Bilan du mois d’Août 2012

Voilà nous sommes déjà le 31 du mois, que le temps passe vite ! Il est donc l’heure de faire les comptes :

J’ai lu ce mois-ci 4 livres soit un total de 1343 pages lues !

  • Quatre filles et un jean tome 4 –  »Le dernier été » de Ann Brashares ( chronique en ligne )

  •  »Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates » de Mary-Ann Shaffer et Annie Barrows ( chronique en ligne )

  •  »Serum » – saison 1 épisode 1 de Enri Lovenbruck et Fabrice Mazza ( chronique en ligne )

  • La famille York tome 1 –  »Cœur rebelle » de Victoria Dahl ( chronique en ligne )

Je suis très contente de mon mois niveau qualité de lecture car je n’ai eu aucune déception. Le temps m’a manqué, mais l’envie est toujours là !

J’ai terminé ma relecture des quatre premiers tomes de la saga  »4 filles et un jean », et j’avais oubliée que le tome 4 était si mélancolique, j’avoue que je me suis énormément retrouvée dans ces quatre filles, qui chacune à leur façon apportent aux lecteurs maturité et confiance en soi et en la vie.

J’ai enfin lu  »Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates » que j’ai adorée de bout en bout ! La guerre y exploitée, mais une atmosphère de confiance en l’autre et en l’amitié se dégage de l’œuvre, si bien que nous ressortons grandis. J’ai aimée en apprendre plus sur le monde de l’édition et de la littérature de l’époque, et la plume des auteurs est fabuleusement gracieuse !

Je me suis plongée avec délice et frousse dans le monde de Serum, pour en ressortir ravie, et impatience de connaître les réponses à mes innombrables questions. L’écriture est hachée, le suspense est à son comble et l’intrigue est bien menée.

En j’ai terminée ce mois avec une petite romance historique tout droit sortie des nouvelles collections Milady. Ce premier essai est une réussite puisque je me suis totalement immergée dans le monde de la haute société Anglaise, ainsi que dans la relation tumultueuse entre Marissa et Jude ! Bien que ce n’est pas une œuvre historique, mais une romance, j’ai passée un agréable moment de détente, en passant par toute les gamme des sentiments amoureux.

Côté acquisitions, 7 livres viennent s’ajouter à ma PAL : ( voir IMM du mois ) Des livres qui me faisaient vraiment envie, et puis il faut bien remplir un peu sa bibliothèque pour la rentrée ! La plupart sont des livres historiques, moi qui adore cela, mais qui n’en est pas beaucoup, me voilà ravie.

Just One :

Just One est une idée de Louve du blog Les victimes de Louve.

Voici un nouveau rendez-vous pour compléter mon bilan du mois. Il s’agit de faire un choix, juste un, d’où le titre, parmi plusieurs catégories. Cela permettra peut-être de donner encore plus envie aux lecteurs de découvrir l’ouvrage en question.
  • Un coup de cœur :

    4 filles et un jean tome 4  »le dernier été », parce que j’ai adorée cette saga étant plus jeune, lorsqu’ils sont sorties. J’ai pu une fois de plus constater que l’auteur parlait parfaitement bien de l’adolescence et de ses dilemmes.

  • Un univers :

     »Serum », car le suspense y règne, puisque la plupart des personnages sont mystérieux, ou encore inconnus. Un univers en parti créée par l’écriture des deux auteurs.

  • Un personnage :

    Draken, dans Serum, qui n’est pas sans rappeler le célèbre docteur House. Une ambiguïté plane sur ce personnage…

  • Un couple :

    Marissa et Jude dans  »Cœur rebelle », qui incarne le tumlte et l’inconstance, selon moi.

  • Une histoire :

     »Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates », qui explore les valeurs de l’amitié.

  • Une déception :

    Peut-être la fin de  »Coeur Rebelle », qui est trop rapide et trop simple, je trouve.

  • Une émotion :

    La mélancolie qui se dégage du tome 4 de  »4 filles et un jean ».

  • Un futur époux :

    Jude ! Parce qu’il incarne la force, la sensualité, l’intelligence mesquine !

Lecture en cours : 4 filles et un jean – tome 5  »Pour toujours » de Ann Brashares.

Et vous ? Quel est votre bilan ?

