Le diable s’habille en Tartan de Teresa Medeiros

Titre VO : The devil wears plaid

Auteur : Teresa Medeiros

Traduit de

Editions Milady Romance,  collection Pemberley, 2012.

Genre : Romance historique

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 »Elle saisit une tranche de bacon dans sa propre assiette et la lui tendit. Il la saisit à contrecœur, comprenant tout à fait ce qu’Adam avant dût ressentir quand Ève lui avait proposé la fameuse pomme.  » ( p. 175 )

 

Résumé :

 » Tel est épris qui croyait prendre… Emmaline Marlowe est sur le point d’épouser le vieux chef du clan Hepburn afin de sauver sa famille de la ruine, quand Jamie Sinclair surgit dans l’abbaye et l’enlève. Ennemi juré de Hepburn, le ravisseur d’Emma est tout l’opposé de son fiancé : beau, viril, audacieux… Jamie s’attend à tomber sur une Anglaise timorée, pas sur une beauté impertinente au caractère bien trempé. Les deux jeunes gens ne peuvent se permettre d’oublier qu’ils sont ennemis, pourtant leur attirance va troubler les règles du jeu.  »

Mon avis :

L’intrigue à tout de suite des allures de  »Roméo et Juliette », mais pour ma part, cela à parfaitement fonctionné ! Deux familles qui se haïssent depuis des siècles et des générations, et si le fil de la querelle à disparue depuis belle lurette, les derniers événements de l’un ou l’autre des deux camps, continuent finalement d’animer la rancœur.

C’est ainsi que l’on entre dans un monde peuplés de fantômes vieux de plusieurs siècles, où la présence féminine est très peu représentée, si ce n’est pour faire perdurer la lignée, du côté des Hepburn. Le clan dans lequel Emma va rentrer pour ne pas que sa famille meurt de faim. Mais lorsqu’elle va être enlevée par Jamie Sinclair, le chef du clan ennemie, elle sait qu’elle ne devrait le trouver exécrable et immorale, mais elle va bien vite apprendre à connaître cette brute qui à plus des allures de chien tout gentil…

Les personnages sont caricaturés et stéréotypés dans cette romance, mais je vous avouerai que cela ne peut en être autrement au vu du contexte de l’histoire. En effet, ce dernier est très codifiés : querelles / guerres / rancœur et ainsi de suite.

Le narration suit différents points de vue, à la troisième personne. Il y a celui d’Emma, de Jamie et du clan Hepburn.

Tout d’abord le personnage d’Emma, est l’archétype de la jeune fille bien élevée, qui à le sens des valeurs, prête à se sacrifier et épouser un vieil homme riche, plutôt que de laisser sa famille dans le besoin. Mais elle est beaucoup plus que cela, au cours du récit, elle va découvrir en elle, une grande force ainsi qu’une volonté indéniable. Pour avoir ce qu’elle veut, elle saura user de son intelligence et de son humour. Je l’ai trouvée parfois naïve et énervante à ne pas vouloir voir ce qui est sous son nez, mais on va imputer son comportement à l’époque.

Le personnage de Jamie Sinclair, lui, ne ressemble pas dans le caractère ni dans ses actions au vrai Higlander que l’on s’imagine, sans pitié, ni sentiments. Ici, au contraire, Jamie est plus un homme ayant des valeurs qu’un homme sans cœur. Il est quelqu’un qui pense aux siens, et non un homme égoïste et sans morale.

Le personnage du vieux Hepburn, lui, est la caricature du méchant en tout point dans les contes de fées. Il est très ambiguë dans son comportement face à la famille d’Emma et cache son jeu une bonne partie du livre, si bien que le lecteur ne le prend, au départ, que pour un pauvre petit vieux qui à des envies sexuelles un peu trop fortes. Mais pas l’incarnation du malin. L’auteur nous le décrit sommairement mais le lecteur arrive très facilement à s’imaginer un homme au regard perverse et l’instant d’après l’incarnation du grand-père aimant.

