La famille York tome 1 – Coeur Rebelle de Victoria Dahl (édition Milady Romance collection Pemberley) :

Résumé :

 » Une histoire d’amour sensuelle et passionnée.

Marissa doit se fiancer pour éviter le déshonneur. Jude Bertrand, un homme mystérieux à la réputation sulfureuse, se propose de l’épouser. Il n’est pas du goût de la jeune fille qui le trouve laid ; et surtout, impossible de le mener par le bout du nez : c’est un fauve rusé, une force de la nature. Jude, quant à lui, a très bien cerné Marissa et il est peut-être le seul à l’aimer vraiment pour ce qu’elle est : un cœur rebelle, comme le sien. La jeune femme finira-t-elle par accepter ce mariage ?  »

Mon avis :

J’ai acheté ce livre sur un coup de tête lors du lancement de la collection Romance chez Milady, je voulais la tester et finalement n’y est plus repensée pendant un bon moment. Mais cette semaine, étant très prise, j’ai eu besoin d’une lecture complètement détente, sans risque de larmes ! Je me suis tournée vers celle-ci, qui était déjà prévue un peu plus tard dans le mois.

L’histoire ce passe dans l’Angleterre de 1847, où Marissa York, se voit compromise. Il lui faut donc trouver le plus rapidement possible un mari, pour éviter tout scandale. Jude Bretrand, un ami de son frère Aidan, se propose mais entre l’autorité de se voir confier un homme qu’elle n’aime pas, et la curiosité de la sexualité, la jeune fille ne sait plus où donner de la tête. Mais Jude est peut-être le seul qui la voit et l’aime réellement pour ce qu’elle est…Va-t-elle finalement accepter son mari ou tout rejeter dans un dernier désir d’indépendance ?

Le contexte historique tout d’abord, est assez mal exploité, ou tout du moins pas assez expliqué. Nous ne savons rien des mœurs de l’époque, et seule notre culture générale est une base. Au détour de petites phrases, l’auteur nous explique tout de même la place de la femme dans la société ou la famille. Mais l’emploi du temps des hommes se trouve réduit à faire la coure aux dames et la chasse, rien n’est décrit sur les coutumes de l’époque. Pour un livre tel que celui-ci, où l’étiquette régissait la vie des individus de la haute société, je trouve qu’introduire ce genre de choses est important ( ne serait-ce que pour les novices ). Ce qui, à mon sens, retransmet le mieux l’époque donnée, est le langage, mais là encore, nous pourrions, comme les lieux, être n’importe où n’importe quand.

 –  » Marissa, cessez d’agir de façon plus sotte encore que vous ne l’avez déjà fait. Ce que j’ai vu me fait craindre que vous soyez enceinte. Nous devrons vous trouver un mari immédiatement !

– C’est absurde !

Mais avant même d’avoir achevé sa phrase, elle sentit la peur la gagner. Elle n’avait pas vraiment songé à cela. Ce qu’elle savait de la reproduction se résumait à de vagues rumeurs et des fragments de conversation glanés ici et là au fil des années.

– Je pensais que… la première fois… N’est ce pas impossible ?  » ( p. 15 – 16 )

Ici nous voyons bien que la femme n’est pas préparée à la sexualité ni au mariage, mais à part cela, le reste de la société n’est pas représenté. J’aurais souhaité avoir l’opinion des gens, ou au moins des scènes de complots et commérages, mais cela est absent pour ce concentrer essentiellement sur la relation de Jude et Marissa. Ce qui nous prouve que nous sommes ici dans un livre de romance, sans prétentions sur la réalité ou la véracité du déroulement des faits à l’époque dite.

L’intrigue est par contre je trouve, un peu moins cliché que l’on ne pourrait le croire de prime abord. Nous entrons directement dans le vif du sujet avec la décadence de Marissa, qui est prise sur le fait par son frère aîné. Cela nous poses tout de suite les bases, les tenants et aboutissants que les personnages vont tenter de régler. Malgré tout l’histoire est le banal jeu du chat et de la souris, mais parfois on ne sait plus qui est le prédateur et qui est la proie : les rôles ne cesse de s’inverser, et cela rends l’histoire plus prenante et amusante.