In my mailbox n°2 ( Août 2012 )

In my mailbox a été instauré par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Aela du blog Pop Culture Junkie. Ce rendez-vous, hebdomadaire, le dimanche le plus souvent, consiste à partager les livres reçu dans sa boîte aux lettres, les achats effectués, ou empruntés à la bibliothèque.

 »Soleil d’octobre » de Jean-Paul Malaval ( édition France Loisirs ) : Ayant droit à un livre gratuit, et l’ayant repéré depuis un bon moment, j’ai opté pour ce roman historique, contant la vie d’Angéline, jeune fille de bonne famille que son père veut marier avec le plus important paysan de la région, un homme violent qu’elle n’aime nullement. Lorsqu’elle rencontre Sylvestre simple couvreur, elle en tombe immédiatement folle amoureuse. Mais la Grande Guerre va les séparer… J’aime les histoires d’amour impossibles, et je n’ai pas eu beaucoup l’occasion de lire sur la première guerre mondiale, donc j’ai très envie de me plonger dans cet univers.

 »Toyer » de Gardner McKay ( édition du Cherche Midi ) : C’est en regardant une vidéo de lectricepassionee, que j’ai eu envie de découvrir cette histoire. Celle d’un homme, que la presse surnommera Toyer, et qui ne viole pas ni ne tue ses victimes, mais les laissent à l’état de mort cérébrale. Bientôt, une neurologue va s’adresser par média interposé à ce tueur d’un autre genre. Je pense que cela peut-être très intéressant, le monde psychologique d’un tueur, la relation qu’il peut avoir avec ses victimes.

 »La fontainière du Roy » de Jean Diwo ( édition J’ai Lu ) : Encore une fois le blog a-little-bit-dramatic m’a inspiré, en me mettant l’eau à la bouche avec cette saga en deux volumes, relatant la vie de la fille du fontainier de Louis XIV, au moment de la construction du fabuleux château de Versailles. De plus j’ai lu sa critique juste après avoir vu un numéro de Secret d’histoire, sur Fouquet, où était relaté la jalousie du Roi devant le château de Vaux-le-Vicomte qui lui avait donné envie de le surpasser.

 »Les ombrelles de Versailles » de Jean Diwo ( édition J’ai Lu ) : Je ne pouvais pas acheter le premier tome, sans le second et dernier !

 »Au temps où la Joconde parlait » de Jean Diwo ( édition J’ai Lu ) : Me voyant acheter deux livres de Jean Diwo, mon libraire préféré m’a donné celui-ci ! Autant dire que j’étais complètement surexcitée ! J’adore l’art et ce récit traite des plus grand maître de la Renaissance Italienne  »du temps où la Joconde parlait ». Je pense qu’il est très fournis en détails, et qu’historiquement parlant il est très complet malgré une touche de romance et de liberté prise sur l’Histoire. J’ai hâte de le lire même si, je dois l’avouer, j’ai peur de me perdre. Je pense que je lirais les deux livres ci-dessus de cet auteur, pour me faire à son écriture, avant d’entamer celui-ci qui me semble plus compliqué.

 »Les aventures de Miss Alethea Darcy » de Elizabeth Aston ( édition Milady Romance collection Pemberley ) : Je l’ai acheté sur un coup de tête, un achat totalement compulsif, comme une part de gâteau au chocolat mangée en dehors des heures de repas, et par pure gourmandise. J’ai le premier tome dans ma PAL,  »Les filles de Mr Darcy », et malgré les mauvaises critiques de ce dernier, j’ai pris celui-ci. Parce que cela me fera peut-être sortir plus rapidement  »Orgueil et préjugés » de ma PAL. Bon, je sais, mon excuse est un peu minable ^^. Plus sérieusement, parce que j’ai envie de donner une chance à ses récits…

Charley Davidson tome 2 –  »Deuxième tombe sur la gauche » de Darynda Jones ( édition Milady ) : Bon vous allez me dire, pourquoi tu achètes le tome 2 alors que tu n’as pas encore lu le tome 1 ?! Heu ba parce que je suis sûre d’aimer, l’histoire me tente vraiment beaucoup, et tous les avis que j’ai pu lire sont unanimement positifs =)

Bon pour ce mois-ci, quelques achats compulsifs, j’avais envie d’acheter même si j’ai déjà une PAL assez conséquente, selon moi, mais on ne se refait pas ! Je voulais aussi refaire le pleins avec des livres qui me faisaient vraiment envie, pour pouvoir en avoir à me mettre sous la dent lorsque je serai toute seule dans mon petit appart le soir =) Vive les longues soirées sous la couette avec la bonne tasse de chocolat chaud, oui les gens la rentrée s’annonce, et avec elle l’arrivée du froid et de la pluie ( ou pas, si on compare à l’an dernier ^^ ) !