Les personnages secondaires apportent une touche d’humour dans le récit, et sont facilement identifiables car peux nombreux et très différents dans leurs caractères.

La romance ne prend pas tellement de place dans le récit, car la guerre des clans est très présente, ce qui rend les enjeux réels et bien présents. J’ai aimée que l’histoire ne soit pas uniquement centrée sur l’un des deux aspects mais qu’elle se découpe entre les buts à atteindre et les sentiments qui viennent tout bouleverser. La romance entre les deux protagonistes est très romantique et fleur bleue, sans être vulgaire malgré un contexte guerrier et masculin. En effet, il y a plus de personnages masculins ce qui laisserait penser que la romance ne tiendrai qu’une petite place et qu’elle serait plus vulgaire, mais l’auteur arrive à tourner cela à son avantage avec un personnage féminin ayant du caractère. Les scènes entre les deux amants sont pleines de tensions, au départ une tension très comique, basée sur le rapt d’Emma, puis bientôt en quelque chose de plus ambiguë. J’ai aimée cette facette de l’histoire, même si nous savons comment cela va se terminer.

Le style de l’auteur est très fluide et donc par conséquent très agréable à lire. L’humour transparaît beaucoup de ses mots et l’auteur joue sur les oppositions hommes – femmes afin de révéler ses personnages. Malheureusement, le seul reproche que je pourrai formuler sur l’écriture, c’est que l’auteur ne nous centre pas dès le début dans un contexte historique. Je me suis d’abord crus en plein 15- 16eme siècle, pour comprendre à déjà un bout bout du roman que nous étions belle et bien au siècle des Lumières. Cela ne transparaît pas tout de suite, puisque le début est essentiellement accès sur le rapt d’Emma, dans les actions des personnages tout coïncides avec un siècle beaucoup moins avancé.

En conclusion, ce fut une lecture très légère pour le premier et unique jour de soleil, qui m’a permit durant quelques heures de croire aux contes de fées.

  • Points positifs : L’humour des personnages, l’intrigue pas uniquement sentimentale mais également familiale, l’ambiance de conte de fées.

  • Points négatifs : Le peu d’ancrage historique.

L’auteur :

Teresa Medeiros écrit son premier roman à l’âge de vingt et un ans.

Elle a été choisie parmi les «Top Ten des auteurs romans préférés» par le magazine Affaire de Coeur et a remporté le Prix du Romantic Times avis « Best Love historique et de rire ».

Teresa est un membre fondateur de la Romance Writers of America Honor Roll, Kentucky Romance Writers.

Elle vit dans le Kentucky avec son mari et ses chats Willow et Buffy the Mouse Slayer.

Source : teresamedereiros.com

Publicités

9 réflexions sur “Le diable s’habille en Tartan de Teresa Medeiros

  1. Cette série me tente bien, j’ m’y essaierai à l’occasion 🙂 Je ne pense pas qu’il faille en attendre beaucoup mais, comme tu le dis, ce doit être parfait pour se détendre un après midi de farniente, sous le soleil 😀 Bisous ma belle ❤

    • C’est une jolie petite romance, malgré le fait que le contexte ne soit pas clairement donné, et qui donne une petite impression de flou dans le début du roman, sinon c’est frais et l’humour est bien présent tout en développant une histoire derrière.
      Bisous à toi =)

  2. Ah ce livre est dans ma PAL depuis un bon moment et je dois dire que ta chronique donne envie. Dommage que ton point négatif est le ôté historique.

    • Oui le côté historique n’est pas le points fort du roman, c’est certain, mais une fois qu’on à identifier l’époque, ça coule tout seul et l’histoire est assez prenante pour une romance.

  3. Pingback: Bilan Avril 2013 : | Topobiblioteca

  4. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de L à Z | Topobiblioteca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s