Il faut tout de même avouer que c’est une romance, donc on sait comment cela va finir, mais je dois dire que j’ai été surprise dans les dernières pages, où tout est encore indécis quand au dénouement. J’ai aimée cette ambiguïté, qui permet à l’auteur d’insérer des passages un peu plus mélancoliques, qui sont particulièrement bien décrit, selon moi, car j’ai réellement ressentis une pointe de tristesse, j’étais mal à l’aise en lisant cette angoisse qui prends l’héroïne à la gorge. Le côté romance est très bien exploité, mais j’ai trouvée que les choses se passent trop vite, que les personnages pensent avoir changés à peine ont-ils découvert leurs points négatifs.

Malgré tout, l’humour est de mise puisque Marissa n’est pas femme à ce laisser dicter sa conduite, et que Jude est très malin, se fichant un peu des conventions par un passé très sulfureux. J’ai adorée suivre leurs échanges musclés, chacun campant sur ses positions et ne voulant à aucun prix montrer un peu de sa faiblesse à l’autre.

Pour l’époque, les événements contés ici ( dans l’ensemble du livre, dans la globalité de l’histoire ) sont peut-être un peu théâtralisés. Je ne dis pas que c’est complètement impossible, loin de là, surtout si on se réfère au célèbre  »Liaisions dangereuses » de Laclos ! Mais je pense que l’auteur à volontairement forcée le trait de certains faits, sans cela il n’y aurait pas de passion ni d’histoire à proprement parlée. De plus, je l’avoue, je ne suis absolument pas une spécialiste de romance ! Je voulais tenter ce genre littéraire avec cette nouvelle collection dans l’espoir de voir un peu plus de modernité pointer le bout de son nez. De se côté-ci, je ne connais pas encore tout ce que nous réserve les prestigieuses édition Milady…

En ce qui concerne les personnages, Marissa est un protagoniste à double facette : elle est superficielle, aime regarder les cuisses des hommes, et raffole de la danse, d’ailleurs pour elle, un bon mari est un bon danseur. Mais elle est également présentée comme une fille rebelle, car elle ne veut pas voir sa liberté volé, au profit de l’autorité d’un mari, ce qui est à l’époque purement scandaleux et inacceptable pour une famille de la haute bourgeoisie. Sans compter qu’elle ne s’arrête pas là, ne faisant rien comme les autres, elle va aller plus loin que sa condition le lui permet, plus loin que toutes les jeunes filles de son rang. Son côté frivole m’a agacée à certains moments, elle est indécise, puisqu’elle parle d’amour envers Jude, quand le lecteur comprends qu’elle cherche son physique. Mais encore dans ce dernier point, on sent sa force de caractère, qui détonne complètement par rapport aux conventions.

Jude quand à lui, est un homme atypique dans l’univers de la haute bourgeoisie dont est issu Marissa. D’ailleurs, au premier abord cette dernière le prends pour un bûcheron ou un forgeron, cela veut tout dire ! Il n’a pas le physique d’un danseur de salon dont rêve Marissa, et pourtant il se cache tout un personnage derrière la façade de pierre… Je ne vous en dis pas plus, car j’ai aimée découvrir petit à petit ses origines, même si justement, je déplore qu’on ne s’y attarde pas plus que cela au final. Il connaît plus la vie que Marissa, et c’est à son contact que la jeune femme va s’épanouir.

Les personnages secondaires sont assez développés pour faire l’objet par la suite d’un tome, on nous donne ici un aperçu de la famille York, en tant que famille de la haute société Anglaise, assez complet. Le frère aîné, Edward, désormais chef de famille, est très droit, mais profondément humain envers ses proches. L’autre frère de Marissa, Aidan, est plus taciturne, depuis qu’un drame est venu endeuiller sa vie. Il fait preuve d’un certain humour et s’amuse du comportement scandaleux de sa sœur. La baronne est le cliché de l’époque : elle s’évanouit à chaque contrariété, si bien que ses enfants n’en ont plus que superficiellement conscience. Elle n’est pas particulièrement autoritaire, et j’ai trouvée qu’elle n’était pas spécialement choquée par l’attitude de sa fille. Ce qui pour l’époque passait pour le plus odieux des péchés, se retrouve ici un peu bafoué.