Et vous, qu’avez vous achetez / reçu ? Faites grandir ma wish-list !!!

Blogs partenaires !

Je vous présente aujourd’hui mes deux premières partenaires !

 » Un petit blog sans grande prétention pour vous faire partager ma passion : la lecture. Du classique à la fantasy, du polar à la chick-lit, vous y trouverez de tout, de rien, mais surtout de moi. N’hésitez à flâner, et partageons quelques instants livresques ! »

 » La lecture représente pour moi, un échappatoire, un moyen d’oublier mes soucis… Elle est présente dans ma vie depuis que je suis petite avec par moment des pauses mais elle est toujours revenue!!!

Elle m’emmène parfois dans un autre monde soit fantastique soit futuriste, elle me montre le vécu de personnes fabuleuses ou me fait découvrir des personnes qui ont influencé l’Histoire… Elle me fait également découvrir de belles romances, etc…

Elle me pousse à chaque fois selon le genre du livre à réfléchir, à me mettre dans la peau du personnage, à être spectatrice de l’histoire ou à être la « confidente ».

J’espère que mon blog vous plaira et que nous pourrons partager nos points du vue sur différentes lectures!!!  »

Serum – saison 1 épisode 1 de Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza (édition J’ai Lu) :

Résumé :

 » On peut effacer votre mémoire, pas votre passé.

1773 : Mesmer invente l’hypnose

1886 : Freud invente la psychanalyse

2012 : Draken invente le sérum

Un injection.

Sept minutes pour accéder au subconscient profond d’Emily Scott.

Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques.

Quelques jours pour empêcher le pire.

Mais quand les morts suspectes se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken es-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel ?  »

Mon avis :

Comme je l’ai dis dans l’un de mes C’est lundi, je n’étais pas tentée au départ par la saga Serum, notamment par son format court copié sur le mode d’une série TV, et les nombreux flash-code musicaux. Et puis finalement, plus je lisais la quatrième ainsi que les avis très positifs sur les premiers tomes, je me suis décidée à sauter le pas.

Tout d’abord, je suis allée sur le site afin de pouvoir écouter les musiques pendant ma lecture, et j’ai regardée une vidéo présentant la saga, en reprenant presque mot pour mot l’introduction. Je suis tombée amoureuse de la voix du conteur, terriblement froide et pas rassurante pour deux sous ! C’est donc sur une note angoissante mais très positive que j’ai commencée la lecture de ce premier tome.

Nous découvrons deux personnages énigmatiques, puisque nous ne connaissons pas leur noms pendant un bon moment. Il y a tout d’abord un homme dans une chambre d’hôtel qui visionne d’étranges cassettes vidéos, du sang sur les mains. Son identité ne nous est révélée que dans les dernières pages. ( ces apparitions sont en italiques dans le texte )

Ensuite, il y a une femme poursuivie, bientôt rattrapée par ses ravisseurs qui lui tirent une balle dans la tête. Cette partie est très bien décrite, car même si nous ne savons pas dans quel camp  est cette femme, on se prends rapidement à souhaiter qu’elle s’en sorte. L’angoisse de la poursuite monte, et on commence à psychoter.

Miraculeusement rescapée Emily Scott, est touchée d’une amnésie quasi totale.

Mise sur l’affaire, l’inspecteur Lola Gallagher, du 88e district, est bientôt assaillie de questions sans réponses et l’enquête ne tarde pas à piétiner. Qui est à la poursuite d’Emily et que lui veut-on ? Mais l’intrusion de son ami, le docteur Draken, célèbre psychothérapeute, pratiquant l’hypnose va peut-être changer la donne…

Au début, je craignais que les personnages ne soient développés que très partiellement, en raison du format très court, mais cela n’est nullement le cas. Comme dans les séries TV, les détails sur les protagonistes nous sont donnés petit à petit. Ce que j’ai moins aimée, c’est que certains personnages sont un peu caricaturaux ( c’est souvent mon problèmes dans les livres ).

Nous avons donc le capitaine de police grincheux, mais profondément humain et compréhensif.

