir de sang. Leurs victimes sont retrouvées exsangues. Eva Svärta et le commandant Vauvert viennent enfin de mettre un terme aux agissements des frères Salaville. Mais les meurtres continuent, défiant toute logique. Les talents d’Eva, policière albinos dotée d’un instinct hors normes, vont la conduire aux frontières de la rationalité. Là où, à tout instant, les ténèbres menacent de s’ouvrir sous vos pieds, où votre propre reflet dans le miroir pourrait vous engloutir, où la part d’ombre qu’Eva porte en elle causera sa perte ou lui sauvera la vie…  »

Mon avis :

L’histoire est fidèle au style Sire Cedric, nous flirtons avec les bornes de la réalité en nous demandant finalement si cela ne pourrait pas belle et bien exister. C’est ce que j’aime chez cet auteur, parce que ce n’est pas de la fantasy, ni de la science-fiction, son genre est plus le thriller gothique, un genre à part qui fait l’originalité de l’écriture et des intrigues.

Le personnage de Vauvert est fidèle à l’homme que nous avions rencontrés dans  »L’enfant des cimetières », à savoir un homme bourru car malmené par la vie et qui, aujourd’hui, ne sait plus vraiment comment appréhender la vie, surtout par les nombreuses atrocités et les choses irrationnelles ou inexplicables qu’il à vu au cours de sa carrière. Ce personnage est dans ce livre-ci, qui, je précise, ce lis indépendamment des autres, est beaucoup plus mis en avant. Dans  »L’enfant des cimetières » il était considéré comme le flic qui aide le héros, mais ici, c’est lui le personnage principal. C’est lui qui est aux premières loges de l’affaire, et le lecteur peut ainsi s’identifier plus à lui. J’ai beaucoup appréciée le connaître davantage, commencer à comprendre les nombreuses fellures de cet homme, et son passé. Il est l’image du lecteur, plus expérimenter dans les enquêtes criminelles, certes, mais peu habitué à de telles horreurs surnaturelles. Parce que Sire Cedric, conduit les personnages dans les confins de la réalité, et les malmènes de tels sortes qu’ils doutent même de la réalité elle-même ! Ainsi, nous avons tout le loisirs de nous interroger en même temps que lui, et de tenter de mener l’enquête, de le suivre dans ses raisonnements ou de chercher plus vite que lui.

Le personnage d’Eva, est la voix de la féminité dans ce livre, mais là-encore ce n’est pas si simple que cela. Car c’est un personnage très complexe qui se noie corps et âme dans son travail pour effacer les sombres secrets de son passé. Nous en découvrons beaucoup sur elle lors de l’enquête qui prend une tournure bien plus personnelle qu’elle n’aurait dut. C’est un personnage féminin très déroutante, d’une part par son physique et ses yeux d’albinos, mais également de part sa force qu’elle déroule au monde entier dans l’espoir de ne pas faire voir sa faiblesse.

Les personnages secondaires se succèdent autour d’Eva et de Vauvert. Ils sont tour à tour sympathiques et antipathiques, mais font tous à leur façons avancer l’enquête. J’ai appréciée le fait que les personnages secondaires nous entraînent dans divers lieux et dans divers cheminements de l’enquête, qui fait donc que le rythme de l’histoire est haletant.

Le style d’écriture cache une recherche intensive dans le choix des mots, mais paradoxalement l’effet est très réaliste. J’aime le fait que l’écriture s’allie parfaitement à l’intrigue. Les mots, comme l’histoire, nous font douter de la réalité des événements ou de leur impossibilités. Les personnages hésite, et donc le lecteur tergiverse également, et Sire Cedric fait passer tout cela par les mots d’une façon à se nous doutions de tout, même des frontières de la réalité les plus tangibles.

En conclusion, un livre qui nous emmènes aux confins des frontières du réel et nous fait regarder ce que nous prenons pour la réalité d’un autre œil…

COUP DE COEUR

Publicités

13 réflexions sur “ »De fièvre et de sang » de Sire Cedric

  1. C’est un auteur que j’ai de plus en plus envie de découvrir. Comme Vauvert est présent dans un livre précédents, je commencerais peut-être par celui-ci. Peut-être que tu en as un à me conseiller sinon ?

    • Je n’en ai lu que deux, mais je te conseillerai de commencer par  »L’enfant des cimetières » si tu veut faire la connaissance de Vauvert. Ensuite pour ce qui est de l’intrigue, les deux livres peuvent se lire indépendamment. C’est un auteur très original, qui créer des histoires entre réalité et fantastique gothique.

  2. Je n’ai jamais u de thriller gothique, mais tu me donne envie. J’aime quand il y a une recherche dans l’écriture et que icelle-ci sert l’histoire, la complète et lui donne une particularité. J’y suis toujours sensible. 🙂

  3. Il me le faut, il me le faut, il me le faut !!! J’avais adoré L’enfant des cimetières et, à t’en croire, que je ne peux qu’aimer celui-ci 😀 Gros bisous choupinette !

    • Oh que oui, il te le faut ^^ Si tu as aimée Sire Cedric une fois, je pense que celui ci te plaira également. Je me tâte à acheter Angemort, un recueille de nouvelles me semble t-il mais les avis ne sont pas aussi dithyrambiques.

  4. Il faut que je lise ces livres, j’ai juste lu une nouvelle de sa plume pour l’instant. J’avais été un peu stupéfaite car je ne m’attendais pas à certains ingrédients qui font sa marque de fabrique ^^.

    • Tu as lu Angemort ? Il paraît que sa nouvelle est totalement différente de ses romans. Cet auteur est vraiment un dieu pour les histoire, il invente un univers de dingue avec une plume sublime !

      • Non je n’ai pas lu Angemort. c’est « la Succube » si je me trompe pas dans l’anthologie Les Dames Baroques. C’est clair que quand il veut créer quelque chose il le fait à fond et c’était vraiment dingue. Je m’y attendais pas du tout ^^.

  5. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de L à Z | Topobiblioteca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s