Qui dit romance, dit scènes de sexe bien évidement… Comme je l’ai déjà stipulée, je ne suis pas très calée dans ce genre, alors je ne parlerai qu’à partir de mon ressentis. J’ai appréciée le fait que Jude et Marissa soient complètement différents dans ce domaine : l’un est un habitué des lits et douceurs des femmes, alors que l’autre n’a pratiquement, jusqu’à présent, que fantasmée les sensualités et subtilités du sexe. D’ailleurs, il y a pendant la grande majorité du roman, une phase d’apprentissage, une relation maître-élève, qui est contrebalancée par le jeu de séduction que Marissa met en place, afin de mieux prendre Jude dans ses filets. Ainsi ce dernier, se retrouve dans le posture du disciple, puisque la jeune femme est une élève particulièrement assidue et observatrice. J’ai aimée que ce rapport de force un peu misogyne devienne par la suite une source d’humour et de jeu sexuel inépuisable.

Après quelques petites recherches, le sujet du second tome de cette série, sera l’un des frères de Marissa, Aidan. J’ai hâte d’en apprendre plus sur ce taciturne et renfermé personnage, qui porte un passé douloureux sur les épaules…

Premier essai de la collection romance de chez Milady réussi, car même si c’est une lecture détente, l’histoire est prenante et piquante, on a envie de rester avec nos personnages, et même si je déplore que le contexte historique soit mal exploité, je réitérerai l’expérience avec un autre ouvrage de cette collection.

  • Points positifs : une héroïne atypique, des personnages masculins forts, des scènes de sexe qui m’ont données envie (mais chut !)

  • Points négatifs : le contexte historique peut exploité, la baronne accepte trop facilement le comportement de sa fille pour l’époque, l’indécision des deux protagonistes dans les derniers chapitres, une fin peut-être un peu trop  »happy-end »

Extrait :

 » Hum, murmura-t-elle d’une voix endormie. Je comprends enfin ce que vous vouliez signifier en clamant être un vrai homme.

– Pardon ?

– Votre pantalon n’a pas du tout l’air satisfait.

Elle avait dit cela sur un ton si convenable que Jude n’en cru pas ses oreilles. Il éclata d’un rire franc et sonore. Marissa York ne ressemblait à aucune des femmes qu’il avait connues jusqu’à présent.  » ( p. 126 )

L’auteur :

Victoria Dahl a commencé à lire des romans d’amour à un âge si précoce que c’en était indécent, et ne s’est plus arrêtée depuis ! Son premier roman a remporté le Prix Golden Heart, qui récompense les meilleures œuvres de romances historique.

Publicités

5 réflexions sur “La famille York tome 1 – Coeur Rebelle de Victoria Dahl (édition Milady Romance collection Pemberley) :

    • Je suis heureuse de t’avoir donnée envie de le lire =)
      Il est très bien en effet, mais comme je l’ai dis, je ne suis pas une experte des romances. Mais il te fait passer un très bon moment.
      Bisous

  1. Luuuuu, bien sympa ! J’ai beaucoup ri, Marissa m’a agacéééé un million de fois, mais quand enfin page 251 elle à une révélation je l’ai prise en pitié ahahaha ! J’ai trouvé Jude très touchant, avec son passé et sa façon de voir le monde.. Ah merci pour cette découverte !

    • Je suis vraiment contente qu’il t’ai plus et te réconcilie un peu avec le genre de la romance historique, moi c’était la première et j’avoue que je la conseille volontiers =) Il est vrai que Marissa peut etre agaçante, mais je l’ai adorée tout de suite présumant de cette révélations et j’ai aimée ce changement et Jude ah Jude la force tranquille…

  2. Pingback: Index par auteur ( nom de famille ) : de A à K | Topobiblioteca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s