L’inspecteur Lola Gallagher qui sous des dehors de femme forte cache bien des blessures. Son fils est sa raison de vivre, d’ailleurs ce dernier est un garçon d’une dizaine d’années bien plus mature que les enfants de son âge, en raison d’une vie familiale chaotique.

Le collègue de Lola, Phillip Detroit, expert en criminologie informatique, qui couche avec Lola et qui a peut-être plus de sentiments qu’il ne veut bien l’avouer. C’est un homme bougon qui aboie plus qu’il ne parle, mais qui est doué de compassion.

Et enfin, le docteur Draken, le personnage qui détonne complètement dans le paysage, n’est pas sans rappeler le célèbre docteur House, pour notre plus grand plaisir !

Vous l’aurez compris, on nous brosse dans ce premier tome, tout un panel de personnages, certains aux intentions douteuses, d’autres honorables, mais les apparences sont parfois trompeuses, dit-on…

Le style d’écriture est simple, mais travaillé. Les phrases courtes dominent le roman, et donne une véritable impression de série TV, puisque nous passons d’une histoire à une autre, d’un personnage à un autre. C’est la première fois que je lis un récit écrit à quatre mains, et l’association d’un maître du thriller à un maître de l’énigme, est un pari gagnant ! J’ai adorée l’ambiance très sombre et mystérieuse, qui se dégage de chaque personnage. On en arrive à tous les soupçonner à un moment où à un autre.

Tout ceci est renforcé par le côté musical, avec des musiques classiques, qui se marient à la perfection avec les mots sous nos yeux. Moi qui apprécie être au calme pour lire, ce n’était pas gagné ! Mais finalement, on se prends dans cette atmosphère de film angoissante, avec un rythme musical parfois saccadée, qui nous donne envie de nous retourner, notre livre à la main, pour voir si personne n’est avec nous dans la pièce. Parfois la musique s’intensifie, et notre cœur bat, nos yeux sautent d’un mot à l’autre pour connaître enfin les tenants et aboutissants de l’histoire.

Ce livre ne sera pas un coup de cœur, pour la simple raison, que j’ai découvert l’identité de l’homme aux cassettes vidéos bien avant la fin, sans cela, l’histoire m’a charmée, les personnages sont attachants d’autres sont des méchants en puissance, plusieurs d’entre eux sont encore inconnus et mystérieux, et j’ai très envie de découvrir la suite, car ce premier tome se termine sur un cliffhanger de dingue !!!

  • Points positifs : l’histoire très mystérieuse, l’écriture, les musiques

  • Points négatifs : personnages un peu caricaturaux, une partie de la fin peut se deviner

Extrait :

 » Vous avez bien fait de venir me voir.

Maintenant, détendez-vous.

Détendez-vous et laissez votre conscience s’ouvrir. Laissez-la vous guider.

Le sérum qui va vous être injecté facilite l’induction hypnotique. Il n’altère en rien votre personnalité ni votre volonté, mais il vous débarrasse de ce qui vous éloigne de votre conscience.

Votre conscience voit plus de choses, entend plus de choses, connaît plus de choses que vous ne pouvez l’imaginer.

Ici, maintenant, votre conscience est reine.

Il y a, quelque part dans un coin de votre tête, un petit train. Un petit train qui peut vous emmener en voyage. […]

«  La Nature est un temple où de vivants piliers laissent parfois sortir de confuses paroles ; l’homme y passe à travers des forêts de symboles qui l’observent avec des regards familiers. Comme de longs échos qui de loin se confondent, dans une ténébreuse et profonde unité, vaste comme la nuit et comme la clarté, les parfums, les couleurs et les sons se répondent. «

Oubliez le monde autour de vous. Ses bruits. Ses nuisances. N’écoutez que l’écho de votre âme.

Le plus important, c’est vous.

N’ayez crainte. Je suis là, à vos côtés.

Il ne peut rien vous arriver…  » ( p. 8- 9 )

Les auteurs :

Henri Loevenbruck est l’auteur de 13 livres, entre thrillers et romans d’aventures. Ses livres sont traduits dans plus de 15 langues. Après des études de lettres, et 17 mois passé aux Editions Francophones d’Amnesty International, il devient pigiste pour la radio (TSF) et la presse écrite (L’Express), il signe de nombreuses chroniques sur les littératures de l’imaginaire avant de créer sa propre revue (Science-Fiction magazine). Après être resté rédacteur-en-chef de ce journal pendant deux ans, il publie à 25 ans un premier polar futuriste aux éditions Baleine, sous le nom de Philippe Machine… S’en suit une plongée plus que réussis dans le monde du thriller, puisqu’il a été qualifié, en 2008, de  »nouveau maître du thriller Français » par le Nouvel Observateur !

Fabrice Mazza est le plus grand maître des énigmes en France. Ses ouvrages sont lus dans le monde entier et ont dépassé le million d’exemplaires vendus.

C’est lundi, que lisez-vous ? ( n°6 )

Ce rendez-vous, initié par Malou, est désormais repris par Galleane, qui s’occupe de faire le récap des liens.

On va répondre à ces 3 questions :

  • 1. Qu’ai je lu la semaine passée ?

  • 2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

  • 3. Que vais-je lire ensuite ?

Ma lecture de la semaine passée :

 

La famille York – tome 1  »Cœur Rebelle » de Victoria Dahl :

Finalement, j’ai eu besoin de tout autre chose que ce que j’avais prévu au départ. Une semaine chargée donc j’ai sortie un petit livre, tout frais, parfait pour l’été, où je ne risquais pas de pleurer !

J’ai adorée cette petite lecture ! Bon c’est de la romance, donc pas de secrets, c’est cliché, mais pas tant que ça. Bien que je ne lise que très peu de romance pure et dure, j’ai eu la forte impression que les codes étaient ici revisitées.

L’histoire ce passe dans l’Angleterre de 1847, où une jeune fille de la célèbre famille York, ce voit compromise. Il lui faut donc trouver le plus rapidement un mari, pour éviter tout scandale. Mais entre l’autorité de se voir confier un homme qu’elle n’aime pas, et la curiosité de la sexualité qui commence, la jeune fille ne sait plus où donner de la tête…

Code revisitées, pourquoi ? Parce que Marissa York est une femme avec un caractère bien trempée et une volonté d’indépendance sans bornes, ce qui est à l’époque purement scandaleux et inacceptable pour une famille de la haute bourgeoisie. Sans compter qu’elle ne s’arrête pas là, ne faisant rien comme les autres, elle va aller plus loin que sa condition le lui permet, plus loin que toutes les jeunes filles de son rang. Évidemment, sans une héroïne comme celle-ci l’histoire serait beaucoup moins piquante, mais c’est assez anachronique pour que je le mentionne.

L’histoire en tant que telle est assez prenante, car on suit Marissa dans sa débauche, il faut bien le dire, mais tout en tentant de faire bonne mesure en public. Nous la sentons grandir et évoluée vers une certaine maturité, et avec elle nous explorons une palette assez complète de tous les sentiments amoureux. Va-t-elle finalement accepter son mari ou tout rejeter dans un dernier désir d’indépendance ? Jusqu’à la toute fin nous n’en savons rien, voilà qui change encore de la romance type. Malheureusement, la fin m’a un peu déçue, peut-être est-elle trop simple, pour une héroïne aussi atypique ?

Quoi qu’il en soit, je continuerai avec les prochains tomes. Je ne sais d’ailleurs pas si un tome est consacré à un personnage de la famille York.

Ma prochaine lecture :

 

Quatre filles et un jean – tome 5  »Pour toujours » de Ann Brashares :

Car j’espère avoir plus de temps cette semaine, ce qui n’est pas gagnée !

Mais j’ai très envie de connaître enfin le fin mot de cette saga !!!

A vous désormais ! Que lisez-vous ?

Je tiens à remercier Galleane, qui à très gentiment acceptée que je mette mon lien sur son blog !

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de Mary-Ann Shaffer et Annie Barrows (édition 10/18) :

Résumé :

 » 1946, alors que les Britanniques soignent les blessures de guerre, Juilet Ashton, écrivain en manque d’inspiration, entreprend une correspondance avec les membres attachants d’un cercle de Guernesey. De confidences en confidences, la page d’un nouveau roman vient de s’ouvrir pour la jeune femme, peut-être aussi celle d’une nouvelle vie…  »

Mon avis :

Cela fait longtemps que le titre de ce livre m’avait attiré l’œil, mais je n’avais jamais osée franchir le pas en l’achetant et encore moins en le lisant. Cela aurait été une erreur, car j’ai vraiment aimée cette lecture toute en douceur !

Nous sommes en 1946, nous rencontrons Juliet Ashton, le personnage principal, romancière anglaise d’une trentaine d’années, qui a écrit pendant la guerre une chronique  »Izzy Bickerstaff s’en va-t-en guerre », dans un célèbre journal.

Malheureusement, Juliet n’a plus d’inspiration pour un autre livre. Bientôt une lettre d’un habitant de l’île de Guernesey, Dawsey Adams, qui après avoir retrouvé un exemplaire d’un livre de l’auteur Charles Lamb, appartenant à Juliet, lui demande si une librairie londonienne serait à même de lui trouver d’autres titres de l’auteur.

Petit à petit, Juliet découvre l’existence du Cercle des amateurs de littérature et de tourte aux épluchures de patates de Guernesey, ainsi que ses habitants que ce Cercle a aider à passer les heures les plus noires de la guerre.

Juliet essai au travers des lettres de glaner des informations sur le quotidien de ces insulaires pendant l’Occupation, afin d’en faire un livre. Mais la tâche est ardue, et elle va bientôt avoir envie de quitter Londres pour la paisible et bucolique île Anglo-Normande.

Le point central du livre est donc Juliet, qui effectue des recherches sur l’Occupation des insulaires. Avec elle est développé le monde de l’édition et de la littérature de l’époque ( pendant et après guerre ). Son meilleur ami Sidney est également son éditeur, ce qui favorise ce point de vu. Il y a également quelques références littéraires tels que les sœurs Brontë ou Jane Austen ! Bien que je pensais qu’il y aurait plus de conversation sur la littérature en tant que tel et de références, le monde littéraire est une façon d’entrer en matière et de comprendre au moyen des livres, la personnalité des habitants de l’île et leur ressenti face à l’état d’Occupation. Le Cercle leur a permis de garder un lien humain pendant la guerre, de rester soudés aux heures les plus noires.

Ce que j’ai appréciée dans ce récit est qu’il y a l’interversion de personne réprouvant complètement le Cercle et ses membres. La figure du personnage Allemands est également plus floue. Les points de vu sont donc tous présents, ce qui fournis un texte complet.

Les personnages secondaires sont nombreux, mais ils ont tous une personnalité et un caractère bien à eux, ce qui les dissocie et nous permet de trouver une figure à laquelle s’attacher, peut-être plus qu’aux autres. Il y a Isola, la bergère atypique et loufoque, Dawsey le réservé, Kit la petite fille tendre, ou encore Elizabeth la figure de disparue.

Chacun apporte un récit, une émotion, son intimité et son vécu bien à lui de l’Occupation. Les personnages nous apparaissent alors sous des jours nouveaux, ils se laissent ainsi devinés par leur récit de guerre.

En ce qui concerne la fin, je l’ai trouvée juste. Je ne m’imaginais pas quelque chose de complètement bouleversant, étant donné que la douceur prédomine la lecture de ce roman, même si le contexte est grave, car c’est la fin de la guerre, et que les habitants de l’île comme les autres doivent réapprendre à vivre. Elle arrive a point nommée, bien que je m’en sois doutée depuis un bon moment, nous laissant sur une note de confiance quand à l’avenir de nos personnages. On referme le livre sereins, sachant que nos héros sauront prendre soin les uns des autres…

Le format épistolaire est un très bon choix, selon moi, car les insulaires racontent eux-même leur expérience de la guerre, en utilisant la première personne, on entre vraiment dans leur cœur, et cela est d’autant plus émouvant. Les mots utilisés collent parfaitement à chaque personnalité, la lecture est rythmé car les personnages sont doué d’humour, et que l’on passe d’un personnalité à une autre, d’une histoire à une autre.

Ce roman est loin d’être larmoyant, même si il est émouvant, on se laisse porter par les lettres, d’une à l’autre nous voguons entre les habitants de Guernesey où chacun apporte sa pierre à l’édifice dans l’histoire de l’Occupation. De plus, même si certaines choses sont romancé, j’ai beaucoup appris sur l’île de Guernsey, et la situation de ses habitants pendant l’Occupation.

  • Points positifs : la petite Kit qui est adorable et pas toujours gentille avec les gens, le contexte traitée avec humour et philosophie, la douceur de Juliet, chaque personnages est importants et apporte sa pierre à l’édifice de l’histoire, tous les points de vus sont présents

  • Points négatifs : pas assez de référence littéraire et de discussion sur la littérature à proprement parlée, une fin peut-être prévisible ( c’est vraiment pour trouver un petit quelque chose à redire ) parce que, comme je l’ai dit, je ne vois pas d’autre fin

Extrait :

 » Et, quand je suis en haut des falaises et que je regarde la mer, je ne vois pas les affreux bunkers en ciment et la terre nue, sans arbres, dans mon dos. Ils n’ont pas réussi à saccager la mer.

Cet été, les ajoncs recommenceront à pousser autour des fortifications, et d’ici à l’année prochaine, les vignes vierges les recouvriront peut-être. Je l’espère. J’ai beau détourner le regard, je n’arriverai jamais à oublier comment elles sont arrivées là.

Ce sont les travailleurs de l’organisation Todt qui les ont construites. Vous avez sans doute entendu parler de ces prisonniers que les Allemands traitaient comme des esclaves, dans les camps du continent ; mais saviez vous qu’Hitler en avait envoyé seize mille dans les îles Anglo-Normandes ?

Il nourrissait le rêve fanatique de les fortifier afin que l’Angleterre ne puisse jamais les lui reprendre ! Ses généraux appelaient cela sa «  fièvre des îles « .  » ( p. 166 – 167 )

Les auteurs :

Mary-Ann Sheffer est née en 1934 en Virginie-Occidentale. C’est lors d’un séjour à Londres, en 1976, qu’elle commence à s’intéresser à Guernesey. Sur un coup de tête, elle prends l’avion pour gagner cette petite île oublier où elle reste coincée à cause d’un épais brouillard. Elle se plonge alors dans un ouvrage sur Jersey qu’elle dévore : ainsi naît sa fascination pour les îles Anglo-Normandes.  »Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates » est son unique roman, écrit en collaboration avec sa nièce, Annie Barrows, elle-même auteur de livres pour enfants.

Mary-Ann Sheffer est décédée en février 2008, peu de temps après avoir appris que son livre allait être publié et traduits en plusieurs langues.

Sorties Livresques n°2 ( semaine 33 – du 13 au 19 août 2012 )

Sortie livresque 2eme édition !

J’essaierai toutes les semaines de vous présenter les petites sorties qui font envies, en espérant vous faire baver derrière vos écrans, et compter votre petite monnaie ! =)

Couverture de Grands criminels de l'histoireCouverture de Nous les bêtes traquées

Couverture de Dark MatterCouverture de Les proies - Amélie Sarn

Sortie du 16 août :

Grands criminels de l’histoire de Jacques Expert ( édition L’Express ) :

Qui se souvient du crime du curé d’Uruffe ou de l’affaire de la malle sanglante ? D’une marquise empoisonneuse sous l’Ancien Régime ou de la comtesse hongroise macérant dans le sang des jeunes filles tel un bain de jouvence ? Ces histoires ont traversé les siècles. Ces hommes et ces femmes ont séquestré, violé, tué, à maintes reprises. Pourquoi ont-ils agi de la sorte ? Pourquoi ont-ils été portés par cette barbarie ? Quels que soient leurs origines sociales, leur rang, leur fortune, ce qu ils ont vécu les a conduits sur les chemins de l’Histoire.
Jacques Expert revient sur des grandes affaires criminelles qui ont défrayé la chronique du XVe siècle à nos jours et qui, pour nombres d’entre elles, sont tombées dans l’oubli. En revivant ces épisodes sanglants, nous saurons aussi ce que sont devenus leurs principaux protagonistes.
De la débauche sanguinaire de Gilles de Rais à la jalousie et aux fantasmes de la foule dans l’affaire de « l’auberge rouge », des nounous étrangleuses d’enfants, au serial killer tentant de se venger des abus subis dans son enfance, des infirmières qui s’improvisent anges de la mort jusqu’au « chat » agile et discret qui s’introduit la nuit chez ses victimes… en véritable conteur, Jacques Expert nous fait voyager à travers les plus terribles crimes nés sous le sceau de la folie ou de la cruauté humaine. Plus de cinquante histoires si effroyables que l’on a du mal à admettre qu elles soient vraies. Pourtant, celles qui ont bouleversé le parcours de tous les personnages qui les ont vécues, victimes ou tueurs, fascinent encore.

Nous les bêtes traquées de Caroline De Mulder :
Sur fond d’’intrigue policière dans les milieux hypocrites de la politique et des ONG, une lente descente aux enfers, la relation complexe d’’un avocat humanitaire, escroc des grands mots, flambeur flamboyant, et d’’une femme fragile, fascinée par la puissance de cet homme. La tragédie intime se superpose à celle d’un peuple massacré et réduit au silence, comme la narratrice.
Dark Matter de Michelle Paver ( édition Hachette collection Black Moon ) :
Janvier 1937.
Jack, vingt-huit ans, est pauvre, seul, et veut désespérément changer de vie. Alors lorsqu’on lui offre la possibilité de décrocher un poste en tant que télégraphe durant une expédition dans l’Arctique, il la saisit sans hésiter.
Cinq hommes et huit huskies qui traversent la mer de Barents jusqu’à la Norvège à la lueur du soleil de minuit. Finalement, ils atteignent leur but : une baie inhabitée où ils établissent leur campement, Gruhuken.
Mais l’été dans l’Arctique est bref. Et quand la nuit reprend ses droits sur le territoire, Jack commence à ressentir un étrange malaise. Un par un, ses compagnons sont forcés à quitter le camp. Il doit choisir. Partir ou rester.
Bientôt, il distinguera pour la dernière fois les éclats du soleil, le point de non-retour, lorsque la mer se mettra à geler. Et Gruhuken n’est pas si déserte que ça. Quelque chose rôde dans le noir…

Les proies d’Amélie Sarn ( édition Milan collection Macadam ) :
Tout commence comme un roman pour ados : X trompe Y avec Z, on se déteste, on se court après, on râle contre ses profs, ses parents… Mais très vite le roman bascule. Car non loin de ce quotidien banal d’ado ont lieu d’étranges expériences. Dans une prison a priori comme les autres, certains détenus subissent de mystérieuses transfusions, tout cela en échange d’une remise de peine. Le genre d’essais qui peut tourner très mal. Un de ces détenus-cobayes s’évade. Et il est porteur du chaos…

Sortie du 17 août :

Couverture de Personal Demons, Tome 2 : Péché OriginelCouverture de Le Dernier Jardin, Tome 2 : Fugitive

Couverture de New Victoria, Tome 1 : New Victoria

Personel Demons tome 2 – Péché Originel de Lisa Desrochers ( édition Castelmore ) :

Luc n’avait connu que l’Enfer. Grâce au pouvoir de Frannie, il découvre désormais une nouvelle vie… il est devenu humain ! Mais déserter le camp du grand Lucifer ne va pas sans conséquences. Les démons, qui étaient les alliés de Luc dans sa précédente existence, sont devenus ses pires ennemis… et ils ne reculeront devant aucun sacrifice pour atteindre Frannie et s’approprier son don ! Heureusement, Gabriel veille… mais un ange suffira-t-il à les protéger de la colère de l’Enfer ?

Le Dernier Jardin tome 2 – Fugitive de Lauren DeStefano ( édition Castelmore ) :

Rhine et Gabriel se sont échappés du manoir, mais ils restent en danger. A l’extérieur, ils trouvent un monde encore plus inquiétant que celui qu’ils ont laissé derrière eux. Déterminés à aller à Manhattan et retrouver la frere jumeau de Rhine, Rowan, tout deux veulent toujours aller plus loin, parmi les menaces il y a celle d’être capturée à nouveaux… ou peut être pire encore.
La route qu’ils ont pris sera long et périlleuse… Et dans un monde où les femmes ne vivent seulement que jusqu’à l’âge de 20 ans et les hommes que 25 ans, le temps est précieux. Dans une suite déchirante, Rhine doit décider si la liberté est le pire prix à payer maintenant qu’elle a le plus à perdre.

New Victoria tome 1  de Lia Habel ( édition Castelmore ) :
L’amour est immortel. L’amour ignore les frontières, dit-on. Et celle entre la vie et la mort ? Bienvenue à New Victoria, le dernier refuge d’une humanité éreintée par les guerres. Les jeunes filles de bonne famille y ont un destin tout tracé : épouser un membre de la haute société et collectionner les robes de bal. Nora n’a jamais aimé se plier aux règles, surtout depuis la mort de son père, l’éminent docteur Dearly. Mais rien, dans sa délicate éducation victorienne, ne l’a préparée à un violent kidnapping, ni à survivre dans le camp d’une faction rebelle. Avec l’aide d’un séduisant soldat, elle devra pourtant surmonter ses craintes et ses préjugés pour comprendre la nature du véritable danger qui menace les vivants… comme les morts !